jeudi 16 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Europe

Des juges et des procureurs européens exhortent l’UE à demander à la Turquie une justice indépendante

vendredi 30 juillet 2021 | par Hakan


Des juges et des procureurs européens exhortent l'UE à demander à la Turquie une justice indépendante

La Plate-forme pour une justice indépendante en Turquie a exhorté les institutions européennes à demander à la Turquie de fournir des garanties et des normes pour l’indépendance de jure et de facto de ses juges et procureurs.

Quatre organisations de juges et de procureurs qui forment la plate-forme ont exprimé leur solidarité envers les juges et procureurs turcs dans une lettre adressée lundi au Conseil de l’Europe et à la Commission européenne, affirmant que les membres du pouvoir judiciaire avaient été illégalement et illégalement détenus et/ou révoqués. , à la suite du coup d’État manqué de la Turquie en 2016.

À l’occasion du cinquième anniversaire de l’échec du putsch, la plateforme a également exhorté l’UE à appeler la Turquie « à exécuter les arrêts de la Cour européenne et à revoir toutes les décisions de révocation de juges ou de procureurs turcs depuis le 15 juillet 2016 et toutes les ordonnances de détention provisoire. et condamnations pénales pour appartenance à une organisation illégale ».

La Turquie accuse le religieux islamique Fethullah Gülen, qui vit en exil volontaire aux États-Unis, d’avoir organisé la tentative de coup d’État en juillet 2016. Ankara maintient que les partisans de Gülen ont mené un plan de longue date pour renverser le président turc Recep Tayyip Erdoğan en s’infiltrant institutions turques, en particulier l’armée, les forces de police et la justice.

Des dizaines de milliers de fonctionnaires, de magistrats et de militaires ont été expulsés et arrêtés pour des liens présumés avec le groupe depuis la tentative de putsch.

Gülen nie toute implication dans le coup d’État. Les États-Unis n’ont pas encore approuvé la demande du gouvernement turc de l’extrader pour qu’il soit jugé.

La lettre de huit pages a été signée par l’Association des juges administratifs européens (AEAJ), les Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés (MEDEL), l’Association européenne des juges (AEM) et les juges pour les juges, les quatre organes qui ont formé la plate-forme pour une justice indépendante en Turquie.



A la Une

Nombre de visite 119

Sélection d'article