jeudi 8 décembre 2022

Turquie : Erdogan, l’éternel martyr

Publié le | par Aysin | Nombre de visite : 505 |
Turquie : Erdogan, l'éternel martyr

L’hebdomdaire satirique Penguen a consacré sa Une à l’affaire qui secoue la Turquie en ce moment, la fameuse demande de dissolution du parti du PM R.T. Erdoğan.

Le PM est représenté sous les traits du chanteur Emrah qui a commencé sa carrière alors qu’il était enfant en tenant des rôles dramatiques à faire pleurer dans les chaumières. Emrah, c’est l’éternelle victime tout comme le PM R.T. Erdoğan qui endosse le rôle du martyr de la démocratie turque quand les choses tournent au vinaigre pour lui. Le seul souci, c’est qu’il fait ça depuis 6 ans maintenant. Il faut savoir qu’en Turquie, les responsables politiques issus de la mouvance islamiste jouent aux victimes depuis que Menderes a été pendu haut et court en 1961 pour activités contraires à la constitution.

Pour ses partisans, R.T. Erdoğan est le nouveau Menderes alors que lui-même se voit comme le nouveau Atatürk. Quant à moi je le vois comme un populiste qui nous fait le coup de la dictature de la majorité « J’ai la majorité et j’exige que tout le monde, notamment, les recteurs et professeurs d’universités ainsi que le corps judiciaire m’obéissent au doigt et à l’œil ».

R.T. Erdoğan qui prétend défendre l’Etat de droit s’acharne pourtant à affaiblir les pouvoirs de la Cour Constitutionnelle qui est l’organe sans lequel il ne peut exister d’Etat de droit. Depuis que le Procureur a transmis à la Cour Constitutionnelle la demande d’interdiction de son parti, il nous pond tous les jours de nouvelles formules pour réviser la Constitution afin de rendre plus difficile voire impossible la dissolution des partis politiques. Je rappelle à l’ancien footballeur qu’il est sa phrase fétiche "On ne change pas unilatéralement les règles du jeu en cours de partie".

Tonton, est ce une solution d’interdire les partis ?

Le tonton : Tayyip, vite ! Ils ferment ton parti :

Tayyip-Emrah : Ne sois pas triste tonton, ne sois pas triste ... Tout ceci va nous rapporter des voix supplémentaires.

À lire aussi