100e anniverssaire de la république de Turquie

Terrorisme Arménien


Chronologie

Une chronologie des actes terroristes de l’ASALA

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 1502
Une chronologie des actes terroristes de l'ASALA

, Santa Barbara, La Californie : Le Gourgen arménien Yanikian, un citoyen des Etats-Unis, invite le général turc de consul, Mehmet Baydar, et le consul, Bahadir Demir à un déjeuner. Les diplomates acceptent l’invitation amicale. Gourgen Yanikian assassine ses deux invités. Il est condamné à l’emprisonnement à vie.

Deux diplomates turcs assassinés par l'organisation terroriste arménienne ASALA
Deux diplomates turcs assassinés par l’organisation terroriste arménienne ASALA
Gourgen Yanikian
Gourgen Yanikian
Mehmet Baydar et Bahadır Demir
Mehmet Baydar et Bahadır Demir

, Paris : Un attentat à la bombe cause de graves dégâts. La cible : le Consulat général turc et le bureau de la compagnie aérienne turque THY (Türk Hava Yollari). Les dommages sont étendus.

, New York : Bombardement essayé au bureau turc de l’information. La bombe est découverte à temps et désamorcée.
Un groupe s’appelle les "commandos de Yanikian" réclame la responsabilité. Ils veulent le dégagement du double meurtrier de Santa Barbara, Gourgen Yanikian, qui a insidieusement assassiné deux diplomates turcs.

,Beyrouth : Dans un 1978 conférence de presse, un porte-parole de l’ASALA a affirmé que l’attentat de janvier 1975 contre les bureaux de Beyrouth Conseil œcuménique des Églises était la première opération du groupe.

, Beyrouth : Bombardement essayé au bureau turc de l’information et de tourisme. La bombe éclate tout en étant désamorcé. Un policier libanais est blessé. "le groupe de Gourgen Yanikian de prisonnier" revendique la responsabilité.

Gourgen Yanikian
Gourgen Yanikian est l’ASALA

, Beyrouth : Le groupe de "Yanikian" exigeant le dégagement du double meurtrier de Santa Barbara frappe encore. Turkish Airlines les bureaux ont été bombardés. Les deux groupe Yanigian et l’ASALA revendique la responsabilité de l’attaque. Le groupe Yanigian exigeait la libération des prisonniers Arménien américain Kourken Yanigian qui a invité le consul général de Turquie Mehmet Baydar et consul turc Bahadır Demir à un déjeuner et tua ses deux invités le 27 janvier 1973 à Santa Barbara, Californie, États-Unis. Il a été condamné à la réclusion à perpétuité. L’ASALA revendique également la responsabilité du bombardement.

, Vienne : L’ambassadeur turc, Danis Tunalzgil, est assassiné dans son étude par trois terroristes arméniens. L’ASALA revendique la responsabilité.

Danis Tunaligil
Danis Tunaligil

Trois assaillants ont tué des gardes de sécurité avant d’entrer dans le bureau de cet ambassadeur turc à Vienne pour l’abattre. Les attaquants se sont enfuis en voiture. L’attaque aurait été perpétrée par les Commandos des justiciers du génocide arménien (ou Armée révolutionnaire arménienne), mais personne n’a été condamné pour ce meurtre.

, Paris : L’Ambassadeur Ismail Erez et son conducteur, Talip Yener, sont assassinés. Les ASALA Yanikian et le JCAG (Commandos de Justice pour l’Arménien Genocide) revendiquent la responsabilité.

Ismail Erez et son chauffeur Talip Yener
Ismail Erez et son chauffeur Talip Yener

Deux jours après l’assassinat de Danis Tunaligil, Ismail Erez, l’ambassadeur turc en France, a été tué dans sa voiture par deux tireurs. L’attaque aurait été perpétrée par les Commandos des justiciers du génocide arménien (ou Armée révolutionnaire arménienne). Aucune arrestation n’a été faite dans ce dossier.

, Beyrouth : Attaque de grenade sur l’ambassade turque. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Beyrouth : L’ambassade de Turquie à Beyrouth a été attaquée avec des roquettes ; une personne a été tuée. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Beyrouth : Deux roquettes ont été tirées sur l’ambassade de Turquie à Beyrouth. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Beyrouth : Le premier secrétaire de l’ambassade turque, Oktar Cirit, est assassiné dans un restaurant sur la rue de Hamra. L’ASALA revendique la responsabilité.

Oktar Cirit
Oktar Cirit

, Francfort, Essen, Cologne : Les consulats généraux à Francfort, à Essen et à Cologne sont les cibles des attaques simultanées de bombe.

, Zurich : Attentat à la bombe contre le bureau de l’attaché turc pour le travail et contre le Garanti Bankasi. Sérieux dommages matériels. Une bombe cachée dans l’office turc du tourisme est désamorcée à temps. Le JCAG
revendique la « responsabilité ». Le JCAG revendique la responsabilité.|

, Beyrouth : Les voitures de l’attaché militaire de Nahit Karakay, et de l’attaché administratif, Ilhan Özbabacan, sont détruites. Les deux diplomates sont pas endommagés.L’ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : Attaque de bombe au bureau turc de tourisme. Dommages étendus. Le "nouveau groupe arménien de résistance" revendique la responsabilité.

, Zurich : L’attaque de bombe au magasin d’un citoyen turc, Hüseyin Bülbül.

, Rome : L’assassinat de l’ambassadeur turc dans le Saint-siège, Taha Carim. Il meurt peu après l’attaque. Le JCAG revendique la responsabilité.

Taha Carım
Taha Carım

Cet ambassadeur turc au Vatican a été assassiné à Rome devant sa résidence par deux tireurs. Taha Carim avait déjà été menacé à maintes reprises par des militants arméniens. Les Commandos des justiciers du génocide arménien (ou Armée révolutionnaire arménienne) ont revendiqué l’attaque.

, Los Angeles : Un bombe explose devant la résidence de Stanford Shaw, américain d’origine juive, professeur d’histoire ottomane à l’université de Los Angeles. Il avait également publié une « Histoire de l’empire ottoman et de la Turquie moderne » en deux volumes. Le but de cet attentat était apparemment d’intimider Shaw. Un « Groupe Arménien 28 » revendique l’attentat.

, Bruxelles : L’attaque de bombe à un bâtiment contenant des services bancaires turcs. “Le nouveau groupe arménien de résistance " revendique la responsabilité.

, Athènes : Attentat à la bombe contre la voiture de l’attaché de presse adjoint turc Metin Yalman à Athènes. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Athènes : Trois petites bombes ont explosé sous des voitures appartenant à des diplomates turcs dans le Palaio Faliro-Kalamaki région d’Athènes, blessant légèrement un diplomate turc, deux policiers et un passant. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Madrid : L’attaque de terroriste sur l’automobile de l’ambassadeur turc, Zeki Kuneralp. Son épouse Necla Kuneralp et le retraité de l’Ambassadeur Besir Balcıoğlu meurent immédiatement sous la pluie de tir. Le chauffeur espagnol Antonio Torres meurt de sa blessure dans l’hôpital. L’ASALA et le JCAG revendiquent la responsabilité.

Zeki Kuneralp et son l'épouse de l'ambassade Necla Kuneralp
Zeki Kuneralp et son l’épouse de l’ambassade Necla Kuneralp

, Paris : La capitale française est bouleversée par quatre attentats à la bombe. Le premier dans le bureau de la compagnie THY, la deuxième bombe explose dans le bureau de l’attaché pour le travail, puis la troisième dans l’office turc du tourisme. La quatrième bombe, qui visait le représentant turc auprès de l’OCDE, a pu être désamorcée à temps. Le JCAG revendique la « responsabilité ».

, Genève : Une bombe éclate devant le Consulat général de Turquie. Dommages étendus. Le "nouveau groupe arménien de résistance" revendique la responsabilité.

