dimanche 26 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Editos & Tribune libre

[En souvenir de Gallipoli] L’article que l’Irish Times a refusé d’imprimer

samedi 20 mars 2021 | par Hakan


[En souvenir de Gallipoli] L'article que l'Irish Times a refusé d'imprimer

Il y a cinq ans, en 2016, la présidente irlandaise Mary McAleese a visité Gallipoli dans le cadre de son escapade commémorative. On m’a demandé d’écrire un article marquant cet événement parce que j’avais écrit quelques années plus tôt un livre sur la Grande Guerre britannique contre la Turquie ottomane. Cela m’a semblé une bonne occasion d’expliquer en quoi consistait Gallipoli et pourquoi les Irlandais ont fini par se battre et mourir là-bas, au côté « Sud el Bar et Suvla » comme le dit la chanson. Jusqu’ici tout va bien.

Cependant, cela s’est avéré très naïf. J’étais, bien sûr, conscient que je devais faire preuve de prudence avec l’article parce que l’Irish Times (avec Trinity College, Dublin) était l’un des résidus de la garnison britannique en Irlande et n’accepterait pas tout ce qui pourrait être dit. noircissez le bon nom de Mère Angleterre. Je savais aussi que le président d’alors était une femme « de paix et de réconciliation » qui, après avoir qualifié les unionistes du Nord de « fascistes » dans un moment sans surveillance, tenait à faire amende honorable et à les beurrer par des notions de « sacrifice partagé » pour l’Empire en l’intérêt de les placer dans une Irlande unie. J’ai trouvé que c’était un projet peu recommandable - honorer l’invasion d’autres pays et tuer des gens au loin, afin de duper les protestants d’Ulster en une Irlande unie. D’une part, je pensais que c’était une tâche sans espoir puisque les protestants d’Ulster sont un peuple substantiel avec une volonté nationale résolue et ils ne seraient pas dupes d’une telle tromperie. Et j’étais aussi fermement convaincu qu’une telle position était une trahison des dirigeants de 1916 et en particulier de Roger Casement, qui soutenait fermement les Turcs ottomans contre les impérialistes britanniques. C’était, en substance, une subversion de la position de la République d’Irlande indépendante par le président sortant.

Cela m’a été confirmé par la lecture du Bulletin catholique (1921) et son soutien à Mustafa Kemal Atatürk pour résister au traité de Sèvres et établir la République turque. Et j’étais aussi fermement convaincu qu’une telle position était une trahison des dirigeants de 1916 et en particulier de Roger Casement, qui soutenait fermement les Turcs ottomans contre les impérialistes britanniques. C’était, en substance, une subversion de la position de la République d’Irlande indépendante par le président sortant. Cela m’a été confirmé par la lecture du Bulletin catholique (1921) et son soutien à Mustafa Kemal Atatürk pour résister au traité de Sèvres et établir la République turque. Et j’étais aussi fermement convaincu qu’une telle position était une trahison des dirigeants de 1916 et en particulier de Roger Casement, qui soutenait fermement les Turcs ottomans contre les impérialistes britanniques. C’était, en substance, une subversion de la position de la République d’Irlande indépendante par le président sortant. Cela m’a été confirmé par la lecture du Bulletin catholique (1921) et son soutien à Mustafa Kemal Atatürk pour résister au traité de Sèvres et établir la République turque.

Mais bien que j’aie fait attention, l’article s’est avéré trop pour The Irish Times. J’ai entendu plus tard qu’une représentation diplomatique avait été faite à l’Irish Times au plus haut niveau. Face à cela, l’Irish Times s’est excusé, affirmant avoir engagé un autre historien non révélé pour marquer l’occasion de la visite du président McAleese à Gallipoli, et qu’ils ne se soucieraient pas de l’article.

Curieusement, un article n’a jamais été publié par cet autre historien. Peut-être que cela, et eux, n’ont jamais existé du tout ! Qui connaît les secrets de l’Irish Times ?

Quoi qu’il en soit, voici l’article que l’Irish Times n’a jamais publié dans sa forme originale. Un aspect oublié de la Grande Guerre de Grande-Bretagne dont l’Irish Times était manifestement déterminé devrait rester oublié. Ci-dessous, un rapport que j’ai fait à propos d’une conférence de l’ambassadeur de Turquie en Irlande, Altay Cengizer, et de l’historien de l’Ulster, Phillip Orr, faite à Collins Barracks Dublin, qui éclaire davantage la question :

En souvenir de Gallipoli

Le président McAleese prononcera cette semaine un discours sur le site d’une célèbre bataille d’une guerre largement oubliée - la Grande Guerre contre la Turquie menée entre 1914 et 1924.

La participation de l’Irlande au débarquement de Gallipoli en 1915 est bien connue comme un événement isolé. Ce qui est moins connu, c’est le rôle de l’Irlande dans la Grande Guerre menée contre la Turquie. La Grande Guerre contre la Turquie était probablement la chose la plus importante que l’Irlande ait jamais faite dans le monde, mais elle est en grande partie oubliée. Cette guerre a contribué à faire du Moyen-Orient ce qu’il est aujourd’hui et a eu des effets catastrophiques sur le monde musulman qui persistent jusqu’à présent.

Bien sûr, en 1914, l’Irlande faisait partie de l’Empire britannique et John Redmond avait promis une aide irlandaise à la Grande-Bretagne dans sa guerre contre l’Allemagne. Cependant, de nombreux Irlandais qui s’étaient enrôlés dans l’espoir de combattre les Allemands se sont retrouvés transportés à Gallipoli pour combattre le Turc. Les politiciens nationalistes sur les plateformes de recrutement ont suggéré que la guerre contre la Turquie faisait partie de la guerre contre l’Allemagne. Mais il n’y avait pas le même enthousiasme pour lui et le Irish News of Belfast est allé jusqu’à dire qu’il espérait que les soldats irlandais ne seraient pas envoyés pour combattre les Turcs et au contraire être employés contre les Allemands.

Les raisons de l’implication des Turcs dans la Grande Guerre sont obscurcies dans les brumes de la propagande de guerre. Il a été suggéré à l’époque que la Turquie avait une alliance avec l’Allemagne, mais toutes les preuves suggèrent que les Turcs ont fait tout leur possible pour rester en dehors de la Grande Guerre et sont entrés dans cette alliance en dernier recours. Comme le déclare Lord Kinross dans son livre « Les siècles ottomans », le gouvernement jeune turc, qui était très bien disposé envers l’Angleterre, fit au moins six tentatives pour établir des alliances défensives avec la Grande-Bretagne, la Russie et la France, mais se trouva repoussé.

Le problème de la Turquie était que la Grande-Bretagne avait conclu une alliance avec la Russie, qui depuis des années avait des projets sur Constantinople, en tant que port d’eau chaude pour sa marine. Cette alliance était nécessaire pour combattre l’Allemagne sur deux fronts. La Grande-Bretagne avait une armée relativement petite et même avec l’Entente avec la France en place à partir de 1904, le « rouleau compresseur » de la Russie était une nécessité pour vaincre les Allemands. La Grande-Bretagne avait passé de nombreuses années à essayer de refuser Constantinople aux Russes et avait combattu en Crimée pour le faire. Cependant, en 1907, une alliance fut conclue avec le tsar qui visait à encercler la nouvelle menace potentielle, l’Allemagne. Le prix de cette alliance était Constantinople, la guerre avec la Turquie et la destruction de l’Empire ottoman.

La Grande-Bretagne avait également des projets sur le Moyen-Orient lui-même. Il avait intérêt à acquérir la Palestine et la Mésopotamie si l’Empire ottoman allait s’effondrer. Il y avait donc de bonnes raisons d’impliquer la Turquie dans la guerre - afin d’ajouter ses territoires à l’Empire britannique.

La guerre avec la Turquie fut déclarée le 5 novembre 1914. L’occasion de la déclaration de guerre fut un incident en mer Noire où deux navires anciennement allemands avaient tiré sur des ports russes. Ces navires avaient été mis à la voile à Constantinople par leurs équipages allemands après que Winston Churchill eut saisi deux cuirassés que les chantiers navals anglais construisaient pour la marine turque. Les navires allemands avaient été suivis par la flotte britannique et forcés à Constantinople, où ils ont été remis aux Turcs. Les Turcs les acceptèrent à la place de deux cuirassés construits pour eux en Grande-Bretagne, et payèrent, ce que Churchill refusa de livrer en juillet 1914, alors qu’il pensait qu’il pourrait les utiliser lui-même. Mais, tout en acceptant ces navires, la Turquie est restée neutre dans la guerre. Néanmoins, il a été bloqué par la Grande-Bretagne. Puis,

Avant la guerre, le gouvernement Jeune-Turc avait invité la Royal Navy à prendre en charge la marine turque et les défenses du détroit des Dardanelles. C’eût été de la folie pour les Turcs d’avoir voulu une guerre contre la Grande-Bretagne avec une telle connaissance interne possédée par l’Amirauté britannique. Mais l’incident de la mer Noire a été l’occasion d’une déclaration de guerre contre les Turcs et de la mise en œuvre des ambitions alliées dans la région.

À bien des égards, la participation de l’Irlande à l’invasion de Gallipoli a été le prix du Home Rule. Bien que John Redmond fût un partisan enthousiaste de la guerre contre l’Allemagne, il ne pouvait pas, même s’il l’avait souhaité, s’opposer à la participation irlandaise à une guerre contre les Turcs. Cela l’aurait gravement handicapé dans sa compétition de loyauté avec les unionistes d’Ulster vis-à-vis de l’État britannique. Les Redmondites ont dû accepter l’ennemi que l’Empire britannique a choisi de combattre. Et ils ont dû participer à la campagne d’expansion impériale même si l’intention initiale était d’aider la « petite Belgique ».

Cependant, l’échec de l’expédition de Gallipoli a gravement endommagé les perspectives du Home Rule. D’une part, le succès de la résistance turque a prolongé la guerre, que les dirigeants irlandais comptaient sur la fin avant la fin de 1915. Le calcul, que beaucoup d’entre eux ont fait, était qu’une victoire britannique en 1915 sous les auspices d’un libéral victorieux le gouvernement, et avec une large participation irlandaise dans l’armée britannique, aurait grandement amélioré la position du Home Rule après la guerre - en particulier en ce qui concerne les unionistes.

La défaite de Gallipoli a plutôt conduit à la fin du gouvernement libéral et à son remplacement par une coalition comprenant des ministres unionistes anti-Home Rule, dont l’un était Sir Edward Carson.

Cette séquence d’événements est venue de la démission du First Sea Lord, Jackie Fisher, qui s’était opposé à Gallipoli depuis le début. La démission de Fisher a été le déclencheur d’un mouvement unioniste en mai 1915 dans lequel les ministres libéraux (y compris Churchill) ont été remplacés par des conservateurs anti-Home Rule au sein du gouvernement. Le premier ministre libéral Asquith a été endommagé et ses jours ont ensuite été comptés. Le Home Rule Bill qui avait été inscrit au Statut en août 1914 et que Redmond avait traité comme une loi, fut rendu mort-né. À partir de là, une série d’événements, commençant à Gallipoli, et y compris le stimulus de Pâques 1916, ont mis fin au redmondisme, au parti parlementaire irlandais et à la règle du foyer en Irlande.

Après la défaite de Gallipoli, les soldats irlandais ont participé à l’expédition de Salonique qui visait principalement à mettre fin à la neutralité grecque. Cela eut pour effet de déclencher le conflit entre la Grèce et la Turquie qui devait s’avérer si désastreux pour la population grecque d’Anatolie. Les soldats irlandais de l’armée britannique ont également joué un rôle dans l’ajout de l’Irak à l’Empire britannique et la mise en œuvre de la déclaration Balfour en Palestine.

L’Irlande est restée en guerre avec la Turquie jusqu’en 1924 lorsque l’État libre d’Irlande a ratifié le Traité de Lausanne et a finalement fait la paix avec les Turcs, avec le reste de l’Empire britannique.

Comme le montre le débat du Dail, le gouvernement de l’État libre a été quelque peu surpris que l’Irlande soit toujours en guerre avec la Turquie en 1924. Cumann nGaedheal ne se rendit pas compte, lorsqu’ils avaient signé le traité anglo-irlandais en 1921, qu’ils hérité de la guerre de Redmond, en restant une partie de l’Empire. Le traité de Lausanne, qui fut un triomphe pour le dirigeant turc Atatürk, engagea les membres de l’Empire britannique à défendre la colonie en cas de nouvelle guerre, peut-être avec la Russie bolchevique.

Il est improbable que ceux qui se rassemblent à Gallipoli pour entendre le discours du président McAleese comprennent pleinement la signification de cette terrible et coûteuse bataille.

L’Irlande et la Grande Guerre - Événement Collins Barracks

L’auteur a assisté à une conférence donnée à Collins Barracks, Dublin, le samedi 13 e Novembre intitulé « L’ Irlande et la Première Guerre mondiale. »

L’ambassadeur de Turquie en Irlande, Son Excellence Altay Cengizer, a prononcé un discours lors de la conférence intitulée `` Diplomatie des sans-choix : l’entrée de la Turquie dans la Première Guerre mondiale ’’, qui portait sur la façon dont le gouvernement ottoman se trouvait avec peu d’alternative que de combattre Guerre quand il avait d’abord tenté de rester en dehors de celle-ci.

L’ambassadeur, qui a une maîtrise en histoire internationale de la London School of Economics et est un historien passionné, a commencé par dire que l’entrée de la Turquie dans la guerre devrait faire l’objet d’une « pensée révisionniste » donnant du crédit à l’idée que l’Empire ottoman était pas simplement attendre l’opportunité de rejoindre les Allemands et les Austro-Hongrois. L’ambassadeur a souligné que le triumvirat à la tête de l’État ottoman n’était pas pro-allemand, comme le montre la propagande britannique, et l’idée que l’homme d’État pouvait être transformé en de simples marionnettes d’une puissance étrangère était ridicule.

La Turquie n’avait pas le choix de s’engager dans la guerre, a déclaré l’ambassadeur, car elle savait qu’elle allait être divisée par les puissances de l’Entente. La Turquie avait voulu s’allier aux puissances de l’Entente, mais le gouvernement ottoman de l’époque a été repoussé, au moins à quatre reprises, en raison du désir, principalement de la Grande-Bretagne, de garder la Russie de son côté, a-t-il déclaré. Lorsque le gouvernement impérialiste libéral d’Asquith et Gray était en place, ils ont continuellement refusé les offres turques et n’ont rien proposé de significatif en ce qui concerne le statut neutre de la Turquie pour garder les Ottomans hors de la guerre. Tout ce que les Turcs demandaient aux puissances de l’Entente était une garantie de l’intégrité territoriale de l’Empire ottoman. Cependant, l’Entente a refusé parce qu’elle souhaitait plutôt la démembrer et la diviser entre elles.

Il a suggéré que Constantinople était le grand prix de la guerre pour les Russes, qui ne combattaient pas seulement l’Allemagne pour « une bande de terre autour de Posen ».

Les Ottomans avaient tenté de rester neutres dans la guerre mais la neutralité est devenue « hors de question » pour le gouvernement ottoman en raison du « besoin d’argent, de munitions et d’alliés » - afin de défendre une telle neutralité contre des États hostiles déterminés à se séparer l’Etat ottoman, a déclaré l’ambassadeur.

L’Ambassadeur a également souligné qu’il était souvent oublié que pour la Turquie, la Grande Guerre avait duré plus d’une décennie. Il avait commencé en juin 1911 avec l’assaut italien contre la Libye. Il a pris les guerres des Balkans et n’a pris fin qu’en octobre 1922, voire en février 1923.

Ensuite, l’ambassadeur s’est tourné vers les événements qui ont conduit à l’implication de la Turquie dans la guerre. Il a révélé que les Russes et les Grecs avaient demandé à Churchill de confisquer les deux navires en cours de préparation dans les chantiers navals de la Royal Navy pour la marine turque, afin d’épuiser la capacité défensive de l’État ottoman. Ceux-ci avaient été payés par souscription populaire par les Turcs ordinaires et avaient fait partie de l’alliance navale que la Grande-Bretagne opérait avec le gouvernement ottoman. Lorsque Churchill a saisi ces navires (avant même le début de la Grande Guerre contre l’Allemagne, sans parler de la guerre contre la Turquie), les Britanniques ont ajouté l’insulte aux blessures en offrant aux Turcs 1000 £ par semaine en « compensation ». Cela aurait signifié que la Grande-Bretagne n’a pas complété la « compensation » pendant 20 ans ! Et pendant tout ce temps, les Turcs auraient été sans les navires, laissant leur capitale sans défense,

