22 juin 2024
100e anniverssaire de la république de Turquie

QUATRIÈME PARTIE – DOSSIER SPÉCIAL

MASSACRE KURDE DU PKK

Sommaire



Le massacre kurde du PKK

Massacre du village d’Açıkyol : Prévu à Kamışlı, réalisé à Açıkyol

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 205
Massacre du village d'Açıkyol : Prévu à Kamışlı, réalisé à Açıkyol

Alors que les attaques de l’organisation terroriste PKK augmentaient, les forces soutenant l’organisation terroriste ainsi que les terroristes ont été interrogés. Du fait que les terroristes sont basés notamment en Irak et en Syrie, alors que des options d’opérations transfrontalières étaient discutées en Irak, les pressions diplomatiques ont commencé à augmenter sur la Syrie, qui héberge les chefs de file de l’organisation terroriste et alloue des camps.

Juste à une telle période, un dimanche matin, de tristes nouvelles sont venues du village d’Açıkyol, qui est à environ 65 km du centre de Mardin, qui est relié au district de Nusaybin de Mardin. Des terroristes ont attaqué nos citoyens à Açıkyol le samedi soir et ont massacré 8 de nos citoyens, dont 6 enfants et adolescents.

Massacre du PKK

Selon les informations transmises par le 7e corps et le commandement de la loi martiale à ce moment-là, l’attaque s’est déroulée comme suit :

Samedi soir, vers 21h, dans le village d’Açıkyol du district de Nusaybin, qui seraient 7 à 8 personnes, ont attaqué la maison du père du chef, Cumhur Tunç, avec des grenades à main et des armes automatiques, au milieu du village. Les terroristes, qui ont barricadé les personnes à la maison pendant le raid, ont assassiné Cumhur Tunç (54 ans), Şerife Tunç (47 ans), Semire Tunç (10), Selma Tunç (16) et Ferike Tunç (10).

Les militants de l’organisation séparatiste ont tué Süleyman Ayık (13 ans), Metin Ayık (8 ans) et Bedirhan Erdoğan (17 ans) dans leur attaque contre une autre maison.

Emine Tunç (8 ans) et Hatice Tunç (12 ans) ont également été blessées dans les attentats.

Un officier turc découvrant les massacres du groupe terroriste du PKK à Açıkyol en Turquie

Ainsi, un total de 8 de nos citoyens a été tué dans l’attaque.

Les détails de l’attaque ont une fois de plus révélé la brutalité. Les détails de l’ignoble attentat sont rapportés dans l’édition du du quotidien Cumhuriyet : Les assaillants ont d’abord semé la panique en lançant une bouteille de gaz enflammée dans la maison, et après l’attaque qu’ils ont menée en scannant les gens à l’extérieur, ils s’enfuient en profitant de l’obscurité de la nuit. Entre-temps, il a été signalé qu’un ou plusieurs des terroristes auraient été blessés dans le conflit armé avec les gardes du village. Les responsables ont déclaré que les traces de sang trouvées dans la direction où les terroristes ont fui renforçaient cette possibilité.

Selon le livre d’Ümit Özdağ La chronologie des embuscades et des massacres, des témoins oculaires du massacre décrivent que des terroristes du PKK sont entrés dans le village par cinq directions et ont tendu cinq embuscades distinctes. Vesile Erdem et Bedran Erdem, qui ont perdu leur enfant, se lamentaient d’un côté et disaient aux journalistes : « Ne nous prenez pas en photo. Le bandit nous verra aussi et reviendra verser le sang », et ils ont exprimé leur profonde peur. Vesile et Bedran Erdem ont décrit leurs expériences comme suit : « Vers 21 heures du soir, des coups de feu sont venus des environs du village. Avant qu’il ne puisse comprendre ce qui se passait, un groupe d’hommes armés est entré dans la pièce et a fait pleuvoir des balles. Puis, ils se sont enfuis en lançant des bombes. »

Une femme kurde en pleure suite au massacre du groupe terroriste du PKK à Açıkyol en Turquie

S’adressant au journaliste de Cumhuriyet Osman Yıldız après l’attaque, au cours de laquelle son père Cumhur Tunç a également été assassiné, le mukhtar Mehmet Emin Tunç a déclaré : « Nous regardions la télévision avec les gardes du village chez nous à 20h30 le jour de l’incident. Soudain, nous avons entendu des coups de feu et des explosions. Avec les gardes, nous avons essayé de nous protéger. »

Yıldırım Akbulut, ministre de l’Intérieur de la période après le massacre, a fait des enquêtes dans le village avec des responsables militaires.