, Genève : Un engin explosif a été lancé sur le Turkish Airlines bureau à Genève. Personne n’a été blessé dans l’explosion qui a brisé les fenêtres de l’immeuble. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Genève : Une bombe est jetée à la voiture du consul général turc Niyazi Adalı. Le diplomate échappe sain et sauf. Deux passants suisses sont blessés. Deux voitures sont détruites.

, Francfort : Les bureaux de THY sont totalement détruits par une explosion, blessant une femme dans un tramway passant devant le bâtiment. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Copenhague : Deux danois sont blessés quand une bombe éclate près des bureaux du crédit de réclamations de THY.L’ ASALA revendique la responsabilité.

, La Haye : Ahmet Benler, fils de l’Ambassadeur turc Özdemir Benler, est assassiné par des terroristes arméniens. Les assassins prennent la fuite. Le JCAG et l’ASALA revendiquent la responsabilité.

Ahmet Benler
Ahmet Benler

, Milan : Les bureaux de THY sont détruits par une explosion de bombe. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Rome : Le bureau turc de tourisme est détruit par une bombe. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : Trois explosions à la bombe dans les bureaux de Turkish Airlines, la compagnie aérienne néerlandaise KLM, et la ligne allemande Lufthansa dans le centre de Paris. Deux policiers ont été blessés lors des attaques. Un porte-parole de l’ASALA a revendiqué la responsabilité dans un appel téléphonique à l’AFP, disant : « Que l’impérialisme et ses collaborateurs du monde entier sachent que leurs institutions sont la cible de nos héros et qu’elles seront détruites. Nous tuerons et détruirons parce que c’est la seule langue. compris par les impérialistes. "

, Madrid : Deux bombes ont explosé devant les bureaux de Madrid British Airways, et Trans World Airlines. L’ASALA a revendiqué la responsabilité en disant : "C’étaient des compagnies aériennes des impérialistes mondiaux, et que l’attaque devait servir d’avertissement à Pape Jean Paul II d’annuler son voyage en Turquie. "

, Rome : Deux bombes éclatent au centre de Rome endommageant les bureaux de Pan Am, de British Airways et des voies aériennes philippines. Neuf personnes sont blessées dans l’attaque de terroriste. Le "nouveau mouvement de résistance arménien" revendique la responsabilité.

, Londres : Des dommages étendus arrivent quand une bombe éclate devant les bureaux de THY. Le "front de mouvement pour la libération de l’Arménie" revendique la responsabilité.

, Paris : Attaché de tourisme turc Yilmaz Çolpan est assassiné en marchant sur le Champs Élysées. Plusieurs groupes, dont l’ASALA, le JCAG et les "Commandos des militants arméniens contre le génocide" ont revendiqué la responsabilité.

Yilmaz Çolpan
Yilmaz Çolpan
Yılmaz ÇOLPAN le Conseiller Touristique de la Turquie à Paris a été lâchement assassiné par les terroristes de l’Asala

, Amsterdam : Les dommages lourds résultent d’une explosion de bombe devant les bureaux de THY. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Rome : Une bombe a explosé devant la pension Dina. La maison est un centre de réfugiés et une partie d’Ansha à Rome, responsable du transfert de nombreux Arméniens vers le États-Unis et d’autres pays. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Rome : Trois bombes ont explosé devant Air France, et TWA bureaux dans trois parties différentes du centre-ville de Rome. Une dizaine de personnes ont été blessées. L’ASALA revendique la responsabilité en affirmant qu’il s’agissait "de représailles contre les mesures répressives des autorités françaises contre les Arméniens en France".

, Istanbul :Des bombes ont explosé Aéroport Yesilkoy, Istanbul. Dommages à la propriété.

, Téhéran : Une bombe qui éclate devant les bureaux de THY cause de vastes dommages. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Madrid : Une série d’attaques de bombes, ayant pour résultat de nombreux dommages, se produit devant les bureaux de TWA, de British Airways, de Swissair, et de Sabena. Le JCAG revendique la responsabilité pour les attaques.

, Bruxelles : Deux bombes éclatent en un intervalle d’une minute devant les bureaux du centre de THY et d’Aeroflot. Le "nouveau groupe arménien de résistance" publie un communiqué dans lequel il revendique la responsabilité des deux attaques.

, Berne : Un terroriste ouvre le feu sur l’Ambassadeur turc Doğan Türkmen, qui se sauve avec des blessures mineures. L’assassin, un Arménien appelé Max Klindjian, est plus tard arrêté à Marseille et retourné en Suisse pour le procès. Le JCAG revendique la responsabilité pour l’attaque.

, Rome : Les bureaux de Lufthansa, d’El Al et de Swissair sont endommagés par deux attaques de bombes. Les messages téléphoniques donnent trois raisons aux attaques :
1. Les Allemands soutiennent "le fascisme turc" ;
2. Les juifs sont les Sionistes (ASALA) ;
3. Les Suisses se comportent "régressivement" envers les Arméniens.

, Rome : Attaques de bombes sur le THY et les bureaux turcs de bureau de tourisme sur le Piazza Della Repubblica. L’explosion tue deux Italiens et blessent quatorze. Le "nouveau mouvement de résistance arménien" revendique la responsabilité.

, Rome : L’ambassadeur turc Vecdi Türel est tiré et sérieusement blessé. Son chauffeur Tahsin Güvenç est aussi légèrement blessé dans la tentative d’assassinat. Le JCAG revendique la responsabilité pour l’attaque

, Marseille : Une fusée visée au général turc de consulat à Marseille est découverte et désamorcée avant d’éclater. L’ASALA et un groupe appelé "’avril noir" revendiquent la responsabilité pour l’attaque.

, Lyon : Attaque du consulat turc à Lyon : Deux hommes armés ont tiré sur le consulat de Turquie à Lyon, tuant deux personnes et en blessant grièvement deux autres. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Athènes : Galip Özmen, attaché administratif à l’ambassade turque, ses familles sont attaquées par des terroristes arméniens tout en se reposant dans leur voiture. Galip Özmen et sa fille de quatorze ans Neslihan sont tués dans l’attaque. Son épouse Sevil et son fils ainé de seize ans Kaan sont blessés. L’ASALA revendique la responsabilité pour le double massacre.

Galip Özmen et sa fille Neslihan
Galip Özmen et sa fille Neslihan

, Lyon : Orage dans le consulat général turc à Lyon. Deux terroristes ouvrent feu tuant deux et blessant plusieurs autres spectateurs. L’ASALA revendique la responsabilité pour l’attaque.

, New York : Un groupe arménien lance des bombes de peinture à la Chambre turque, usée comme maison des représentations turques à New York, en face des Nations Unies.

, Paris : Selçuk Bakkalbaşı, le conseiller de presse à l’ambassade turque, est tiré pendant qu’il entre dans sa maison. Bakkalbaşı survient mais est paralysé en raison de ses blessures. L’ASALA revendique la responsabilité pour l’attaque.

, Genève : Deux arméniens sont blessés dans leur chambre d’hôtel lors de l’explosion d’une de leurs bombes. Les deux hommes, Suzi Machseredian de Ganoga Park en Californie ainsi qu’Alexandre Jenikomechian sont emprisonnés. Il en résulte la création d’un nouveau groupe qui se nommera « 3 Octobre » et qui sera à l’origine de nombreux attentats contre des « cibles » suisses

, Milan : Le bureau de Turkish Airlines (THY) à Milan a été bombardé, causant des dégâts mais aucun blessé. L’ASALA a revendiqué la responsabilité en déclarant que "l’attaque faisait partie d’une campagne visant à arrêter le flux d’émigrants arméniens vers les États-Unis" lors d’un appel téléphonique à l’agence de presse italienne ANSA.

