jeudi 8 décembre 2022

Terrorisme idéologique arménien par Ayhan Ozer

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 124 |
Terrorisme idéologique arménien par Ayhan Ozer

Le 27 janvier 1973, les Arméniens aux États-Unis ainsi que dans le monde entier ont lancé une campagne terroriste brutale contre les Turcs et les institutions turques pour valider de force un génocide mythique cru seulement par eux-mêmes par le biais de l’effusion de sang et de la violence.

Ce jour-là, un vieil homme arménien du nom de Yanikian a invité deux diplomates turcs du consulat de Los Angeles à un déjeuner à Santa Barbara. Il s’est avéré que l’invitation était une embuscade ambiment délabrée ; il a tué brutalement les deux diplomates dans le restaurant. Pendant deux décennies, ce terrorisme insensé a coûté la vie à plus de soixante-dix diplomates turcs (quatre aux États-Unis) et à leurs membres de leur famille, et a paralysé et blessé plusieurs passants innocents dans le carnage organisé par les Arméniens du monde entier.

Les terroristes arméniens, pour la plupart des abandons du terrorisme du Moyen-Orient, ne reconnaissent aucune frontière à leurs opérations sauvages. Ils ont même porté la terreur sur les campus universitaires, ravissant l’atmosphère sanctifiée des établissements d’enseignement supérieur. Les historiens américains qui ont refusé de partager la version arménienne déformée de l’histoire ont été ciblés pour harcèlement et menace. Le professeur d’histoire turque Stanford Shaw de l’U.C.L.A. était l’un d’entre eux, et le 3 octobre 1977, les intimidateurs arméniens ont lancé une bombe et ont fait exploser la partie avant de sa maison. Lui et sa famille ont dû quitter le campus sous une menace de mort.

Aujourd’hui, les Arméniens comptent sur le faible sens de l’histoire des gens. Ils s’appuient sur les documents de propagande de guerre longtemps réfutés par les autorités américaines, britanniques et françaises ; et sur le sensationnalisme, les fictions ainsi que sur des histoires complémentaires. Ils ont romancé leur histoire et brodé la vérité. Les Arméniens ignorent obstinément ou refusent de croire la prépondérance des preuves qui brisent leurs convictions mythiques.

Le rapport de l’ONU

Lorsque le Conseil de l’Holocauste a été formé en 1980, les Arméniens étaient représentés par Seth Moomjian, un Arménien-Américain de première génération dont les parents avaient été orphelins en 1915 en Turquie. Moomjian a été conseiller du président Carter, représentant auprès des Nations Unies et également représentant de la Maison Blanche auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies ! En 1980, Moomjian a promis 1 000 000 $ au Musée de l’Holocauste.

Cependant, le 24 septembre 1981, il a fait marche arrière sur cette promesse et a offert au lieu de cela un paiement de 100 000 $. Pendant longtemps, aucun argent n’a été disponible. Lorsqu’en décembre 1988, un tremblement de terre à Spitak a dévasté l’Arménie, la communauté arménienne a pris cet événement comme excuse pour ne pas tenir son engagement, ils ont affirmé que les victimes du tremblement de terre avaient besoin d’argent. En conséquence, seule une partie de l’engagement a été tenue.

En 1990, un rapport a été préparé par Benjamin Whitaker, un obscur journaliste de l’ONU, répétant les allégations familières formulées par les Arméniens, "les événements tragiques pendant la Première Guerre mondiale impliquant les Arméniens dans l’Empire ottoman ont constitué le premier cas de génocide au XXe siècle". De toute évidence, cette version déformée de l’histoire avait été nourrie à la cuillère à ce journaliste par certains Arméniens, dont les noms figuraient en bonne place dans le prologue du rapport pour reconnaissance.

Apparemment, M. Seth Moomjian était à l’origine de ce programme, car il portait l’impressionnant titre de "Représentant de la Maison Blanche auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies" en utilisant son influence qu’il avait que M. Whitaker prépare ce rapport. Comme tous les mensonges arméniens, c’était loin d’être un travail sérieux, et l’ONU n’avait rien à voir avec cela. Il s’agissait d’une entreprise privée entreprise par un mercenaire pour jouer entre les mains des Arméniens dans leur méchante aventure en politique ethnique. Le but était d’utiliser insidieusement le nom de l’ONU pour investir le rapport avec une certaine authenticité. Historiquement, les Arméniens n’ont eu aucun scrupule à valider leurs fausses allégations ; ils peuvent profaner la vérité ou corrompre les institutions vénérées, qu’il s’agisse de l’ONU, des écoles, des universités ou des États-Unis. Congrès.

Au cours de la 35e session de la Commission des droits de l’homme, une pression a été exercée sur l’ONU. Conseil économique et social pour l’inclusion d’un paragraphe à cet effet dans l’étude de la sous-commission sur "La question de la prévention et de la punition du crime de génocide". La sous-commission des droits de l’homme a à juste titre résisté à de tels efforts lors de ses délibérations et a refusé de le transmettre à la haute Commission des droits de l’homme, principalement parce que la contention n’était pas basée sur des faits historiques, mais plutôt sur de la propagande et des inventions malveillantes.

Comme l’ont souligné les observateurs indépendants, d’éminents professeurs d’histoire et les documents d’archives, ces événements tragiques faisaient partie d’un bouleversement créé par les Arméniens au milieu d’une conflagration mondiale. Les émeutes, les trahisons et la trahison arméniennes ont aggravé ces conditions et les ont transformées en une guerre civile au sein d’une guerre mondiale.

Compte tenu de la nature fallacieuse de ce rapport, les Nations Unies ont pris une action juste à l’égard de ce rapport pour empêcher ses idéaux universellement acceptés et ses nobles principes de diminuer dans une petite politique ethnique.

Les Arméniens, comptant sur la courte mémoire du peuple, continuent de chauffer ce vieux plat et essaient de l’inculper au public comme une vérité.

À lire aussi

TAHA CARIM

TAHA CARIM

9 juin 2022