vendredi 24 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Politique

Le DTP de nouveau épinglé pour ses liens avec les terroristes kurdes du PKK

vendredi 16 novembre 2007


Le gouvernement turc a vivement critiqué le DTP, principal parti "pro-kurde", en raison de ses liens de plus en plus étroits avec les terroristes du PKK, ainsi que du rôle controversé joué par trois de ses députés, dans la libération, le 4 novembre dernier, des huit soldats turcs retenus otages dans le nord de l’Irak.

"Ce qui s’est produit hier (dimanche) montre clairement qui est proche de qui et qui est en contact avec qui", a dénoncé le vice-Premier ministre Cemil Cicek. "Ils ont été pris la main dans le sac", a ajouté M. Cicek, interrogé par l’agence Anatolie, à propos du rôle du "Parti de la société démocratique" (DTP).

Trois députés du DTP ont assisté dimanche à la remise à l’administration autonome kurde du nord de l’Irak de huit soldats retenus otages pendant environ deux semaines par le "Parti des travailleurs du Kurdistan" (PKK, classé terroriste).

Le parquet d’Ankara a lancé lundi une enquête à l’encontre des trois parlementaires — Osman Özçelik, Aysel Tugluk et Fatma Kurtulan — pour déterminer si leur implication dans cette libération pouvait constituer un crime au regard de la législation anti-terroriste, a indiqué l’agence Anatolie.

Le DTP, qui détient 20 sièges au parlement turc, est connu pour être la vitrine politique du PKK en Turquie. Le DTP nie ces faits et prétend militer pour une solution "pacifique".

Les 8 soldats libérés dimanche avaient été capturés par le PKK lors d’une embuscade le 21 octobre qui avait coûté la vie à 12 autres Turcs.

Cette attaque avait fait monter la tension dans la région ; le gouvernement turc avait fait adopter une loi au parlement l’autorisant à des incursions de l’autre côté de la frontière avec l’Irak pour éliminer les bases du PKK tolérées dans le nord par l’administration kurde de la région.

Le PKK est considérée comme une organisation terroriste par la communauté internationale. Les attentats de l’organisation séparatiste ont causé la mort de plus de 37.000 personnes depuis 1984, début des attentats du groupe terroriste qui vise à instaurer un Etat indépendant kurde dans le sud-est de la Turquie.

Lire également :
 Polémique autour de la libération des soldats turcs



Nombre de visite 348

Sélection d'article