dimanche 4 décembre 2022

La Suède condamne l’action de députés posant avec le drapeau du PKK

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 193 |
La Suède condamne l'action de députés posant avec le drapeau du PKK

La Suède condamne l’action de députés posant avec le drapeau du PKK

La première ministre suédoise a déploré mercredi 6 juillet l’action de députés d’un parti de gauche ayant posé avec le drapeau du PKK kurde, au moment où Stockholm s’efforce d’amadouer la Turquie pour entrer dans l’Otan.

« Le PKK est sur la liste des organisations terroristes, pas seulement en Suède mais aussi dans l’UE, et poser avec ce genre de drapeaux est extrêmement déplacé », a affirmé Magdalena Andersson dans une interview à l’agence TT.

PKK confirmé terroriste par Stockholm et Helsinki

La Suède et la Finlande ont signé un accord mardi dernier avec la Turquie qui a levé dans l’immédiat le veto d’Ankara à l’entrée des deux pays nordiques dans l’alliance.

Le texte confirme que Stockholm et Helsinki considèrent le PKK comme une organisation terroriste et que les deux capitales s’engagent à ne pas soutenir divers groupes honnis par Ankara, dont le mouvement armé kurde YPG en Syrie.

La Suède et la Finlande s’engagent également à étudier « promptement et minutieusement » des demandes d’extradition turques.

L’accord a suscité des inquiétudes dans l’importante communauté kurde (soutient à l’organisation terroriste) de Suède et des critiques au sein de partis de gauche suédois, qui accusent le gouvernement d’avoir trop cédé au président turc Recep Tayyip Erdogan.

L’action de plusieurs parlementaires du parti de gauche a eu lieu mardi lors d’une semaine d’universités d’été des partis politiques suédois sur l’île du Gotland, où on les voit poser avec des drapeaux du PKK, mais aussi des YPG et du mouvement armé de femmes kurdes YPJ. La députée Lorena Delgado Varas, l’une de ceux qui ont posé avec les drapeaux, a déploré l’hypocrisie de Stockholm vis-à-vis des groupes terroristes kurdes en Syrie qui ont combattu l’organisation jihadiste de l’Etat islamique. « Maintenant ils font volte-face, pour se rapprocher du "dictateur" Erdogan. Tout ça pour joindre l’Otan », a-t-elle écrit sur Twitter.

Hostile à l’adhésion à l’Otan, le parti de Gauche (ex-communiste) est un appui parlementaire de Magdalena Andersson, sans faire partie du gouvernement. Si la Turquie a donné son feu vert à la première phase de la candidature d’adhésion de la Suède et de la Finlande, le Parlement turc doit encore ratifier cette entrée.

Ankara a prévenu que cette ratification serait conditionnée au respect des engagements pris par Stockholm et Helsinki. Le président Erdogan avait affirmé la semaine dernière que la Suède avait promis d’extrader 73 terroristes vivant sur son sol et voulus par Ankara.

Commander le livre "Les Codes Idéologiques du PKK" sur Turquie News



À lire aussi