Alors que les forces de sécurité ont lancé une opération à grande échelle dans la région après le massacre, à la suite des études de renseignement, il a été entendu que de nombreuses autres actions armées étaient prévues parallèlement au massacre d’Açıkyol, dans les zones et les maisons sous le contrôle de le PKK dans le district de Kamışlı en Syrie.

En raison de la position déterminée de la Turquie, la tension avec la Syrie, qui a duré jusqu’en , lorsque la crise a été résolue, a commencé à se réchauffer progressivement. Après le massacre d’Açıkyol, les autorités de ce pays ont été averties. Dans la déclaration faite par le ministère des Affaires étrangères le  :

"Après ces incidents survenus dans nos colonies à la frontière commune avec la Syrie, l’ambassadeur de Syrie a été invité au ministère aujourd’hui, dans le cadre des contacts établis de temps à autre à temps avec nos voisins concernant la sécurité des frontières, et l’attention a été attirée sur ces incidents, et il empêchera la répétition de tels incidents dans notre région frontalière. Il a été souligné que des mesures efficaces devraient être prises par les autorités syriennes.

Car à cette époque, la Syrie était à la pointe des forces qui contrôlaient le chef terroriste Abdullah Öcalan dans les années et . Alors que Damas a donné à Öcalan la possibilité de rester à Damas et de gérer l’organisation et a fourni un soutien logistique, il a permis et soutenu les militants du PKK pour établir des infrastructures dans la Bekaa, qui est sous le contrôle de l’armée syrienne. En retour, la tâche du PKK était de déstabiliser la Turquie et d’empêcher les Kurdes syriens de se révolter contre le régime baathiste syrien.

Au début de la seconde moitié des années , lorsque l’un des chefs terroristes, Şemdin Sakık , lui dit que le PKK a subi de nombreuses pertes et qu’il ne poursuivra pas les affrontements à ce rythme, la réponse donnée par A. Öcalan révèle l’essence des relations Syrie-PKK : « Hé les idiots. S’il n’y a pas de sang versé, pouvons-nous vivre ici un seul jour ? Pensez-vous que notre stand à Damas est gratuit ? »

d’Açıkyol, perpétré par les terroristes, a contribué à l’escalade de cette tension.


Lire également
Des terroristes des catégories rouge et orange tués

Des terroristes des catégories rouge et orange (…)

20 juin 2024

Irak : une attaque contre une base militaire turque tue six soldats

Irak : une attaque contre une base militaire (…)

23 décembre 2023

Les partisans du PKK ont attaqué le Consulat général turc à Hanovre

Les partisans du PKK ont attaqué le Consulat (…)

27 mars 2024

Décision en Allemagne concernant terroriste Öcalan

Décision en Allemagne concernant terroriste Öcalan

9 janvier 2024

ASALA : KEMAL ARIKAN

ASALA : KEMAL ARIKAN

28 janvier 2024

Une conseillère de Paris insulte des personnes d'origine Azerbaïdjan

Une conseillère de Paris insulte des personnes (…)

17 septembre 2023

« DÉCLARATION OFFICIELLE DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES D'AZERBAÏDJAN SUR LES MESURES ANTI-TERRORISTES CONTRE LES FORCES ARMÉES ARMÉNIENNES AU KARABAKH

« DÉCLARATION OFFICIELLE DU MINISTÈRE DES (…)

19 septembre 2023

PKK TUE

PKK TUE

23 décembre 2023