EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > France > Les pourparlers franco-kurdes dans le (...)

Les pourparlers franco-kurdes dans le nord-est de la Syrie


Ecrit par Hakan, 2020-05-15 11:42:53


Depuis dimanche, des pourparlers entre une délégation Française et des branches armées des terroristes du PKK dans le nord-est de la Syrie laissent entrevoir une nouvelle source de tensions entre Paris et Ankara.

Les pourparlers font partie des efforts visant à unifier les Kurdes syriens en vue d’un accord règlement de paix dans ce pays ravagé par la guerre.

La délégation française a a d’abord rencontré l’Alliance nationale kurde (HNKS), proche du Parti de l’Union démocratique (PYD) une branche armée du PKK. Le PKK est classé par les Etats-Unis, l’Union Européenne et la Turquie dans la liste des groupes terroristes. Puis, elle aurait entamé des pourparlers directement avec les dirigeants du PYD le lendemain.

La France, qui a accueilli des délégations kurdes syriennes à Paris l’année dernière, n’a pas publié de déclaration officielle sur cette visite.
Les liens entre la France et la Turquie ont été tendus ces dernières années, principalement en raison de leurs politiques régionales divergentes.

Le président français Emmanuel Macron a critiqué l’offensive militaire turque lancée en octobre 2019 dans les zones contrôlées par les terroristes du YPG dans le nord de la Syrie et a rencontré de hauts responsables syro-kurdes.

En réaction, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Çavuşoğlu a accusé Macron de parrainer le terrorisme

Igor Delanoe, directeur adjoint du Centre d’analyse Franco-russe Observo, basé à Moscou, a déclaré que les pourparlers entre Français et Kurdes vont encore mettre à rude épreuve les relations entre Ankara et Paris.
"La France veut reprendre une place politique dans le conflit, après avoir soutenu sans succès les opposants au régime syrien", a-t-il déclaré.

"Si les Français parviennent à unir les Kurdes syriens, cela leur fournira un certain crédit qu’ils pourraient capitaliser pour contribuer sur la scène politique post-crise syrienne, parce que les États-Unis ne sont pas intéressés par un règlement de la crise."

Delanoe a poursuivi : Un autre objectif des pourparlers français concerne la sécurité. "Beaucoup de Français djihadistes radicaux seraient prisonniers des FDS (Forces démocratiques syriennes, dont les YPG sont la principale composante)", a-t-il ajouté.

« Des émeutes ont éclaté dans une prison contrôlée par les FDS où des milliers de terroristes sont détenus. Pour Paris, il y a un intérêt direct que ces gens ne s’échappent pas. Si les Kurdes s’assurent que cela ne se produise pas, la France peut, en échange, offrir un engagement politique et un soutien à la cause des Kurdes syriens. »

Au niveau régional, Delanoë a déclaré que les pourparlers franco-kurdes sont une réaction directe à présence croissante de la Turquie en Libye.

En janvier, Ankara et Paris se sont mutuellement blâmés pour l’instabilité de la Libye, et M. Macron a déclaré que des navires turcs escortant des mercenaires syriens étaient arrivés sur le territoire libyen. « En conséquence, la France tente de tirer parti des Kurdes pour freiner les ambitions de la Turquie », a déclaré M. Delanoe.

Samuel Ramani, analyste du Moyen-Orient à l’Université d’Oxford, a déclaré que les pourparlers Français-kurdes « suivent une longue série d’escalades perçues contre la Turquie du point de vue d’Ankara ».

Il a déclaré : « La France a envoyé des navires de guerre en Méditerranée orientale fin janvier, ce qui a été largement interprété en Turquie comme une manifestation de solidarité avec la Grèce. Plus récemment, la France a envoyé un vol non autorisé au-dessus de la Libye, et la Turquie craint que la France puisse utiliser l’embargo sur les armes maritimes de l’UE contre la Libye pour dissuader le soutien militaire turc au GNA (Governmental of National Accord). »

Il a ajouté : «  Négocier avec les Kurdes syriens à ce stade ne fera qu’exacerber les tensions avec la Turquie. Je pense que l’impact le plus important sera sur les relations franco-turques.  »

Ramani a exprimé son scepticisme quant aux pourparlers franco-kurdes. "Les efforts de médiation passés, y compris ceux négociés par la France, n’ont pas réussi à promouvoir l’unité kurde, et compte tenu des divisions parmi les Kurdes à propos du président syrien Bashar Assad, il n’y a guère de signes qu’il y aura plus de succès cette fois-ci".

Mot-clé :
Terrorisme Diplomatie PKK PYD/PKK YPG/PKK
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank