lundi 30 janvier 2023

Les tribunaux turcs doivent réviser le dossier d’Imamoglu

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 195
Les tribunaux turcs doivent réviser le dossier d'Imamoglu

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les tribunaux corrigeraient toute erreur dans une procédure d’appel après qu’un tribunal a condamné le maire d’Istanbul à plus de deux ans et demi de prison pour avoir insulté des membres du Conseil électoral suprême.

Erdogan a fait ses premiers commentaires directs après que le tribunal a condamné mercredi Ekrem Imamoglu, un politicien clé de l’opposition et un challenger potentiel d’Erdogan, à deux ans et sept mois de prison et lui a imposé une interdiction politique.

Imamoglu a été poursuivi pour insulte à des agents publics en 2019 lorsqu’il a critiqué une décision d’annuler le premier tour des élections municipales qu’il a remportées et est devenu maire d’Istanbul. Sa victoire a été considérée comme un coup dur pour Erdogan et son parti AK.

"Il n’y a toujours pas de décision de justice définitive pour le moment. L’affaire sera portée devant la Cour d’appel et la Cour de cassation », a déclaré Erdogan. « Si les tribunaux ont commis une erreur, elle sera corrigée. Ils essaient de nous entraîner dans ce jeu.

Erdogan a également déclaré qu’il se fichait de savoir qui serait le candidat de l’opposition aux élections de l’année prochaine.

Vendredi, des milliers de personnes à Istanbul se sont rassemblées pour protester contre la condamnation et l’interdiction politique, exprimant des critiques à l’encontre du gouvernement turc avant les élections de l’année prochaine qui devraient constituer un test majeur pour les 20 ans de règne d’Erdogan.

"Il y a eu de nombreuses décisions de justice que nous avons nous-mêmes sévèrement critiquées, mais cela ne donne à personne le droit d’insulter les juges ou d’ignorer les décisions de justice", a déclaré Erdogan lors d’un rassemblement à Mardin, dans le sud-est de la Turquie.

Imamoglu lui-même a qualifié la peine de "politique et illégale".

Imamoglu a été jugé pour diffamation pour un discours après les élections municipales d’Istanbul en juin 2019 dans lequel il a déclaré que ceux qui avaient annulé un premier vote tenu trois mois plus tôt étaient des "imbéciles". L’AK Party a refusé de reconnaître la victoire initiale d’Imamoglu.

Les critiques disent que le système judiciaire turc s’est plié à la volonté d’Erdogan de punir ses détracteurs. Le gouvernement dit qu’ils sont indépendants.

À lire aussi