jeudi 8 décembre 2022

Turquie/Terrorisme kurde : 8 activistes du PKK tués

Publié le | Nombre de visite : 6558 |
Turquie/Terrorisme kurde : 8 activistes du PKK tués

Huit terroristes kurdes du "Parti des travailleurs du Kurdistan" (PKK, interdit) ont été tués mercredi au cours de combats dans le sud-est de la Turquie.

Les heurts se sont produits dans la zone du mont Küpeli, dans la province de Sirnak, où les forces de l’ordre menaient une opération contre les séparatistes, indique un communiqué officiel.

Mardi, un officier a été tué dans une attaque du PKK.

Selon le communiqué, d’importantes réserves de vivres, des documents appartenant au PKK et des armes ont été retrouvés dans la zone des combats.

Une bombe a par ailleurs explosé mercredi soir à Diyarbakir, la principale ville du sud-est anatolien, a rapporté l’agence de presse Anatolie. On ne déplore pas de victime.

L’engin explosif a été lancé vers 22H00 contre la porte d’entrée d’un commissariat. La déflagration causant des bris de verre dans le voisinage, a indiqué l’agence.

Selon les autorités, les terroristes tués au cours des deux derniers jours font partie du groupe qui a attaqué le 7 octobre dernier un poste militaire, tuant 13 soldats.

L’attaque avait suscité l’indignation dans l’opinion publique turque et renforcé la nécessité d’une intervention armée dans le nord de l’Irak, dont le PKK se sert comme base arrière pour réaliser des opérations dans le sud-est anatolien sur le territoire turc.

Une première opération restreinte faisant intervenir l’artillerie et des hélicoptères de combat a été déclenchée samedi contre une position du PKK dans le nord de l’Irak, le vice-Premier ministre Cemil Cicek et le chef d’état-major, le général Yasar Büyükanit, indiquant que d’autres devraient suivre.

Le terrorisme kurde en Turquie a causé la mort de plus de 37.000 personnes depuis 1984, date du début des attentats du PKK, considéré comme une organisation terroriste par la majorité de la communauté internationale. Malgré tout le PKK a bénéficié ou bénéficie toujours du soutien de certains Etats comme la France, la Belgique (qui ferment les yeux sur les activités illégales des officines du PKK en Europe) ou la Grèce (dont les officiers en retraite formaient les activistes du PKK au combat dans les années 1990) ou l’Arménie qui apporte son soutien à l’organisation terroriste.



À lire aussi

TAHA CARIM

TAHA CARIM

9 juin 2022