, Madrid : Le bureau de Alitalia a été bombardé. Bien que les dommages physiques aient été minimes, 12 personnes ont été blessées. La bombe a explosé à un moment calculé pour blesser un grand nombre de personnes. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Los Angeles : Deux cocktails Molotov sont jetés dans la maison du consul général turc Kemal Arıkan. Il survit avec des blessures.

, Beyrouth : Deux bombes éclatent près des bureaux suisses à Beyrouth occidental. Un groupe appelé "Octobre 3" assume la responsabilité de ces bombardements aussi bien que d’autres dans le même jour contre les bureaux suisses en Angleterre.

, New York : Une bombe placée devant la Chambre turque éclate. Quatre passants sont blessés. L’JCAG revendique la responsabilité.

, Los Angeles : Une agence de voyage dans Hollywood, possédée par un Turc-Américain, est détruite. Le JCAG revendique la responsabilité.

, Londres : Le bureau de la compagine Turkish Airlines a été bombardé à Londres, causant des dégâts mais aucun blessé. L’appelant a déclaré que "la bombe était destinée à protester contre l’action sanglante du gouvernement turc contre les Kurdes et les Arméniens". Le bombardement pourrait également avoir été lié à des bombardements par JCAG en Hollywood, Paris, et un presque simultané à Londres. Scotland Yard a déclaré que ce serait une coïncidence extraordinaire si les deux attentats à la bombe de Londres n’étaient pas liés.

, Londres : Un complexe de magasins suisse à Londres centrale est endommagé par une explosion de bombe. Ceux qui téléphonent à la police prétendent que l’explosion était l’affaire du"3Octobre ".

, Paris : Un bureau de tourisme suisse est endommagé par une explosion de bombe. Le "3 Octobre " revendique la responsabilité.

, Interlaken, Suisse : Une bombe est trouvée dans un train express suisse venant de Paris. Heureusement, elle n’éclate pas. On pense que le"3 Octobre " est derrière l’action, qui pourrait avoir causé une catastrophe.

, Genève : Le palais suisse de la justice à Genève est fortement endommagé par une explosion de bombe. Le"3 Octobre" revendique la responsabilité.

, Strasbourg : Le consulat de Turquie à Strasbourg, en France, a été bombardé, causant des dégâts matériels importants, mais aucun blessé. Lors d’un appel téléphonique au Agence France-Presse, un porte-parole a déclaré que l’explosion était une opération conjointe et a marqué le début d’une "collaboration fructueuse" entre l’ASALA et les terroristes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

, Rome : Deux attentats à la bombe, l’un à la fois Compagnies aériennes suisses bureau, et un à un Office du tourisme suisse, a blessé 5 personnes à Rome, en Italie. Les attentats à la bombe ont d’abord été revendiqués par le Troisième groupe d’octobre qui a dit qu’il protestait contre "le fascisme suisse et italien". Cependant, lors d’un appel à Agence France-Presse, L’ASALA et le PKK ont revendiqué la responsabilité en déclarant que "s’ils regrettaient d’avoir blessé des innocents, il y aurait davantage d’attaques contre des établissements privés et publics en Turquie en raison de l’opposition croissante au gouvernement et en Suisse parce qu’il enferme nos militants".

, Rome : Les bureaux du bureau turc de tourisme et ceux de THY sont endommagés par une explosion de bombe. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Genève : Les bureaux de l’union des banques suisses sont frappés par une explosion de bombe. Le’"3 Octobre " revendique la responsabilité.

, Marseille : Un expert de police désamorce une bombe à retardement posée au consulat suisse à Marseille. Le’"3 Octobre " revendique la responsabilité.

, Londres : Deux bombes placées devant le bureau français de tourisme à Londres sont désamorcées par une équipe de déminage de Scotland Yard. L’"Octobre 3" prétend que les bombes sont un avertissement au Français pour l’aide qu’elles ont rendu les Suisses qui combattent contre le terrorisme arménien.

, Sydney : Deux terroristes assassinent le consul général turc Şarık Arıyak, et son garde Engin Sever. Le JCAG revendique la responsabilité.

Engin Sever et Şarık Arıyak
Engin Sever et Şarık Arıyak

, Zurich : Une explosion de bombe détruit un moniteur de radar à l’aéroport de Kloten, et un deuxième explosif planté sur la piste principale de l’aéroport est désamorcé. Le’"3 Octobre " revendique la responsabilité pour des tentatives de tueries.

, Madrid : Un journaliste espagnol est sérieusement blessé dans une cabine téléphonique tout en appelant au sujet de l’attaque de bombe sur les bureaux de Swissair.Le’"3 Octobre " revendique la responsabilité.

, Beyrouth : Attaque de bombes sur les bureaux de Crédit-Suisse. L’ASALA et le "3 Octobre " revendiquent la responsabilité.

, États-Unis : Une petite bombe a explosé dans un magasin de Carpeteria et les propriétaires ont été menacés de plus de violence à moins que de l’argent ne soit versé à l’ASALA. En novembre 1987 Vicken Tcharkhutian, membre de l’ASALA, a admis avoir pris part à ce stratagème d’extorsion/bombardement.

, Beyrouth : Dans un communiqué de presse, L’ASALA menace "d’attaquer tous les diplomates suisses dans le monde entier" en réponse au mauvais traitement allégué de "Suzy et d’Alex" en Suisse. Le 4 janvier et l’ASALA publient un rapport donnant au Suisse quelques jours pour y penser.

, Paris : Une bombe a explosé dans la voiture de Ahmet Erdeyli, le conseiller financier de l’ambassade de Turquie à Paris. Il s’est échappé sans blessure. Une enquête des responsables français a montré que l’explosion avait été causée par une grenade à main placée sous l’aile avant de la voiture. L’ASALA a revendiqué la responsabilité de l’attaque.

, Milan : Le Swissair et les bureaux de tourisme suisses à Milan sont endommagés par des explosions de bombe. Deux passants sont blessés. Le" 3 Octobre " revendique la responsabilité pour le bombardement dans un appel aux représentants locaux de médias.

, Los Angeles : La police de Los Angeles a démantelé une bombe découverte aux portes du consulat suisse. Un groupe arménien se faisant appeler "3 octobre" a revendiqué la responsabilité du bombardement d’un certain nombre de bâtiments gouvernementaux et commerciaux suisses dans toute l’Europe ces derniers mois. Le groupe a demandé la libération de Alec Yenikomshian, qui est lié à un attentat à la bombe dans un hôtel de Genève (avec Suzy Mahseredjian) qui s’est déclenchée lors de leur montage. Mahseredjian a été libérée par un tribunal suisse et autorisée à retourner aux États-Unis après avoir été accusée d’affiliation à l’ASALA. En novembre 1987, Vicken Tcharkhutian a admis devant un tribunal fédéral qu’il avait fabriqué les armes utilisées dans cette attaque. Tcharkhutian est membre de l’ASALA.

, Paris : Les bombes éclatent dans les bureaux de TWA et d’Air France. L’explosion fait un blessé et cause des dommages matériels lourds. Le’"3 Octobre " revendique la responsabilité.

, Paris : Deux hommes armés ouvrent le feu sur l’attaché travailliste turc Resat Morali, Spécialiste des affaires religieuses à l’ambassade de Turquie Tecelli Ari, et représentant à Paris d’Anadolu Bank Ilkay Karakoç. Morali et Ari sont tués. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

Resat Morali et Tecelli Ari
Resat Morali et Tecelli Ari

, Téhéran : Un groupe de membres de l’ASALA tente d’occuper l’ambassade de Turquie, tuant deux gardes dans le processus. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Copenhague : Cavit Demir, attaché de travail à l’ambassade turque, est tiré pendant qu’il entre dans son immeuble tard en soirée et est sérieusement blessé. L’ASALA et le JCAG revendiquent la responsabilité

, Los Angeles : Les bombes forcent l’annulation des spectacles d’un groupe de danse folklorique turque . Des menaces des bombardements semblables forcent aussi l’annulation des spectacles du groupe à San Francisco.

, Genève : Mehmet Savas Yergüz, secrétaire dans le consulat turc, est assassiné par le terroriste arménien Mardiros Jamgotchian. L’arrestation du terroriste d’ASALA mène à la formation d’une nouvelle branche d’ASALA appelée la "Neuvième Organisation de Juin", qui sera responsable d’une nouvelle série d’attaques.

, Paris : Un groupe de terroristes arméniens, mené par un Ara Toranian, occupe les bureaux de THY. Au commencement ignoré par les autorités françaises, les terroristes sont seulement expulsés des lieux après des protestations véhémentes de l’ambassade turque.

, Téhéran : Une bombe éclate dans les bureaux de Swissair. La "Neuvième Organisation de Juin" revendique la responsabilité.

, Los Angeles : Une bombe éclate devant les bureaux de Swiss Banking Corporation. C’est encore l’affaire de la "Neuvième Organisation de Juin".

, Berne : Une bombe éclate au bâtiment suisse du Parlement. La "Neuvième Organisation de Juin" revendique la responsabilité.

, Zurich : La "Neuvième Organisation de Juin" frappe encore. Une bombe éclate dans une photo-cabine automatique à l’aéroport international de Zurich.

, Lausanne : Une vingtaine de blessées pendant qu’éclate une bombe posée dans un grand magasin par des terroristes arménien. La "Neuvième Organisation de Juin" revendique la responsabilité.

Le 21 juillet 1981, une attaque visait le magasin Uniprix à Lausanne, faisant 26 blessés
Attentat d’ASALA le mardi 21 juillet 1981 à Lausanne
Quelques minutes après la déflagration, le sol du magasin est jonché de vêtements, de débris de verre et de taches de sang.

, Genève : Une bombe éclate dans un casier de consigne automatique dans la station de train. L’autorité suspecte de la "Neuvième Organisation de Juin".

Une heure plus tard, une deuxième bombe éclate dans un casier de consigne automatique. La police interdit l’accès au secteur au moyen d’un cordon de police après la première explosion, empêchant les blessés de la seconde explosion.

, Copenhague : Deux bombes détruisent les bureaux de Swissair. Un touriste américain est blessé dans l’explosion. La "Neuvième Organisation de Juin" revendique la responsabilité.

, Los Angeles : Une bombe éclate en dehors des bureaux des instruments suisses de précision. La "Neuvième Organisation de Juin" revendique la responsabilité.

, Paris : Explosion aux lignes aériennes d’Alitalia. La "Neuvième Organisation de Juin" revendique la responsabilité.

, Copenhague : Un homme a été vu peu de temps avant l’explosion en train de placer deux sacs en plastique à l’extérieur du bâtiment. Un seul des sacs contenant des explosifs a explosé ; la deuxième bombe a explosé par des experts de l’armée. Deux personnes ont été blessées lors de l’attaque, dont une gravement. Les bureaux ont été gravement endommagés. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Téhéran : Une explosion de bombe endommage un bâtiment de l’ambassade suisse. La "Neuvième Organisation de Juin"de l’ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : Quatre terroristes arméniens occupent le consulat général turc. Pendant leur entrée dans le bâtiment, le consul, Kaya Inal, et un garde de sécurité, Cemal Özen, sont sérieusement blessés. Les terroristes prennent 56 personnes en otages. Özen meurt de ses blessures dans l’hôpital. Les terroristes sont des membres d’ASALA.

Prise d'otage de l'Asala au Consulat général de Turquie à Paris
Prise d’otage de l’Asala au Consulat général de Turquie à Paris
AFP
Un commando de terroristes arménien retient des otages dans des locaux du consulat de Turquie, boulevard Haussmann, à Paris
Un commando de terroristes arménien retient des otages
“Un commando de terroristes arménien retient des otages, depuis la fin de la matinée de ce jeudi 24 septembre, à l’intérieur des locaux du consulat de Turquie, boulevard Haussmann, à Paris”. (Le Monde, 25.09.1981)

, Genève : La poste principale et le tribunal de ville sont frappés par des explosions de bombe. Un membre d’ASALA est programmé pour aller sur l’épreuve pour le meurtre dans le tribunal. La " Neuvième Organisation de Juin " revendique pour les attaques, qui laissent une personne blessée.

, Rome : Un homme armé tente d’assassiner un diplomate turc nommé Gökberk Ergenekon. Le diplomate riposte et blesse l’attaquant. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Paris : Chez Fouquet, le restaurant français à la mode, est la cible d’une attaque de bombe. Un groupe appelé "Septembre-France" revendique la responsabilité pour l’attaque.

, Paris : Le même groupe est derrière l’explosion d’une automobile piégée devant "Le Drugstore".

, Paris : Le « Septembre-France » effectue une attaque de bombe à l’aéroport de Roissy.

, Paris : Une deuxième bombe éclate près d’un escalator occupé à l’aéroport de Roissy. Personne n’est blessé. Le "Septembre-France" revendique la responsabilité.

, Paris : Le même groupe est responsable d’une attaque à la bombe dans un cinéma. Trois personnes sont blessées.

, Madrid : Une bombe éclate devant les bureaux de Swissair, blessant trois personnes. Dommages considérables aux bâtiments voisins. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : Une bombe éclate dans la Gare De Lyon, blessant une personne. "L’Organisation Arménienne d’Orly" revendique la responsabilité.

, Beyrouth : Les explosions simultanées de bombe se produisent devant trois bureaux français : le centre culturel français, les bureaux d’Air France et la maison du consul général français. "L’Organisation Arménienne d’Orly" ré-revendique la responsabilité. Cette organisation doit son nom au fait que la police française a arrêté un Arménien à l’aéroport d’Orly à Paris en raison des papiers forgés.

, Paris : Une explosion de bombe endommage une automobile près de la tour d’Eiffel. L’Organisation Arménienne d’Orly" revendique la responsabilité.

, Paris : L’Organisation Arménienne d’Orly" lance une attaque de grenade sur un groupe de touristes débarquant d’un bateau guidé sur la rivière de Seine.

, Paris : L’Organisation Arménienne d’Orly" menace de faire exploser un avion d’Air France en vol.

, Beyrouth : Le Banque Libano Française et le Union des Assurances de Paris ont été bombardés à Beyrouth-Est. Bien que les dégâts aient été importants, personne n’a été blessé. Les attentats ont été revendiqués par l’Organisation d’Orly. (L’ASALA a répertorié plus tard cet incident dans sa chronologie des actions d’Orly en « Arménie »).

, Paris : Un restaurant de McDonald est détruit par le "Septembre-France".

, Paris : Une bombe blesse deux spectateurs innocents chez le Gare De l’Est. L’Organisation Arménienne d’Orly" revendique la responsabilité.

, Paris : L’Organisation Arménienne d’Orly" annonce qu’il a planté une bombe chez la Gare du Nord.

, Los Angeles : Le consulat général turc à Beverly Hills subit des dommages étendus. Le JCAG revendique la responsabilité

, Toronto : Une bombe d’ASALA cause des dommages étendus au consulat général turc.

, Genève : Deux bombes détruisent les voitures garées. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : Une bombe éclate à l’union des banques et une seconde est désamorcée au crédit Lyonnais. L’Organisation Arménienne d’Orly" revendique la responsabilité.

, Paris : Une bombe éclate dans les bureaux d’Air France dans le Palais de Congrès. "L’Organisation Arménienne d’Orly" revendique la responsabilité.

, Los Angeles : Kemal Arıkan, consul général turc à Los Angeles, est assassiné par deux terroristes tout en conduisant au travail. Hampig Sassounian de dix-neuf ans sont arrêtés et condamnés à la vie.

Kemal Arıkan
Kemal Arıkan
Un diplomate turc assassiné par deux citoyens américains d’origine arménienne à Los Angeles, aux États-Unis.

