samedi 3 décembre 2022

Erevan gourmande Colin Powell, Madeleine Albright et Henry Kissinger

Turquie/Arménie : La "diplomatie" d’Erevan (1)

Une diplomatie peu diplomate

Publié le | par Behor | Nombre de visite : 523 |

Selon Colin Powell, Madeleine Albright et Henry Kissinger, la résolution proposée au Congrès sur la reconnaissance d’un "génocide" qu’aurait commis l’Empire Ottoman en 1915, introduite en début d’année par les groupes de pression lobbyistes arméno-américains, met en danger la sécurité nationale américaine, compromet les relations avec la Turquie et nuit à la nécessaire réconciliation entre l’Arménie et la Turquie

Dans une lettre commune diffusée mardi dernier, les anciens secrétaires d’Etat parmi lesquels Colin Powell, Madeleine Albright et Henry Kissinger, ont demandé à la présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, l’annulation de la résolution proposée au Congrès sur la reconnaissance politique d’un "génocide arménien" commis par l’Empire Ottoman en 1915, introduit en début d’année par les groupes de pression lobbyistes arméniens basés aux USA.

Les signataires admettent « l’horrible tragédie » subie par les arméniens dans l’empire ottoman, mais signalent « l’importance géostratégique de la Turquie » pour les Etats-unis et le fait que « Le passage de la résolution nuirait à notre politique extérieure, à notre objectif de réconciliation entre la Turquie et l’Arménie, mettrait en danger notre sécurité dans la région, ainsi que celle de nos troupes en Irak et en Afghanistan. »

Vendredi 28 septembre, l’Arménie a aussitôt réagi et vertement condamné les huit anciens secrétaires d’Etat américains. Vartan Oskanian, ministre des Affaires étrangères arménien a déclaré : « Il est dommage que huit diplomates expérimentés jouent le jeu manipulateur de la Turquie » et annonce avoir écrit à Nancy Pelosi pour « exprimer notre regret quant à ce qu’un manque d’implication dans une résolution qui traite des droits de l’homme et du génocide peut engendrer comme dommages dans nos relations avec votre pays ». Quant à l’influent lobby arméno-américain, il a vertement morigené les ex-secrétaires.

On serait tenté de rappeler qu’on attrape pas les mouches avec du vinaigre, mais surtout on ne voit pas bien ce qu’on peut espérer diplomatiquement comme résultats positifs en perdant ses nerfs de la sorte.

À lire aussi

Pelosi en Arménie

Pelosi en Arménie

19 septembre 2022

Turquie et CPEC

Turquie et CPEC

29 novembre 2022