samedi 10 décembre 2022

Des fouilles à Bitlis révèlent un massacre de musulmans

Publié le | par Ali Bal | Nombre de visite : 1337 |

Les travaux visant à identifier les 17 corps tués par les milices arméniennes en 1916 puis enterrés dans une fosse commune se poursuivent dans le quartier de Saray à Bitlis.

Monsieur Mikail Ercek, archéologue et adjoint au directeur du musée d’Ahlat (à Bitlis) indique que les excavations ont révélé un massacre de musulmans.

A propos de l’exhumation où des amulettes inspirées du Coran ainsi que des munitions ont été trouvées, Monsieur Ercek détaille ainsi :
« Nous avons estimé que déterrer les corps prendrait cinq jours . Nous pourrons étendre la zone fouillée en fonction du nombre de corps qui sera retrouvé. Les fouilles peuvent naturellement se prolonger. Toutefois, sur la base des informations dont nous disposons actuellement, il est avéré que des musulmans ont été massacrés ici. En effet, on a notamment découvert des amulettes inspirées du Coran ainsi que des munitions. Les amulettes islamiques sont tout à fait révélatrices car elles indiquent la présence de musulmans. La tombe ressemble plus à un puits mais nous pourrons en être certains qu’à l’issue des recherches en cours. Nous avons également identifiés des traces de brûlures. A proximité de cette zone se trouvaient des habitations. Il est vraisemblable que les musulmans qui fuyaient leur domicile de peur d’être brulés vifs aient été mitraillés par les milices arméniennes. Nous n’en sommes qu’au début de nos recherches et nous pourrons parler avec plus de certitude lorsque celles-ci seront terminées. »

« Des musulmans ont été massacrés il y a 94 ans »

Monsieur Törehan Serdar, professeur à l’université Eren de Bitlis et président de l’association ASIMDER dont l’objet est de lutter contres les allégations de génocide souligne :
« Nous veillons à honorer la mémoire et la dignité des musulmans assassinés. Alors que notre pays et notre province sont la cible des plus ignobles accusations qui nous désignent iniquement de criminels sanguinaires, nous préférons répondre concrètement ».

L’universitaire complète ainsi :
« La douleur a resurgi 94 années plus tard avec ces excavations. Avons-nous eu raison de procéder à de telles fouilles ? Je pense qu’il est important que notre peuple soit pleinement informé qu’il y a eu des massacres autrefois ici. Lorsque les membres des milices arméniennes ont compris qu’ils ne pourraient pénétrer dans les demeures, ils ont mis le feu aux maisons à partir des conduits de cheminées. Ils ont exécuté par balle ceux qui tentaient de fuir par les fenêtres. Les musulmans brûlés, exécutés ou massacrés ont tous été enterrés dans cette fosse commune. Les proches des victimes ont érigé un muret pour identifier l’emplacement. J’espère que ceux qui nous accusent de barbarie, réfléchirons à deux fois à l’avenir maintenant que nous avons mis en évidence de telles horreurs. »

« S’il existe des documents prouvant que des musulmans ont massacré des Arméniens, nous sommes prêts à nous confronter à notre passé » enchérit le professeur Serdar.

Törehan Serdar ajoute en outre qu’une seconde fouille aura lieu dans le district d’Adilceyaz où 250 à 300 civils ont été sauvagement assassinés.

AA

Source : Müslümanların katledildiği anlaşılıyor

Traduction exclusive pour Turquie-News : Ali Bal


Commentaire du traducteur :

Plusieurs charniers de musulmans ottomans (Turcs, Kurdes, Azéris,…) tués par des volontaires arméniens ont été exhumés en Turquie depuis presque un quart de siècle : Oba, près d’Iğdır, en 1986 (massacre commis en 1918 ; 300 squelettes exhumés) ; Alaca, près d’Erzurum, la même année (massacre commis en mars 1918 ; 284 squelettes exhumés) ; Yeşilyayla en 1988 (massacre commis en mai 1918 ; la fouille fut filmée par CNN ; une centaine de squelettes furent exhumés) ; Zeve, près de Van, en 1990 (massacre commis en 1915) ; Subatan, près de Kars, en 1991 (massacre commis en avril 1918 ; il existe une photographie (ci-dessous) de l’époque, parfois présentée, sans honte, comme représentant des Arméniens !) ; Tımar en 1994 (massacre commis en mars 1918) ; Hakmehmed en 1999 (massacre commis en 1918) ; Gedikli en 2003 (massacre commis en 1919 ; une centaine de corps furent exhumés).

À propos de Bitlis, voici le témoignage d’un Arménien ottoman natif de cette ville, qui a immigré aux États-Unis après la Première Guerre mondiale et pris la citoyenneté américaine :
« Les armées russes victorieuses, renforcées par des volontaires arméniens, ont tué tous les Turcs qu’elles ont pu trouver, et détruisirent toutes les maisons où elles pénétrèrent. La ville de Bitlis, si belle, fut livrée aux flammes pendant la retraite des troupes, désormais défaites, elle fut réduite à l’état de ruines. »
Haig Shioryan, Smiling through the Tears, New York, 1954, p. 186.

Morgan Philips Price, à l’époque correspondant de guerre du Manchester Guardian sur le front du Caucase, et futur député travailliste, a passé une partie de la guerre avec les volontaires arméniens de l’armée russe, notamment aux environs de Bitlis, en 1916. Il a vu des cadavres de Kurdes, et entendu des volontaires arméniens se vanter de les avoir tués ; le journaliste ne put que constater que les volontaires arméniens ne voyaient « absolument aucune différence entre combattants et non-combattants » (War and Revolution in Asiatic Russia, Londres, George Allen & Uwin, 1918, pp. 140-141)

Lire également :

Exhumation d’une fosse commune à Kars

Turquie-Arménie : La cruelle difficulté des Turcs à faire entendre leur douleur en France

Amnésie pour les crimes arméniens contre les Turcs ?

DOSSIER « Cause arménienne » et terrorisme

Le plan arménien des 4R (4)

À lire aussi

Pelosi en Arménie

Pelosi en Arménie

19 septembre 2022