lundi 20 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Europe

Michel de l’UE : tous les outils sur la table pour la Turquie

dimanche 30 mai 2021 | par Hakan


Michel de l'UE : tous les outils sur la table pour la Turquie

L’Union européenne est « prête à utiliser tous les outils à sa disposition » pour changer le comportement de la Turquie, selon le président du Conseil européen Charles Michel.

Dans un entretien avec Kathimerini, Michel, qui est à Athènes depuis jeudi pour les célébrations du 40e anniversaire de l’adhésion de la Grèce à la Communauté européenne, a souligné qu’il restait prudent sur les intentions d’Ankara.

Près de deux mois après sa visite à Ankara et un mois avant que la Turquie ne soit à nouveau discutée lors du sommet du Conseil européen des 24 et 25 juin, Michel a déclaré que l’UE avait présenté aux autorités turques une position commune forte, préparée en étroite coopération avec 27 États membres, et en particulier la Grèce et Chypre.

« Nous avons envoyé un message clair : nous sommes prêts pour un agenda plus positif, mais notre humeur est conditionnelle, proportionnée et réversible », a-t-il dit, ajoutant que cela signifie que cela ne se réalisera que s’il y a des progrès dans différents domaines - et en particulier dans les relations gréco-turques, la question chypriote et les droits de l’homme.

« Cela dépendra du comportement de la Turquie », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait faire une évaluation intermédiaire pour savoir si la politique turque allait dans la bonne direction depuis début avril, Michel a déclaré qu’il ne voulait pas le faire avant la fin juin, mais a noté que « dans le passé, nous avons vu un pas. dans la bonne direction, puis deux dans la mauvaise direction. »

La Turquie, a-t-il dit, est un voisin, membre de l’OTAN, mais il est fondamental pour l’UE de veiller à ce qu’elle adopte une attitude plus positive à l’égard de l’intérêt européen commun - y compris dans des pays comme la Libye, la Syrie et le Caucase - et déplore que la position d’Ankara sur ces conflits dans le passé n’était pas conforme aux intérêts européens.

Pendant ce temps, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, devrait se rendre dimanche à Alexandroupoli, dans le nord-est de la Grèce, et se rendra à Komotini. Le programme concernant sa visite à Xanthi était en attente jeudi. Le ministre grec des Affaires étrangères, Nios Dendias, organisera un dîner privé dimanche soir avant de se rendre à Athènes lundi pour une réunion avec le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis au Maximos Mansion. Le FM turc sera accompagné lors de sa visite d’une importante équipe de journalistes.

Les chaînes de télévision turques manifestent un grand intérêt pour la visite de Cavusoglu dans la région de Thrace, qui abrite la minorité musulmane de Grèce, mais aussi pour la conférence de presse des deux ministres des Affaires étrangères après leurs échanges à Ankara lors de la visite de Dendias le mois dernier.



Nombre de visite 219

Sélection d'article