EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > Europe > L’implication du PKK dans le conflit Arménie-Azerba

L’implication du PKK dans le conflit Arménie-Azerbaïdjan mettrait en péril la sécurité européenne


Ecrit par Hakan, 2020-10-04 10:20:17


Les rapports alarmants selon lesquels l’Arménie a transféré des terroristes du PKK de Syrie et d’Irak vers les territoires occupés du Haut-Karabakh pour se préparer aux futures hostilités et former les milices arméniennes sont des nouvelles du genre qui devraient vous tenir éveillé la nuit, non uniquement en Azerbaïdjan mais aussi en Europe.

Changer la démographie des territoires occupés en faisant entrer des réfugiés d’origine arménienne du Liban, de Syrie et d’Irak est une chose, même si elle est illégale, mais peupler le Haut-Karabakh de militants du PKK, classés par tous les pays occidentaux, y compris les États-Unis et l’UE, en tant qu’organisation terroriste, en est une autre.

Les politiques de réinstallation artificielle de l’Arménie après l’explosion à Beyrouth le 4 août de cette année et la guerre syrienne en 2009, visent à changer la démographie du Haut-Karabakh et à consolider l’occupation arménienne qui dure depuis 30 ans. Ils représentent une violation du droit international, de la Convention de Genève et de divers accords internationaux. Les militants professionnels et les terroristes réinstallés au Haut-Karabakh seraient qualifiés de crime de guerre au regard du droit international, mettant en danger la paix et la stabilité dans la région.

Selon l’agence de presse Cairo24 et d’autres sources locales fiables, l’Arménie est allée jusqu’à laisser ses diplomates de carrière de haut niveau négocier un plan de transfert des terroristes avec l’Union patriotique du Kurdistan, l’aile la plus militante de l’establishment kurde dirigé par Lahur Sheikh. Jangi Talabany et Bafel Talabani. Cela faisait suite à une première tentative ratée de négocier un plan visant à créer un couloir pour envoyer des combattants kurdes au Haut-Karabakh avec le leader de la région autonome du Kurdistan Nechirvan Barzani.

Les efforts de l’Arménie auraient conduit au transfert de centaines de terroristes armés de Suleymaniyah, considérée comme un bastion du terrorisme du PKK en Irak, vers le Haut-Karabakh via l’Iran. Un groupe distinct de militants des YPG, considérés par beaucoup comme l’aile syrienne du PKK, a été envoyé au Haut-Karabakh depuis la région de Qamishli à la frontière syro-irakienne, tandis qu’un troisième groupe de militants PKK / YPG, qui a été formé à la base de Makhmur en au sud de la ville irakienne d’Erbil, a d’abord été déployée au siège de l’aile irakienne du Hezbollah à Bagdad avant d’être transférée au Haut-Karabakh via l’Iran. Selon les renseignements, des camps spéciaux ont été établis par les gardiens de la révolution iraniens pour former les militants sur le sol iranien avant de les envoyer au Haut-Karabakh, où ils ont également accès à des camps d’entraînement à une distance de sécurité de la base de Kandil du PKK,

Ce n’est pas la première fois que l’Arménie recrute des terroristes et paye des mercenaires pour ses propres intérêts. Ce fut également le cas lors de la guerre du Haut-Karabakh dans les années 1990. Même à l’époque soviétique, les Kurdes étaient instrumentalisés par la Russie et l’Arménie, la première ayant établi la région autonome du Kurdistan rouge au Haut-Karabakh en 1923-1929 pour faciliter la réinstallation des Kurdes vivant en Azerbaïdjan, en Arménie et en Iran dans la région.

Cependant, l’administration arménienne actuelle se montre de plus en plus belliqueuse à l’égard de l’Azerbaïdjan, contrecarrant le processus de négociation entre les deux nations à cause de considérations politiques internes, notamment une crise sanitaire et économique sans précédent. Non seulement l’actuelle administration arménienne a refusé d’adhérer à l’accord-cadre de l’OSCE, qui avait été convenu en principe, mais a demandé le redémarrage des négociations de paix à partir de rien. Alors que les Arméniens refusent de plus en plus d’envoyer leurs enfants en première ligne, l’administration arménienne semble déterminée à minimiser les pertes personnelles en utilisant des militants de groupes terroristes. Le Premier ministre Nikol Pashinyan a même annoncé l’initiative des milices populaires dans le pays, dont des exemples dangereux ont été observés dans d’autres régions du monde déchirées par les conflits,

Sous sa direction, le Caucase a connu les pires hostilités de ces dernières années lorsque les forces armées arméniennes ont utilisé le feu de distillerie pour attaquer le district de Tovuz en Azerbaïdjan à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan le 12 juillet. L’attaque a fait 12 morts azerbaïdjanais, dont un civil de 75 ans, faisant 4 blessés et causant de graves dommages aux villages frontaliers et aux fermes azerbaïdjanaises. Le 21 septembre, un soldat azerbaïdjanais a été victime de nouvelles escarmouches dans la région de Tovuz, l’Arménie ne respectant une fois de plus le cessez-le-feu.

Reconnu par l’ONU comme un territoire azerbaïdjanais, le Haut-Karabakh et ses sept régions environnantes sont sous occupation arménienne depuis 30 ans, malgré 4 résolutions de l’ONU appelant au retrait immédiat des forces armées arméniennes. La militarisation croissante du Haut-Karabakh ainsi que l’implication de mercenaires de groupes paramilitaires au Moyen-Orient conduiraient à l’internationalisation du conflit, mettant en désaccord les puissances régionales.

Les actions dangereuses de l’Arménie risquent de déstabiliser davantage la région, qui revêt une importance stratégique pour l’Azerbaïdjan et l’Europe, car elle fournit des liaisons énergétiques et de transport vers la Géorgie, la Turquie et l’Europe pour le pétrole et le gaz azerbaïdjanais ainsi que d’autres produits d’exportation. En mettant en péril de grands projets d’infrastructure, tels que l’oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, le gazoduc Bakou-Tbilissi-Erzurum, le chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars, l’Arménie pourrait mettre en danger la sécurité énergétique et des transports européens.

Source : Eupoliticalreport

Mot-clé :
Terrorisme PKK YPG/PKK
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank