mercredi 30 novembre 2022

La Grèce reproche à l’Allemagne d’avoir vendu des sous-marins à la Turquie

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 277 |
La Grèce reproche à l'Allemagne d'avoir vendu des sous-marins à la Turquie

La Grèce a critiqué dimanche l’Allemagne pour la vente de sous-marins de type 214 à la Turquie, affirmant qu’elle "risque de modifier l’équilibre des forces" dans la région alors que les tensions entre les deux pays sont à nouveau élevées.

"Ces sous-marins risquent de modifier l’équilibre des forces en Méditerranée orientale en faveur d’un pays qui, bien qu’étant membre de l’OTAN, a proféré une menace de guerre, un casus belli, contre mon pays, contre la Grèce", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Nikos Dendias. sur Twitter.

Il a accusé la Turquie de violer les droits souverains de la Grèce et a déclaré que la Grèce ne menaçait aucun de ses voisins tout en respectant la loi.

En outre, lors d’entretiens avec la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, Dendias a informé le haut diplomate français de la dernière situation en Méditerranée orientale. Dendias a de nouveau accusé la Turquie d’une « recrudescence de discours et d’actions qui déstabilisent la région » et a appelé à la solidarité européenne.

« Grâce à l’armement français, le pouvoir de dissuasion de la Grèce se renforce face à toute menace extérieure. Mais je voudrais reconnaître, et vous en remercier, que la France a toujours été résolument à nos côtés », a-t-il ajouté.

La Turquie a souvent mis en garde la Grèce contre une course aux armements, offrant à la place de résoudre tous les problèmes en suspens, y compris dans la mer Égée, la Méditerranée orientale et l’île de Chypre, par le dialogue.

La Grèce a commandé 24 avions de combat Rafale de fabrication française - six nouveaux et 18 précédemment en service dans l’armée de l’air française, ainsi que trois frégates françaises. Elle a également envoyé une lettre de demande aux États-Unis pour acheter un escadron d’avions de chasse F-35 en juin.

Les propos de Dendias interviennent après que le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a exhorté vendredi l’Allemagne à être "un courtier honnête" et à ne pas toujours se ranger du côté d’Athènes dans les différends entre la Turquie et la Grèce.

La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a rencontré Çavuşoğlu à Istanbul après s’être entretenue avec des responsables grecs, où elle a critiqué la Turquie pour avoir contesté la souveraineté des îles grecques proches de son littoral.

Çavuşoğlu a déclaré que la Turquie voulait que l’Allemagne adopte la même attitude "équilibrée et de confiance" affichée par l’ancienne chancelière Angela Merkel qui avait fait la médiation entre Ankara et Athènes dans le passé.

Ces derniers mois, la Turquie a intensifié ses critiques à l’encontre de la Grèce stationnant des troupes sur des îles de l’est de la mer Égée, près de la côte turque et, dans de nombreux cas, visibles depuis le rivage. Ces îles devaient être démilitarisées en vertu du traité de Lausanne de 1923 et du traité de Paris de 1947, de sorte que toute troupe ou arme sur les îles est strictement interdite.

En outre, la Turquie et la Grèce ont échangé des accusations de violations de l’espace aérien ces dernières semaines.

La Turquie et la Grèce sont en désaccord sur un certain nombre de questions, y compris les revendications concurrentes sur la juridiction en Méditerranée orientale, les revendications qui se chevauchent sur leurs plateaux continentaux, les frontières maritimes, l’espace aérien, l’énergie, l’île ethniquement divisée de Chypre, le statut des îles dans la mer Égée et les migrants.

Les tensions ont de nouveau éclaté lorsque le président Recep Tayyip Erdoğan a récemment déclaré que le Premier ministre grec Mitsotakis "n’existe plus" pour lui, l’accusant d’avoir tenté de bloquer les ventes d’avions de chasse F-16 à la Turquie lors d’une visite aux États-Unis.

À lire aussi

Turquie et CPEC

Turquie et CPEC

29 novembre 2022