samedi 3 décembre 2022

Télégramme No107 de M. Martel au président du conseil ministre des Affaires Étrangères français le 20 juillet 1920

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 100 |
Télégramme No107 de M. Martel au président du conseil ministre des Affaires Étrangères français le 20 juillet 1920

Turquie News vous propose la copie d’archive française envoyé par M. de Martel Commissaire Française au Caucase à Son Excellence M. Millerand Président du Conseil Ministre des Affaires Étrangères, ou il apporte quelques détails sur le comportement des réfugiés arméniens en Caucase.

Bonne lecture...

****

Tiflis, le

M. de Martel Commissaire Française au Caucase à Son Excellence M. Millerand Président du Conseil Ministre des Affaires Étrangères.

Par mon télégramme No 107 du de ce mois, j’ai transmis au Département la proposition du Gouvernement Arménien de procéder dès maintenant à l’occupation d’une partie tout au moins de l’Arménie Turque, notamment des régions de Baiazet et l’d’Alachkert.

Comme je l’ai indiqué, le but que poursuivent les autorités d’Erivan consiste à chercher avant la saison d’hiver à installer dans les territoires attribués à installer dans les territoires attribués à l’Arménie reconstituée les innombrables réfugiés qui ont afflué dans ces derniers temps sur le territoire de l’Arménie Russe et qu’on peut évaluer à plus de 300.000 individus.

Pour réaliser cette opération, l’État Major Arménien sollicité d’abord une assistance étendue des alliés en armes, en munitions et en équipements militaires. D’autre part, il propose de coordonner l’avance de ses troupes avec les opérations des alliés eux-mêmes et notamment l’occupation de la ligne Baiazet-Erzéroum-Trébizonde.

La liaison éventuelle de Kémal-Pacha avec les Bolchéviques par l’Azerbaidjan serait ainsi définitivement écartée, d’autre part, les mouvements des bandes Turques, Kurdes et Tartares opérant au Nord de cette même ligne seraient désormais paralysés.

Il ne m’appartient pas d’examiner les possibilités d’exécution de ce plan et je dois me borner à le signaler à l’attention du Département.

Pour compléter les indications contenues dans mon télégramme précité j’adresse sous ce pli à Votre Excellence copie de la lettre que m’a fait parvenir à ce sujet le représentant diplomatique d’Arménie à Tiflis.

D’autre part, c’est aussi à l’exécution de ce plan que se rattachent sans doute les opérations militaires tentées actuellement par les Arméniens au Zanguézour et au Charour avec le Nakhitchévan comme objectif et dont mon télégramme No 108 entretient Votre Excellence.

En ce qui concerne ces opérations, j’ai recueilli de témoins récemment rentrés d’Arménie, quelques renseignements qui précisent la façon dont elles sont exécutées ; au Sud d’Erivan à la fin de juin dernier, les troupes arméniennes ont cerné 25 villages tatares habités par plus de 40.000 musulmans ; cette population trop près de la capitale pour avoir des velléités d’indépendance, avait toujours été calme et paisible ; elle fut chassée à coup de canon vers l’Arax et dut abandonner ses villages qui furent immédiatement occupés par les réfugiés[arménien]. Dans cette affaire, environ 4000 personnes furent mises à mort sans en excepter les femmes et les enfants, que les soldats arméniens noyaient dans l’Arax.

Il ne m’a pas paru inutile d’apporter ces détails qui montrent que ce ne sont pas toujours « les mêmes qui sont massacrés ».

****

Courrier du Ministre des Affaires Étrangères (part 1)
Courrier du Ministre des Affaires Étrangères (part 1)
Section militaire des Arméniens en liaison avec les forces alliées au Nord de l’Anatolie
Courrier du Ministre des Affaires Étrangères (part 2)
Courrier du Ministre des Affaires Étrangères (part 2)
Section militaire des Arméniens en liaison avec les forces alliées au Nord de l’Anatolie
Courrier du Ministre des Affaires Étrangères (part 3)
Courrier du Ministre des Affaires Étrangères (part 3)
Section militaire des Arméniens en liaison avec les forces alliées au Nord de l’Anatolie

À lire aussi