L’ambassadeur a également déclaré à l’auditoire que l’incident de la mer Noire que l’Entente a utilisé comme prétexte pour la guerre contre l’Empire ottoman a commencé lorsque les Russes ont commencé à poser des mines aux abords des Dardanelles dans la mer Noire. Cela aurait eu pour effet d’empêcher la marine ottomane de ravitailler son armée dans les provinces de l’Est en raison du manque de routes et de voies ferrées. Cela aurait signifié la fin de l’Empire ottoman si cette route n’avait pas été maintenue ouverte pour approvisionner les armées orientales de l’État ottoman qui devaient faire face à l’accumulation des forces d’invasion russes dans les caucus.

L’ambassadeur a noté que les impérialistes britanniques sous-estimaient les forces de la Turquie parce qu’ils avaient dépeint l’Empire ottoman pendant des générations comme « l’homme malade de l’Europe » et mûr pour la prise. Cependant, la capacité de combat du peuple turc a échappé à leur attention et ils ont payé le prix de leur confiance excessive.

À ce stade de la conférence, une présentation de photographies rares des fronts Gallipoli et turc a été présentée par le Dr Nesime Ceyhan. L’une des premières photographies était un exemple d’affiche de propagande turque. C’était du type allemand brut, dépourvu de la sophistication des maîtres de l’art, en Angleterre.

L’ambassadeur a expliqué que les Turcs n’avaient aucune idée de la propagande et devaient être enseignés par les Allemands qui devaient la produire. Il a dit qu’à ce jour, les Turcs n’étaient pas doués dans l’art de la propagande.

La série suivante d’images était de la bataille de Gallipoli. L’ambassadeur a décrit un certain nombre de choses qui ne sont généralement pas connues en Occident. Les tranchées turques, souvent coupées par des femmes, comme le montre une photographie, ont été bombardées par les Britanniques avec jusqu’à 6000 obus par heure. Les Britanniques ont également visé leurs bombardements sur les minarets des mosquées locales - qui ont dû être par la suite camouflées par les Turcs. L’intention britannique en visant les minarets semble avoir été de démoraliser la population musulmane locale.

Pour l’auteur actuel, c’était un fait très significatif en raison de l’utilisation de la propagande en Irlande sur la prétendue destruction allemande de la cathédrale de Reims et d’autres églises catholiques pour obtenir des Irlandais en uniforme britannique. Cela avait été le régime de base des propagandistes du Home Rule pour la guerre impériale écrivant dans la presse libérale.

Enfin, l’ambassadeur a souligné les liens entre l’Irlande républicaine et l’Assemblée turque d’Ankara établie par Atatürk. La démocratie turque avait été l’un des premiers destinataires du « discours de l’Irlande aux nations libres du monde » proclamant son indépendance de la Grande-Bretagne.

À la fin de la conférence de l’ambassadeur, quelques personnes du public ont souligné le fait que les Irlandais qui sont allés à Gallipoli n’avaient aucune idée qu’ils allaient combattre les Turcs jusqu’à la dernière minute. Ils avaient été recrutés sur la base de la propagande de guerre contre les Allemands et lorsque la Grande-Bretagne avait affronté un nouvel ennemi en Turquie, ils se trouvaient sur le chemin de Gallipoli, à la grande surprise de beaucoup d’Irlande.

Un autre orateur a demandé à l’ambassadeur comment Gallipoli (ou Canakkale) avait été commémoré en Turquie. L’ambassadeur a souligné que le front de Gallipoli n’était que l’un des quatre ou cinq fronts que les Turcs devaient défendre contre l’invasion. Certains Turcs sont même morts en combattant en Galice en Europe centrale. Ce n’était pas parce que les Ottomans y avaient des prétentions territoriales mais parce que le front germano-autrichien était si important par rapport à Istanbul. Si ce front capitulait face aux Russes, la capitale ottomane était en grand danger et la guerre serait perdue.

À propos de cet aspect, l’ambassadeur a souligné la « solitude des Turcs » pendant la Grande Guerre et a donné l’exemple de la façon dont l’attaché militaire turc était étonné d’entendre les cloches sonner à Vienne pour célébrer la prise de Jérusalem par les Britanniques. Il en fut stupéfait et dit aux Autrichiens : « Pourquoi célébrez-vous la victoire de vos ennemis ? »

À la fin de la séance de questions, il y a eu un moment assez émouvant où l’ambassadeur a été frappé de manière audible en décrivant la grande perte que le peuple turc avait subie à Gallipoli. La majorité des jeunes, première génération de jeunes turcs hautement instruits, sont morts en défendant leur patrie à Gallipoli et ont été perdus à jamais pour le pays. Cela a plutôt mis en perspective pour le public le moindre sacrifice subi par les Irlandais, les Australiens et les Néo-Zélandais lors de l’invasion - les principaux commémorateurs de la bataille.

La conférence suivante a été donnée par M. Philip Orr, l’auteur de « Field of Bones », un livre récent sur la bataille de Gallipoli. M. Orr s’est décrit comme venant d’un milieu unioniste de l’Ulster. Son discours était intitulé « La bataille oubliée de Gallipoli Ireland ». Il a noté qu’il y avait eu une « redécouverte de l’histoire au cours des 25 dernières années » en République d’Irlande. Cependant, il oppose cette nouvelle découverte à l’attitude de la communauté unioniste du nord où la Somme a toujours été un marqueur identitaire. Malheureusement, M. Orr n’a pas précisé les raisons qui auraient pu être intéressantes.

Il nota que la 10e division, souvent appelée division irlandaise, partit pour Gallipoli de ce bâtiment même de la caserne Collins (elle fut renommée par la suite lorsque les Britanniques la remirent aux Free Staters).

Il a posé la question pourquoi Gallipoli ? Sa réponse comprenait les raisons pour lesquelles l’opération de Gallipoli visait à contourner le « bourbier du front occidental ». Il visait également à franchir le détroit et à ravitailler les Russes. Il a noté que la Turquie était perçue par la Grande-Bretagne comme « l’homme malade de l’Europe » et une touche facile pour sa marine.

L’objectif principal était d’assommer l’artillerie du côté du détroit afin que la Royal Navy puisse pénétrer dans les Dardanelles et bombarder Istanbul pour se rendre. Une tentative navale antérieure de Churchill pour prendre d’assaut le détroit avait échoué en raison de cette artillerie et des mines posées par les Turcs et qui ont conduit au naufrage du Queen Elizabeth, le plus grand cuirassé du monde.

M. Orr a noté que la 29e division, qui contenait de nombreux vétérans irlandais de l’armée britannique, de vieux soldats professionnels plutôt que de récents volontaires, avait été amenée de Madras en Inde pour l’opération. Il a également noté qu’il y avait un important contingent français à Gallipoli mais que les Français comme les Britanniques avaient tendance à utiliser leurs coloniaux dans l’opération. Il a révélé qu’il était triste que les troupes musulmanes sénégalaises françaises décédées aient été enterrées sous des croix à Gallipoli. De plus, les Britanniques ont utilisé de nombreux musulmans dans leurs forces qui sont devenus déconcertés lorsqu’ils ont entendu l’appel à la prière venant des tranchées ennemies. Ils n’ont pas réalisé et n’ont pas été informés qu’ils étaient utilisés pour détruire le grand État islamique de la région.

M. Orr a fait valoir qu’après environ six mois d’opération de Gallipoli, il a été constaté que « le vieux bourbier du front occidental avait réapparu à Gallipoli ». Il y a eu un demi-million de victimes des deux côtés et environ un tiers d’entre elles étaient des morts. On estime que 4000 Irlandais ont été tués au cours de la bataille.

Il a parlé de l’opération Hellas où un grand navire, la rivière Clyde, a été utilisé comme cheval de Troie par les Britanniques, à côté du site de Troie. L’idée semblait être d’échouer ce navire et de déchaîner les troupes cachées à l’intérieur sur les Turcs sans méfiance. Cependant, les Turcs ont été sages envers ce cheval de Troie et ont estimé (selon l’ambassadeur) qu’ils venaient venger les Troyens. 850 des 1000 hommes contenus dans le navire sont devenus des victimes.

Les Royal Dublin et Munster Fusiliers ont été tellement dévastés par les pertes à Hellas Bay que leurs restes ont ensuite été transformés en ce qu’on appelait les « Dubsters ».

M. Orr a également expliqué que le recrutement britannique dans le nord de l’Irlande était basé sur un « plan astucieux pour impliquer les deux communautés dans la lutte » pour la Grande-Bretagne, même si elles se battaient pour des objectifs diamétralement opposés - Union et Home Rule.

Il a également noté que les hommes ne savaient pas où ils allaient ni avec qui ils se battaient jusqu’à ce qu’ils approchent des plages de Gallipoli. Certains des officiers qui étaient au courant et avaient eu une éducation classique sur Troie et Achille ont romancé la mission et ont eu tendance à tomber dans une complaisance impériale quant à ses perspectives.

M. Orr a également révélé que l’une des erreurs de calcul les plus graves du plan britannique concernait l’approvisionnement en eau de ses troupes. Les soldats ont reçu un jour un approvisionnement en eau et ont ensuite été contraints d’utiliser les puits locaux. 70% de ces puits contenaient de l’eau non potable et qui causait des maladies. Seuls les Turcs savaient quels puits étaient buvables, ce qui est devenu une cause majeure de décès, la déshydratation faisant de nombreuses victimes. Il a également parlé de la « folie des tireurs d’élite » qui s’est développée parmi les troupes impériales, une forme précoce de stress post-traumatique qui a été à l’origine de nombreux suicides ultérieurs.

M. Orr a également souligné de manière appréciable que la 10e Division a ensuite été envoyée en Macédoine contre les Bulgares (et pour renverser la neutralité grecque) après son évacuation de Gallipoli.

Enfin, M. Orr a tenté de répondre à la question de savoir pourquoi Gallipoli avait été « mis dans l’ombre » en République d’Irlande. Il a noté que la bataille était associée au « rajeunissement de la Turquie et formait les mythes fondateurs des États australien et néo-zélandais ». Son raisonnement semblait être que Gallipoli n’avait pas une telle utilité pour l’Irlande où cela était simplement considéré comme un désastre. Il est dommage que cet aspect n’ait pas été approfondi.

M. Orr a également fait valoir que la commémoration de Gallipoli et des opérations au Moyen-Orient était une affaire beaucoup plus compliquée que les commémorations du front occidental qui avaient été établies. C’était parce que l’Empire britannique avait tenté de capturer les grandes villes de l’Islam, comme Istanbul et Jérusalem. Cela a eu des conséquences beaucoup plus graves dans le monde d’aujourd’hui et était donc très problématique en tant que commémoration inoffensive. Il a soutenu qu’il était important que la commémoration aille au-delà de la simple « célébration de la bravoure » pour traiter les questions importantes liées à la conquête impérialiste dans la région.

Ce point de vue a été soutenu par un intervenant à la fin qui a estimé que la commémoration du souvenir ne devrait être qu’une étape du processus de mémoire et que la prochaine étape devrait être d’examiner les implications plus larges des activités de l’Empire britannique dans la région. Alors que commémorer les morts était bien, commémorer la cause était une autre chose, plus dangereuse, entièrement, a-t-il dit.

Dans l’ensemble, l’auteur actuel a estimé que cette rencontre en valait la peine. Il était évident d’un coup d’œil à l’auditoire de 200 personnes et à la nature de certaines des questions, que beaucoup étaient principalement là avec un intérêt pour la mémoire. Une partie importante du public semblait avoir participé au récent « pèlerinage » mené par Mary McAleese à Gallipoli.

Cependant, la présence de l’Ambassadeur de Turquie et son discours perspicace ont été une intrusion précieuse dans ce qui aurait pu autrement être un autre événement commémoratif. Cela a forcé le public à se confronter au fait qu’il y avait une autre vision de la Grande Guerre, et que cet événement à Gallipoli n’était pas simplement un triste événement pour l’Irlande en termes de pertes en vies humaines, mais aussi un événement désastreux pour la région qui était sujette à l’invasion britannique et de nouvelles conquêtes militaires.

Pat Walsh (avril 2016)



Nombre de visite 247

Sélection d'article