, Cambridge, Le Massachusetts : Une boutique de cadeaux appartenant à Orhan Gündüz, de consul général honorifique turc à Boston, est exposée. Gündüz reçoit un ultimatum : Ou il renonce à sa position honorifique ou il "sera exécuté". Le JCAG revendique la responsabilité

Le meurtrier de Orhan Gündüz laisse des indices
Les indices laissées par le meurtrier de Orhan Gündüz
Quand un assassin laisse de tels indices - comme c’est le cas ici, dans l’affaire du meurtre perpétré sur la personne du consul honoraire de Turquie Orhan Gündüz (à Boston en mai 1982), c’est déjà beaucoup : il abandonna sur les lieux un Magnum 357, une arme à feu de calibre 9 mm ainsi qu’une chemise de jogging.
Le meurtrier de Orhan Gündüz (diplomate turc) ne fut jamais arrêté (mai 1982)
Le meurtrier de Orhan Gündüz
D’après la description donnée par un témoin, la police reconstitua un portrait robot du coupable ; la télévision et la presse participèrent aux recherches pour retrouver l’auteur de l’attentat.
Toutefois lorsque le témoin fut abattu à son tour et ne survécut que de justesse, la source des renseignements venant de la population se tarit.
Résultat : le meurtrier de Orhan Gündüz ne fut jamais arrêté.

, Beyrouth : L’ASALA a revendiqué l’attentat à la bombe contre une salle de cinéma dans la section arménienne de Beyrouth, qui a fait deux morts et plus de 16 blessés. L’ASALA a déclaré que le cinéma présentait fréquemment des films réalisés en Turquie ou parlés en turc.

, Ottawa : Kani Gungor, conseiller commercial à l’ambassade de Turquie à Ottawa, a été grièvement blessé par des hommes armés dans le garage de stationnement de sa maison de ville. À Beyrouth, au Liban, l’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie a assumé la responsabilité dans un appel aux médias. Une lettre du groupe a également été envoyée aux médias à Los Angeles, en Californie. Il a renforcé la revendication au nom du groupe commando Zaven Abedian de l’ASALA. L’attaque a incité les autorités canadiennes à améliorer les mesures de sécurité dans les ambassades des États-Unis, de France et de Suisse. Les trois pays avaient des membres de l’ASALA en détention pour des attaques contre des cibles turques.

, Dortmund, Rép. Féd. d’Allemagne : Plusieurs entreprises Turques subissent des dommages étendus dans des attaques à la bombe. "La Nouvelle Organisation Arménienne de résistance" revendique la responsabilité.

, Cambridge, Le Massachusetts : Orhan Gündüz, le consul général honorifique turc à Boston est assassiné. Le meurtrier est toujours en liberté.

Orhan Gündüz
Orhan Gündüz

, Genève : Les bombes éclatent à deux banques. Les attaques sont revendiquées par "une organisation arménienne de punition du monde".

, Toronto : Quatre arméniens sont arrêtés en essayant de passer l’argent hors du pays en contrebande. L’argent était soutiré des Arméniens, une pratique courante dans le monde entier. Au cours de la recherche, on découvre que les terroristes ont bombardé la maison d’un arménien qui a refusé d’apporter sa contribution au terrorisme arménien.

, Tampa La Floride : Attaque au bureau de Nasuh Karahan, consul général honorifique turc.

, Los Angeles : Les bureaux de Los Angeles de la Swiss Bank Corporation ont été bombardés. Les soupçons étaient Vicken Tcharkhutian et ses complices présumés, Hratch Kozibioukian et son épouse Stranouche de Van Nuys, et Varant Chirinian de Glendale. Tous sont accusés d’implication dans l’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie. Les enquêteurs fédéraux identifient le groupe comme une organisation marxiste-léniniste ayant son siège au Liban et responsable d’attentats à la bombe en Europe, au Canada et aux États-Unis. Tcharkhutian s’est enfui en France qui a refusé de l’extrader vers les États-Unis ; il s’est ensuite enfui en Libye. Ses complices seront jugés en décembre. (Voir l’incident du 30/05/82 également attribué à ce groupe.) Tcharkhutian a été arrêté à l’aéroport international de Los Angeles en octobre 1987. En novembre, il a admis devant un tribunal fédéral son implication dans une série d’attentats à la bombe aux États-Unis.

, Los Angeles : Trois membres de l’ASALA ont été arrêtés et accusés d’avoir placé un « engin explosif » devant le bâtiment de fret d’Air Canada à l’aéroport international de Los Angeles. La bombe a été désamorcée par des membres de la brigade anti-bombe du département de police de Los Angeles. Les arrestations, effectuées plus tard dans la journée, étaient l’aboutissement de quatre mois d’enquête conjointe par le FBI, le département de police de Los Angeles et le bureau du shérif du comté de Los Angeles sur une série d’attentats à la bombe locaux remontant à 1980. Les trois accusés sont Hratch Kozibioukian , sa femme Stanouche Kozibioukian et Varant Barkev Chirinian. La police pense que ce dernier attentat à la bombe était peut-être des représailles pour l’arrestation de membres de l’ASALA au Canada il y a deux semaines. Un quatrième membre, Vicken Tcharkhutian, a été découvert en France. La demande d’extradition des États-Unis a été refusée par un tribunal français au motif que le traité d’extradition franco-américain de 1909 ne couvre pas la fabrication de bombes. La France a cependant expulsé l’Arménien qui est parti pour Chypre, et de là pour la Libye. Tcharkhutian a été arrêté à l’aéroport international de Los Angeles en octobre 1987. En novembre, il a admis devant un tribunal fédéral son implication dans une série d’attentats à la bombe aux États-Unis.

, Lisbonne : L’attaché administratif à l’ambassade turque, Erkut Akbay et son épouse, Nadide Akbay, sont assassinés devant leur maison. Le JCAG a revendiqué sa responsabilité.

Erkut Akbay et sa femme Nadide Akbay
Erkut Akbay et sa femme Nadide Akbay

, Rotterdam : Kemalettin Demirer, consul général turc à Rotterdam, est abattu par quatre terroristes arméniens. "Une armée rouge arménienne" revendique la responsabilité.

, Paris : Une bombe a explosé devant un appartement au troisième étage de la rive gauche à Paris, anciennement occupé par Régis DeBray, un activiste de gauche français, écrivain et conseiller spécial du président François Mitterrand. Dans un appel téléphonique anonyme, une personne a affirmé que l’attentat était la responsabilité des Brigades révolutionnaires françaises, mais la police estime que c’était la responsabilité de l’ASALA, en représailles à l’échec du gouvernement français à libérer les quatre membres de l’ASALA détenus dans une prison française.

Une explosion dans un café sur la place Saint-Severin à Paris par l'Asala
Victime à Paris (21 juillet 1982)
Une explosion dans un café sur la place Saint-Severin cause 16 blessés. Responsable : « Orly ». Le motif : « Orly » se plaint de ce que les prisonniers arméniens sont classés prisonniers

, Paris : "Orly" est responsable de blesser deux femmes dans une explosion au "Pub Saint-Germain" à Paris.

, Paris : Pierre Gulumian, un terroriste arménien, est tué quand une bombe qu’il fait éclate dans son visage.

, Ankara, Aéroport d’Esenboga : Des membres de l’ASALA attaqués Aéroport d’Ankara Esenboğa. Neuf personnes ont été tuées et 78 blessées dans la bombe et mitraillette fusillade entre les assaillants et les forces de sécurité turques. Les morts comprenaient un passager américain et un passager ouest-allemand. L’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie (ASALA) a revendiqué la responsabilité de l’attaque et déclaré que l’attaque était contre « l’occupation fasciste turque de notre terre », et a mis en garde contre des attentats suicides aux États-Unis, au Canada, en Angleterre, en Suède, et la Suisse, à moins que 85 prisonniers détenus dans ces pays n’aient été libérés dans les sept jours. Un appelant à la presse a déclaré que l’opération avait été organisée par "Martyr Kharmian Hayrik Suicide Squad". Hayrik n’a pas été identifié davantage. Un membre de l’ASALA a été appréhendé et traduit en justice au 3e tribunal militaire du commandement de la loi martiale d’Ankara le 8 septembre. Levon Ekmekjian, un ressortissant français d’origine libanaise, a été blessé lors de l’attaque et a admis qu’il était complice du meurtre et qu’il avait été planifié depuis un certain temps. Lorsqu’il était à la barre, il a déclaré : « Je suis venu ici motivé par la croyance, cependant, après cet incident, comprenez à quel point cette croyance était ridicule et erronée ... » Ekmekjian a été condamné à mort, mais il était censé faire appel de la condamnation. Les allégations ultérieures de l’ASALA soutenaient qu’il y avait deux équipes d’assaut et que la première unité avait frappé le quartier général de la police militaire turque près de l’aéroport, puis avait repris le terminal des passagers. L’ASALA a affirmé qu’il y avait eu plus de 30 morts et 102 blessés dans les deux opérations.

Attaque terroriste de l'Asala à Aéroport d'Ankara Esenboğa le 7 août 1982
Attaque terroriste de l’Asala à Ankara
L’attaque de l’Asala à l’aéroport d’Ankara Esenboğa le 7 août 1982
Attentat à Ankara à aéroport Esenboga le 7 août 1982
Attentat à aéroport Esenboga à Ankara
7 août 1982 Ankara, aéroport Esenboga : Deux terroristes arméniens ouvrent
le feu.
Résultat : 9 morts, 82 blessés innocents

, Paris : Une bombe est désamorcée à temps. "Orly" regrette la découverte de la bombe.

, Paris : Les terroristes ouvrent feu sur un policier chargé de protéger les bureaux de tourisme de l’attaché turc. Heureusement, il s’échappe sans blessures

, Ottawa : Colonel Atilla Altıkat, l’attaché militaire à l’ambassade turque, est assassiné dans sa voiture. Le JCAG revendique la responsabilité.

Atilla Altıkat
Atilla Altıkat
Atilla Alkikat mort par balle dans le cou avec un pistolet 9 mm
Atilla Alkikat mort par balle dans le cou avec un pistolet 9 mm

, Burgaz, Bulgarie : Bora Süelkan, l’attaché administratif au consulat général turc à Burgaz, est assassiné devant sa maison. L’assassin laisse un message que "nous avons tiré le diplomate turc pour "Les Unités de Combat de Justice Contre le Genocide Arménien ". Un visiteur anonyme prétend que l’assassinat est l’affaire d’une branche de l’ASALA.

Bora Suelkan
Bora Suelkan

, Los Angeles : Cinq terroristes arméniens sont chargés de la conspiration pour faire exploser les bureaux du consul général turc honorifique à Philadelphie. Tous appartiennent au JCAG.

Cinq visages de la terreur de l'ASALA
Cinq visages de la terreur de l’ASALA
Un extrait d’un journal sur la recherche de terroristes arméniens sous le titre Cinq visages de la terreur , Cinq visages de la terreur
Un extrait d’un journal, la recherche de criminels.

, Athènes : Deux Arméniens sur une motocyclette jettent une bombe aux bureaux de Saudi Arabian Airlines. La bombe frappe un pylône électrique, éclate et tue un des terroristes. Son complice, un Arménien de l’Iran appelé Vahe Kontaverdian est arrêté. On indique plus tard que l’ASALA donne l’ordre de l’attaque parce que l’Arabie Saoudite maintien des relations amicales avec la Turquie.

, Anaheim, La Californie : Neuf bombes sophistiquées sont saisies d’une boulangerie arménienne après qu’un des détonateurs explose et cause l’incendie.

, Paris : Deux terroristes attaquent les bureaux de THY avec des grenades de main. Personne n’est blessé. L’ASALA revendique la responsabilité

, Paris : La police française désamorce un dispositif explosif puissant près du guichet de THY à l’aéroport d’Orly.

, Bruxelles : Les bureaux de THY sont bombardés. La "Nouvelle Organisation Arménienne de Résistance" revendique la responsabilité.

, Le Luxembourg : Une bombe placée devant la mission diplomatique de la Turquie est désamorcée. Le journaliste arménien à New York rapporte que la "Nouvelle Organisation Arménienne de Résistance" en est responsable

, Paris : Une bombe éclate à l’agence de voyage de Marmara. Renée Morinest, un secrétaire français, tué dans l’explosion. Quatre autres Français sont blessés. Quelques minutes après l’attaque, l’ASALA revendique la responsabilité.

La première victime du terrorisme arménien en France est tombée, lundi 28 février 1983, à Paris
Un terroriste arménien est condané
“La première victime du terrorisme arménien en France est tombée, lundi 28 février, à Paris. Significativement, cette victime n’est pas turque, mais française”. (Le Monde, 02.03.1983)

, Belgrade : Galip Balkar, l’ambassadeur turc en Yougoslavie est assassiné à Belgrade central. Son chauffeur, Necati Kayar reçoit une balle dans l’estomac. Pendant que les deux assaillants se sauvent de la scène, ils sont bravement poursuivis par des citoyens yougoslaves. Un des terroristes tire et blesse un colonel yougoslave et alternativement est appréhendé par un policier. Le deuxième terroriste ouvre feu sur les civils qui le chassent, tuant un jeune étudiant et blessant une jeune fille.

Galip Balkar
Galip Balkar

Galip Balkar est mort le 11 mars à l’hôpital. Les auteurs de cette attaque étaient les Commandos des justiciers du génocide arménien (ou Armée révolutionnaire arménienne). Harutyun Krikor Levonian et Rafi Alexander Elbekian ont été condamnés à 20 ans de prison pour ce meurtre.

, Francfort : Un visiteur anonyme menace un journal turc" Tercüman"de bombarder les bureaux et de tuer son personnel

, Bruxelles : Les bombes éclatent devant les bureaux de la culture et de l’information de l’ambassade turque et devant une agence de voyage turc. Le directeur italien de l’agence de voyage est blessé. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Istanbul : Les terroristes arméniens effectuent une attaque aux grenades de main et aux armes automatiques à l’intérieur du Bazar Couvert à Istanbul faisant deux morts et vingt et un blessés. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : Les terroristes arméniens attaquent les bureaux du Conseil britannique, protestant contre les procès des Arméniens à Londres.

, Bruxelles : Les terroristes arméniens assassinent Dursun Aksoy, l’attaché administratif à l’ambassade turque. L’ASALA, l’ARA et le JCAG revendiquent la responsabilité.

, Paris : Une bombe a explosé dans une valise au comptoir d’enregistrement de Turkish Airlines dans le terminal sud bondé de l’aéroport. 3 personnes ont été tuées immédiatement dans l’explosion et 5 autres sont décédées à l’hôpital. Parmi les victimes figuraient 4 Français, 2 Turcs, 1 Américain et 1 Suédois. Varoujan Garabedian (Varadjian Garbidjian), un syrien ressortissant d’origine arménienne, a été reconnu coupable d’avoir posé la bombe et condamné à la prison à vie. Il a été libéré en 2001.

Varoujan Garabedian
Varuzhan Karapetjan
Varoujan Garabedian (7 mars 1954 - 29 janvier 2019) était un terroriste arménien d’origine syrienne. Il était membre de l’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie (ASALA) et chef de la branche française de l’organisation.
Le 15 juillet 1983, l'aéroport d'Orly est la cible d'un attentat à la bombe par l'ASALA qui cause huit morts et entre 56 et 63 blessés.
L’aéroport d’Orly est la cible d’un attentat à la bombe
Le 15 juillet 1983, l’aéroport d’Orly est la cible d’un attentat à la bombe qui cause huit morts et entre 56 et 63 blessés. Un homme syrio-arménien de 29 ans donne sa valise, dans laquelle est placée une bombe, au passager d’un avion. La bombe explose prématurément sur le tapis des bagages alors qu’elle devait se déclencher en vol.
Dominique Faget/AFP

, Londres : Une bombe, semblable à celle qui a éclaté à Orly, est désamorcée à temps. L’ASALA revendique la responsabilité pour deux attaques.

