jeudi 2 février 2023

Le CCFT s’adresse aux sénateurs

Publié le | par Chambre de Commerce Franco-Turque | Nombre de visite 300

Istanbul, le 9 janvier 2012

Monsieur le Sénateur,

Fondée en 1885 et membre de l’Union des Chambres de Commerce et d’Industrie Françaises à l’Etranger (UCCIFE), notre Chambre de Commerce Française en Turquie compte aujourd’hui plus de 400 sociétés adhérentes, turques et françaises, et sa sphère d’activité est avant tout celle des échanges économiques et commerciaux entre la Turquie et la France.

Notre Conseil d’Administration, agissant ici en son nom comme au nom de ses sociétés membres et de la communauté d’affaires franco-turque, vient ici vous faire part de sa très grande préoccupation après que l’Assemblée Nationale ait voté en première lecture la Proposition de Loi pénalisant la négation des génocides reconnus par la loi française qui vise plus particulièrement la contestation du « génocide arménien » et vous informer de l’action que notre Chambre mène aujourd’hui dans ce contexte.

Une telle Loi, si elle venait à être promulguée par le Sénat, serait perçue par l’ensemble de la Nation Turque comme un acte inacceptable et hostile, perpétré par une nation amie. Elle occasionnera un préjudice irrémédiable et durable aux intérêts français en Turquie et au dialogue si fructueux ouvert dans tous les domaines entre la France et la Turquie, et au développement duquel notre Chambre a, à son niveau, eu l’honneur et la fierté de contribuer depuis sa création.

La France et la Turquie sont des partenaires économiques importants compte tenu du volume, de la diversité sectorielle des échanges commerciaux et du montant et de la nature des investissements français en Turquie : 12 milliards d’€ d’échanges commerciaux entre les deux pays dont 6,5 milliards d’exportations françaises, la Turquie étant la 3ème destination mondiale des exportations françaises hors UE et Suisse) ; 400 implantations françaises en Turquie, dont certaines sont leaders sur le marché, représentant 15 milliards de $ d’investissements directs cumulés ... Ces quelques chiffres illustrent l’importance et l’intensité des relations économiques entre nos deux pays.

Comme vous le savez, le gouvernement turc a déjà adopté une première série de mesures à l’encontre de la France :

 Annulation des rencontres économiques : missions, séminaires, visites d’études, stages, conférences
 Annulation de la Commission Mixte de coordination économique entre les Ministres turcs et français prévue pour le 24 janvier 2012, à Paris.
 Gel et refus de toute forme de coopération avec la France dans le cadre des jumelages européens
 Annulation de consultations politiques
 Annulation d’activités militaires bilatérales
 Annulation des autorisations de survols militaires
 Refus de permission d’amarrage aux navires militaires français dans les ports turcs

La situation est donc préoccupante … d’autres mesures à l’encontre de nos intérêts économiques et culturels seront très certainement prises.

Aussi nous vous invitons à prendre connaissance de l’action que notre Chambre mène aujourd’hui et dont vous trouverez ci-joint les éléments, en formulant le vœu que cette loi soit suspendue afin de ne pas exposer nos entreprises, les partenariats franco-turcs et donc notre Chambre et ses Membres à d’éventuelles mesures de rétorsion.

Vous remerciant d’avance de l’attention que vous porterez à notre démarche, nous vous prions d’accepter, Monsieur le Sénateur, avec l’expression de notre plus vive inquiétude, celle de nos plus respectueuses salutations.

Zeynep NECİPOĞLU Yves-Marie LAOUËNAN
Présidente Vice-Président

Ancien Président

Conseiller du Commerce Extérieur de la France

Vice-Président de l’Union des CCI Françaises à l’Etranger


SIGNEZ LA PETITION

www.auxelusdelanationfrancaise.com


Voir également :
 Loi de censure arménienne : Réaction de la Chambre de Commerce Française en Turquie
 Allocution de la présidente de la Chambre de Commerce Franco-Turque
 Pétition contre la loi de censure arménienne, initiative de la CCFT
 APPEL AUX ELUS DE LA NATION FRANCAISE …
 Le CCFT s’adresse aux sénateurs

À lire aussi