dimanche 29 janvier 2023

Les flammes au cœur de l’Europe ! Le PKK casse Paris

Publié le | par Engin | Nombre de visite 394
Les flammes au cœur de l'Europe ! Le PKK casse Paris

Les flammes au cœur de l’Europe ! Le PKK casse Paris

PKK brule Paris
Voiture en feu par le PKK

Les flammes s’élèvent de Paris après qu’un Français raciste a mené une attaque armée contre une association proche du PKK. Lors d’une manifestation « autorisée » Les partisans de l’organisation terroriste ont brûlé des voitures, attaqué des policiers et transformé la capitale Française en champ de bataille.

La France, qui nourrit le PKK depuis des années, commence aujourd’hui à être secouée par la violence de l’organisation terroriste qui utilise l’attaque raciste comme prétexte.

PKK brule Paris
PKK casse Paris

Les incidents se sont intensifiés après que William M., un Français raciste de 69 ans, a attaqué avec une arme à des sympathisants du PKK et a tué trois personnes.

Les membres du PKK qui ont commencé leurs manifestations après l’attaque de vendredi ont eu recours à la violence à Paris hier et aujourd’hui.

Des partisans du PKK portant les symboles de l’organisation terroriste ont érigé des barricades dans les rues, attaqué la police avec des pétards, renversé des voitures puis y ont mis le feu.

PKK brule paris
Voiture brulée par le PKK

De nombreuses voitures ont été gravement endommagées, tandis que des poubelles ont également été incendiés. La police a répondu aux manifestants avec des gaz lacrymogènes.
La police parisienne a déclaré que 31 policiers Français avaient été blessés dans des violences causées par des partisans de l’organisation terroriste PKK dans la capitale.

« COMBIEN DE PERSONNES AI-JE TUÉES ? »

Il a été annoncé que l’agresseur raciste arrêté était délibérément entré dans le centre du PKK et avait tiré sans discernement. Lorsqu’il a été arrêté, l’agresseur, qui a demandé : « Combien de personnes ai-je tuées », aurait agi avec des motifs racistes. L’accusation a ajouté du « racisme » à l’enquête.
L’agresseur de 69 ans, identifié comme « William M. », a rapidement été appréhendé et identifié comme un citoyen Français à la retraite de la SNCF.

Levée de la garde à vue
En revanche, l’ordre de détention de la personne qui a organisé l’attaque a été levé sur recommandation du médecin et l’agresseur a été renvoyé à la clinique psychiatrique.
Selon un communiqué du parquet de Paris, le médecin qui a examiné l’agresseur Français âgé de 69 ans a conclu que l’état de santé de l’agresseur n’était pas compatible avec les conditions de sa détention.
L’agresseur, qui a été transféré à la clinique psychiatrique au sein de la police, sera interrogé par le juge d’instruction si son état de santé le permet.

LIBÉRÉ DE PRISON CE MOIS-CI
Dans les nouvelles, il est également rapporté que l’agresseur a tenté de meurtre deux fois en 2016 et 2021, en décembre 2021, il a attaqué un centre de migrants à Paris avec une épée à la main et blessé 2 personnes, il a donc été emprisonné et libéré de prison ce mois-ci.
Selon des informations parues dans la presse Français, plusieurs législateurs représentant la gauche et les écologistes ont appelé à une action contre l’extrême droite du pays.

Deux femmes et leurs enfants de bas âge ont été agressé à Lyon
Vendredi à Lyon, sur la place Bellecour, des françaises d’origine turque ont été pris à partie par des sympathisants du PKK qui manifestaient avec les drapeaux avec la photo du chef du PKK parce qu’elles parlaient en turc, les enfants ont été poussés et terrorisé, elles doivent leur salut à la présence vigilante de la police qui les a mis en sécurité en les éloignant du groupe fanatique.

Voici leur récit

Le 22/12/2022, aux alentours de 18h sur la place Bellecour à Lyon…. Je me promenais avec mes enfants et ma sœur, soudainement j’ai été agressée verbalement et physiquement par un groupe de sympathisants du pkk car je parlais en turc. Ce groupe était essentiellement composé d’hommes, plusieurs d’entre eux nous ont poussé, tiré, nous ont insulté …. Mes enfants ont eu très peur, ça s’est passé très vite mais nous sommes terrorisés par la violence, la haine qu’il y avait en eux…. Heureusement ils ont été stoppés par un policier en civil, qui nous a rapidement mis en sécurité.



À lire aussi