, Lyon : Une menace de bombe est faite par ASALA contre la station de chemin de fer de Lyon.

, Lyon : Évacuation en panic à la Gare de Lyon-Perrache précédant une menace de bombe d’ASALA.

, Téhéran : "Orly" effectue des attaques à la bombe sur l’ambassade et l’Air France français.

, Lisbonne : Cinq terroristes arméniens essayent de faire rage à l’ambassade turque à Lisbonnene, ne réussissent pas à entrer à la chancellerie mais occupent la résidence, prenant le sous-chef de Mission(DCM) et sa famille en otage. Quand les explosifs plantés par les terroristes explosent, Cahide Mıhçıoglu, femme du DCM et quatre des terroristes sont divisés en morceaux. Les DCM, Yurtsev Mıhçıoglu, et son fils Atasay sont blessés. Le cinquième terroriste est tué dans l’assaut initial par des forces de sécurité turque Un policier portugais est également tué et des autres blessés. L’ARA revendique la responsabilité.

, Lyon : Une autre menace de bombe sur la station de chemin de fer de Lyon-Perrache. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Téhéran : Une menace de faire sauter l’ambassade française à Téhéran avec une attaque à la fusée force les fonctionnaires iraniens à augmenter la sécurité au service.

, Lyon et Rennes : Les menaces de bombardements des terroristes arméniens forcent l’atterrissage de secours de deux vols français domestiques transportant 424 passagers.

, Téhéran : Une bombe éclate dans une automobile à l’ambassade française. L’ASALA revendique la responsabilité pour l’attaque.

, Bonn : Une série d’attaques de bombe contre des bureaux de la revendication générale de consulat français fait deux morts et vingt-trois blessés. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Téhéran : Deux voitures de l’ambassade françaises sont bombardées. Un des bombes blesse deux membres de personnel de l’ambassade. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Marseille : Une explosion de bombe détruit les pavillons des Etats-Unis, de l’URSS Soviétique et de l’Algérie à une foire internationale de commerce à Marseille. Une personne est tuée et vingt-six blessés. L’Asala et l’Orly réclament la responsabilité.

, Téhéran : Un véhicule de l’ambassade française est bombardé, blessant deux passagers. "Orly" revendique la responsabilité.

, Beyrouth : Attaque à la main de grenade sur l’ambassade française. Un des terroristes de l’ASALA est arrêté.

, Beyrouth : L’ambassade turque est attaquée par trois terroristes arméniens. Un des assaillants, arménien libanais de 19 ans appeler Sarkis Denielian, est appréhendé. L’ ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : La menace de bombardement sur un vol d’Air France en destination de New York.

, Téhéran : Une série d’attaques est effectuée contre les diplomates turcs :
Deux terroristes arméniens tirent et blessent sérieusement sergeant Ismail Pamukçu, employé au bureau de l’attaché militaire turc ;
Hasan Servet Öktem, le premier secrétaire de l’ambassade turque, est légèrement blessé pendant qu’il part de sa maison ;
Ibrahim Özdemir, l’attaché administratif à l’ambassade turque, avertit la police de deux hommes suspects. Ils s’avèrent être les terroristes arméniens et sont arrêtés ; L’après-midi du même jour, la police iranienne arrête trois terroristes arméniens en dehors de l’ambassade turque ;
Un terroriste arménien est tué quand une bombe qu’il essaye de planter dans la voiture de l’auxiliaire conseiller commercial turc éclate avant terme. Le terroriste meurt plus tard et est identifié comme Sultan Semaperdan grégorien (ASALA).

, Los Angeles : L’ASALA envoie une menace écrite dans laquelle ils assassineront les athlètes turcs qui participent aux Jeux Olympiques.

, Beyrouth : L’ASALA publie un communiqué d’avertissement que tous les vols en destination de Turquie seront considérés les cibles militaires.

, Ankara : Le premier ministre turc, Turgut Özal, reçoit un avertissement de menace comme quoi s’il va à Téhéran, l’ASALA effectuera une opération importante de terroriste contre son pays.

, Téhéran : Deux hommes armés conduisant une moto ouvrent le feu sur Isik Yönder alors avec sa femme, Sadiye Yönder (Employé de l’ambassade de Turquie), à ​​l’ambassade de Turquie. Isik Yönder est tué. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

, Vienne : Une bombe éclate dans une voiture appartenant à Erdogan Özen, un conseiller d’affaires sociales de travail et d’aide à l’ambassade turque à Vienne. Özen est tué et cinq autres sérieusement blessés, y compris un policier. Les terroristes d’ARA revendiquent la responsabilité pour le crime.

Autriche : les terroristes arméniens assassinent dans sa voiture Erdogan Özen, diplomate en poste à Vienne,
Autriche : les terroristes arméniens assassinent dans sa voiture Erdogan Özen, diplomate en poste à Vienne,
Autriche : les terroristes arméniens assassinent dans sa voiture Erdogan Özen, diplomate en poste à Vienne, le 20 juin 1984.
transfert de la dépouille mortelle de Erdogan Özen pour Istanbul à l'aéroport de Vienne
Monika Özen et son fils Murat Özen
Monika Özen, originaire de Salzbourg, avec son fils Murat Özen, lors du transfert de la dépouille mortelle de Erdogan Özen pour Istanbul à l’aéroport de Vienne. Son fils Murat et sa femme Monika étaient la raison de vivre de Erdogan Özen, qui, de plus, se consacrait à une tâche difficile, celle de s’occuper des travailleurs immigrés turcs.
Vienne Autriche 20 juin 1984
Vienne Autriche 20 juin 1984

, Los Angeles : Le bureau d’une nouvelle agence en France reçoit une lettre menaçant d’attaquer tous les gouvernements, organismes et compagnes qui aident, d’une façon ou d’une autre, l’équipe de la Turquie aux Jeux Olympiques de Los Angeles.

, Lyon : Un petit bombe artisanale détonne à la gare de Lyon. Le défaut de la bombe est crédité de prévenir les blessures ou les décès. La responsabilité de l’explosion a été revendiquée par l’ASALA et le M-5.

, Téhéran : Plusieurs sociétés turques en Iran relèvent de l’attaque après réception des lettres d’avertissement les informant qu’elles doivent être visées. La première victime est Sezai Türkeş Company. Un employé turc est blessé tout en combattant l’incendie provoqué par l’explosion. Une chaîne des actes d’intimidation sur une petite échelle le précède.

, Téhéran : Les autorités iraniennes exposent un complot d’assassiner Ismet Birsel, ambassadeur turc à Téhéran.

, Istanbul : Deux terroristes arméniens meurent pendant qu’un de leurs bombes explose trop tôt. L’ARA revendique la responsabilité.

, Vienne : Evner Ergun, le directeur adjoint du centre pour le développement social et les affaires humanitaires des Nations Unies, à Vienne est assassiné tout en conduisant au travail. Les assassins laissent un drapeau avec les initiales "ARA" sur son corps.

, Bruxelles : Les autorités peuvent contrecarrer une tentative de bombardement à la résidence de Selçuk Incesu, le consul général turc.

, Beyrouth : Deux bâtiments français à Beyrouth sont bombardés. L’ASALA revendique la responsabilité.

, Paris : Après une menace d’ASALA pour faire sauter un avion d’Air France, la police augmente la sécurité à l’aéroport de Charles de Gaulle.

