jeudi 8 décembre 2022

[Question Arménienne] Mort et exil - Le nettoyage ethnique des musulmans ottomans, 1821-1922

Death and Exile : The Ethnic Cleansing of Ottoman Muslims, 1821-1922.

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 194 |
[Question Arménienne] Mort et exil - Le nettoyage ethnique des musulmans ottomans, 1821-1922

"Death and Exile" est l’histoire de la déportation et de la mort de millions de musulmans au XIXe et au début du XXe siècle dans des régions qui sont restées des centres de conflit - les Balkans, le Moyen-Orient et ce qui était l’Union soviétique - et nous montre comment les conflits religieux qui se sont développés. L’histoire de l’expansion de l’Empire russe et de la création de nouvelles nations dans les Balkans a traditionnellement été racontée du point de vue des nations chrétiennes issues de l’Empire ottoman. Death and Exile raconte l’histoire de la position des Turcs et d’autres musulmans qui ont subi la mort et l’exil à cause de l’impérialisme nationalisme et conflits ethniques.

De sa traduction, "Mort et exil" change radicalement notre regard sur l’histoire des peuples du Moyen-Orient et des Balkans. Il présente un nouveau cadre pour comprendre les conflits qui perdurent aujourd’hui.

Le livre signé par Justin McCarthy a mis au jour un fait horrible et extrêmement important : qu’au cours du siècle entre la guerre d’indépendance grecque et la Première Guerre mondiale, l’Empire ottoman a subi cinq millions et demi de morts et cinq millions de réfugiés. Il considère cette Europe comme la plus grande perte de vie et d’émigration depuis la guerre de Trente Ans.

La souffrance chrétienne à cette époque et dans ces lieux est bien connue ; McCarthy montre de l’autre côté que "les communautés musulmanes dans une zone aussi vaste que toute l’Europe occidentale avaient été diminuées ou détruites". Son étude passe minutieusement en revue les régions et les guerres, tirant des informations de sources étrangères et ottomanes pour produire un récit convaincant.

Au-delà de la tragédie impliquée, ce modèle de mort et d’exil a une profonde importance historique. Pour ne prendre que trois questions soulevées par l’auteur : il met en perspective la déportation des Arméniens en 1915 et transforme cet acte de haine en un acte motivé par la peur (si les Arméniens, avec le soutien de la Russie, s’étaient rebellés, les musulmans ottomans auraient pu s’attendre à être abattu).

Aussi, cet héritage explique la politique étrangère modeste et circonspecte menée par Atatürk ; « comme une terre d’immigration récente, de réfugiés et de mortalité massive », son pays était prêt non pas à s’affirmer, mais à se réformer. Dernièrement, les immigrations massives vers l’Anatolie font de la Turquie moderne (comme la France) une ancienne terre de migrants ; McCarthy estime qu’un cinquième de la population descend de réfugiés du XIXe siècle. Ce fait permet également de comprendre la sensibilité aiguë du pays aux problèmes actuels en Bosnie et en Azerbaïdjan.

Turquie News vous propose un résumé du livre. Bonne lecture :


Une critique plus approfondie de "Death and Exile"
***
Chapitre un : La terre à perdre

En 1800, une vaste terre musulmane existait en Anatolie, les Balkans. et le sud de la Russie. Ce n’était pas seulement une terre dans laquelle les musulmans régnaient, mais une terre dans laquelle les musulmans étaient la majorité ou, dans une grande partie des Balkans et une partie du Caucase, une minorité importante. Il comprenait la Crimée et son arrière-pays, la majeure partie de la région du Caucase, l’Anatolie orientale et occidentale, et le sud-est de l’Europe, de l’Albanie et de la Bosnie à la mer Noire, dont la quasi-totalité se trouvait dans l’Empire ottoman. Géographiquement, des régions de Roumanie et du sud de la Russie y étaient rattachées, où les musulmans constituaient une pluralité de peuples différents.

En 1923, seules l’Anatolie, l’est de la Thrace et une partie du sud-est du Caucase restaient en terre musulmane. Les musulmans des Balkans avaient en grande partie disparu, morts ou contraints de migrer, les autres vivant dans des poches d’installation en Grèce, en Bulgarie et en Yougoslavie. Le même sort avait submergé les musulmans de Crimée, du nord du Caucase et de l’Arménie russe - ils étaient tout simplement partis.

Des millions de musulmans, pour la plupart des Turcs, étaient morts ; des millions d’autres avaient fui vers ce qui est aujourd’hui la Turquie.

Entre 1821 et 1922, plus de cinq millions de musulmans ont été chassés de leurs terres. Cinq millions et demi de musulmans sont morts, certains d’entre eux tués dans des guerres, d’autres périssant en tant que réfugiés de famine et de maladie. Une grande partie de l’histoire des Balkans, de l’Anatolie et du Caucase ne peut être correctement comprise sans tenir compte des réfugiés musulmans et des morts musulmans. Cela est particulièrement vrai de l’histoire du nationalisme et de l’impérialisme.