, Beyrouth : Les bureaux d’Agence France Presse sont intensivement endommagés lorsqu’ une bombe éclate.

, Paris : Un visiteur anonyme à l’ Agence France Presse menace d’attaquer des intérêts français dans le monde entier sur l’acte d’accusation des trois terroristes qui ont participé à l’attaque d’Orly.

, Ottawa : Trois terroristes fortement armé fait rage à l’ambassade turque, tuant un garde de sécurité canadien dans le processus. Après avoir fait sauter la porte d’entrée, les bandits armés entrent dans le bâtiment. L’Ambassadeur Coskun Kırca parvient à échapper mais souffrir à des blessures sérieuses. L’épouse et la fille de l’ambassadeur, qui ont été pris en otage, plus tard sont libérées, et les terroristes se rendent. L’ARA revendique la responsabilité.

, Toronto : Une menace pour faire sauter la ville du système de transport de Toronto mène au chaos pendant l’heure de pointe. "Une armée secrète arménienne pour la libération de notre patrie" revendique la responsabilité pour la menace.

, Bruxelles : Une équipe spéciale anti-terroriste de sécurité de la police belge expose et arrête trois terroristes arméniens avec les passeports portugais. Ils projetaient une attaque sur les officiers turcs au siège central de l’OTAN.

, Melbourne : À 2:15 heure du matin une bombe éclate devant le consulat général turc faisant un mort -probablement l’auteur de cet acte - et un blessé australien.

, Paris : La police française arrête le chef de l’organisation de terroriste - "L’armée secrète arménienne pour la libération du mouvement Arménie-Révolutionnaire" (ASALA-RM) - M. Monte Melkonian, un citoyen des ETATS-UNIS. Dans l’appartement de Melkonian, la police confisque des armes, explosives, dispositifs, et l’information sur des programmes de l’arrivée et du départ des bateaux turc pour visiter la France et une photo de l’ambassadeur de la Turquie en France, Adnan Bulak.

, Paris : Quarrant et un client dans deux des principaux grands magasins de Paris (Gallérie Lafayette et Printemps) sont blessés dont douze sérieusement quand l’explosion presque simultanée de bombes éclate dans les magasins. Dans la panique suivante, environ 10.000 clients de Noël se sauvent dans la rue. Le journaliste arménien, édité à New York, rapporte que les autorités françaises d’application de loi se concentrent sur l’ASALA comme l’auteur le plus suscept. L’ASALA revendique plus tard la responsabilité pour les deux bombardements.

, Paris : « PARIS IN FEAR » (Paris dans l’angoisse), cette manchette du « TIME » en septembre 1986 à l’origine de l’atroce série d’attentats du sanglant septembre 1986, se trouvait l’ASALA qui s’était octroyé le nom ronflant, mais néanmoins parfaitement programmé, de « Committee for Solidarity with Arab and Middle East PoliticalPrisoners » (C.S.P.P.A.), afin de proclamer quel était son but ; à savoir, obtenir par la violence la libération de Varadschian Garabedian, le responsable de l’attentat à la bombe d’Orly (15 juillet 1983 : 8 morts, 60 blessés) qui, lui même, se caractérisait comme le leader de l’ASALA en France.

La Une du magazine Time "PARIS IN FEAR"
La Une du magazine Time "PARIS IN FEAR"
Les attentats meurtriers de l’organisation terroriste de l’ASALA font la une du magazine Time (édition du 29 septembre 1986).
«PARIS IN FEAR» (Paris dans l'angoisse) le 25 septembre 1986
« PARIS IN FEAR » (Paris dans l’angoisse)
Cette manchette du « TIME » en septembre 1986, donne une fausse idée de la réalité : en vérité, la plupart des journalistes et des commentateurs étaient eux-mêmes plus que soucieux de taire et d’occulter la vérité qu’ils connaissaient tous : à l’origine de l’atroce série d’attentats du sanglant septembre 1986, se trouvait l’ASALA qui s’était octroyé le nom ronflant, mais néanmoins parfaitement programmé, de « Committee for Solidarity with Arab and Middle East Political Prisoners » (C.S.P.P.A.), afin de proclamer quel était son but ; à savoir, obtenir par la violence la libération de Varadschian Garabedian, le responsable de l’attentat à la bombe d’Orly (15 juillet 1983 : 8 morts, 60 blessés) qui, lui-même, se caractérisait comme le leader de l’ASALA en France.

, Liban Beyrouth : La FRA membre Zaven Tashjian, assassiné par l’ASALA à Beyrouth.

, Liban Beyrouth Est : Des hommes armés ont ouvert le feu tuant deux gardes de l’ambassade de France, blessant un autre alors qu’ils faisaient des achats à Beyrouth Est. Un porte-parole présumé de l’ASALA a revendiqué la responsabilité, d’autres ont nié. L’unité armée de Tanyus Shahin a revendiqué la responsabilité, exigeant la libération de George Ibrahim Abdallah.

, Bagdat : l’attaché administratif de l’ambassade de Turquie à Bagdad, Caglar Yucel, est tombé en martyr à la suite d’une attaque perpétrée contre son véhicule.

Caglar Yucel
Caglar Yucel

Lire également
ASALA MEHMET BAYDAR et BAHADIR DEMIR

ASALA MEHMET BAYDAR et BAHADIR DEMIR

27 janvier 2024

ASALA : OKTAR CIRIT

ASALA : OKTAR CIRIT

16 février 2024

ASALA Première attaque lâche

ASALA Première attaque lâche

20 janvier 2024

ASALA ; ENGIN SEVER ET ŞARIK ARIYAK

ASALA ; ENGIN SEVER ET ŞARIK ARIYAK

17 décembre 2023

Meuse : un ressortissant franco-turc expulsé

Meuse : un ressortissant franco-turc expulsé

19 juillet 2024

La Turquie a arrêté 304 personnes soupçonnées d'avoir des liens avec l'Etat Islamique

La Turquie a arrêté 304 personnes soupçonnées (…)

23 décembre 2023

Les forces turques neutralisent six membres du PKK dans le nord de la Syrie

Les forces turques neutralisent six membres du (…)

3 décembre 2023

Le président Ersin Tatar a publié un message

Le président Ersin Tatar a publié un message

30 septembre 2023

Y a-t-il eu un million et demi de morts arméniens pendant la Première Guerre mondiale ?

Y a-t-il eu un million et demi de morts (…)

4 juillet 2024

Talat Pacha a-t-il expédié des Télégrammes secrets ordonnant de procéder à des massacres ?

Talat Pacha a-t-il expédié des Télégrammes (…)

4 juillet 2024

Les turcs ont-ils pris par force les terres des arméniens ?

Les turcs ont-ils pris par force les terres (…)

4 juillet 2024

Les arméniens de Turquie sont-ils opprimés en Turquie aujourd'hui ?

Les arméniens de Turquie sont-ils opprimés en (…)

4 juillet 2024

ASALA : CAGLAR YÜCEL

ASALA : CAGLAR YÜCEL

11 décembre 2023

PKK TUE

PKK TUE

23 décembre 2023

Au moins un enseignant mort et deux blessés graves dans une attaque au couteau en France

Au moins un enseignant mort et deux blessés (…)

13 octobre 2023

À Erevan, une synagogue a été incendiée

À Erevan, une synagogue a été incendiée

16 novembre 2023

APPEL POUR L'ENVOI DE SOLDATS FRANÇAIS EN ARMÉNIE : NOS « PERSONNALITÉS » ONT-ELLES PERDU LA TÊTE ?

APPEL POUR L’ENVOI DE SOLDATS FRANÇAIS EN (…)

21 juin 2024

ASALA ; RESAT MORALI et TECELLI ARI

ASALA ; RESAT MORALI et TECELLI ARI

4 mars 2024

ASALA : KEMAL ARIKAN

ASALA : KEMAL ARIKAN

28 janvier 2024