La carte contemporaine des Balkans et du Caucase du Sud montre des pays aux populations assez homogènes, des pays qui ont été créés dans les guerres et les révolutions qui les ont séparés de l’Empire ottoman. Leur unité ethnique et religieuse s’est réalisée par l’expulsion de leur population musulmane.

En d’autres termes, les nouveaux États ont été fondés sur la souffrance de leurs habitants défunts. De même, l’impérialisme russe, encore trop souvent dépeint comme la marche « civilisatrice » de la culture européenne, a entraîné la mort de millions de Circassiens, d’Abhaziens, de Laz et de Turcs.

Le nationalisme et l’impérialisme apparaissent sous un jour bien pire lorsque leurs victimes entrent en scène. La carte contemporaine des Balkans et du Caucase du Sud montre des pays aux populations assez homogènes, des pays qui ont été créés dans les guerres et les révolutions qui les ont séparés de l’Empire ottoman. Leur unité ethnique et religieuse s’est réalisée par l’expulsion de leur population musulmane.

En d’autres termes, les nouveaux États ont été fondés sur la souffrance de leurs habitants défunts. De même, l’impérialisme russe, encore trop souvent dépeint comme la marche « civilisatrice » de la culture européenne, a entraîné la mort de millions de Circassiens, d’Abhaziens, de Laz et de Turcs.

Le nationalisme et l’impérialisme apparaissent sous un jour bien pire lorsque leurs victimes entrent en scène. La carte contemporaine des Balkans et du Caucase du Sud montre des pays aux populations assez homogènes, des pays qui ont été créés dans les guerres et les révolutions qui les ont séparés de l’Empire ottoman. Leur unité ethnique et religieuse s’est réalisée par l’expulsion de leur population musulmane. En d’autres termes, les nouveaux États ont été fondés sur la souffrance de leurs habitants défunts.

De même, l’impérialisme russe, encore trop souvent dépeint comme la marche « civilisatrice » de la culture européenne, a entraîné la mort de millions de Circassiens, d’Abhaziens, de Laz et de Turcs. Le nationalisme et l’impérialisme apparaissent sous un jour bien pire lorsque leurs victimes entrent en scène.

La perte musulmane est une partie importante de l’histoire des Turcs. Ce sont eux qui ont le plus ressenti les conséquences du nationalisme et de l’impérialisme. À une époque où l’Empire ottoman luttait pour se réformer et survivre en tant qu’État moderne, il a d’abord été contraint de puiser dans ses ressources limitées pour défendre son peuple contre le massacre de ses ennemis, puis pour essayer de prendre soin des réfugiés qui affluaient dans le empire lorsque ces ennemis ont triomphé.

Après la destruction de l’Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale, les Turcs de ce qui est aujourd’hui la Turquie ont été confrontés aux mêmes problèmes : invasion, réfugiés. et la mortalité. Les Turcs ont survécu, mais leur nation a été grandement affectée par les événements du siècle dernier.

La nouvelle République turque était une nation d’immigrants dont les citoyens venaient de Bulgarie, Grèce, Yougoslavie. Arménie, Géorgie, Russie, Ukraine et ailleurs. Comme l’Empire ottoman avant elle, la Turquie a dû faire face à toutes les difficultés d’intégration d’une population immigrée et à faire face à des destructions massives en temps de guerre alors qu’elle tentait de se moderniser et de survivre. Les défis de cette lutte ont façonné le caractère de la République turque.

Malgré l’importance historique des pertes musulmanes, on ne le trouve pas dans les manuels. Des manuels et des histoires qui décrivent des massacres de Bulgares. Les Arméniens et les Grecs n’ont pas mentionné les massacres correspondants de Turcs.

L’exil et la mortalité des musulmans ne sont pas connus. Cela va à l’encontre de la pratique moderne dans d’autres domaines de l’histoire. Il est à juste titre devenu impensable aujourd’hui d’écrire sur l’expansion américaine sans tenir compte de la brutalité dont ont été victimes les Amérindiens. Le carnage de la guerre de Trente Ans doit faire partie de toute histoire de
changement religieux en Europe. Les historiens ne peuvent pas écrire sur l’impérialisme sans mentionner le massacre d’Africains au Congo ou de Chinois dans les guerres de l’opium.

Pourtant, en Occident, l’histoire de la souffrance des Balkans, du Caucase. et les musulmans d’Anatolie n’ont jamais été écrits ou compris. L’histoire des Balkans, du Caucase et de l’Anatolie a été écrite sans mentionner l’un de ses principaux protagonistes, la population musulmane. La vision « traditionnelle » de l’histoire des Balkans, du Caucase et de l’Anatolie est loin d’être complète, voire trompeuse, car les histoires des groupes minoritaires ottomans sont sorties de leur contexte. Une grande partie de ce contexte est la souffrance des musulmans, qui ont eu lieu dans les mêmes régions et en même temps que les souffrances des chrétiens, et souvent les ont transcendées. Les quelques personnes qui ont tenté de modifier la vision traditionnelle ont été ridiculisées comme des « révisionnistes », comme si la révision était un péché académique et que l’exactitude historique contextuelle n’était pas pertinente.

En fait, réviser l’histoire unilatérale et changer la sagesse traditionnelle déficiente est l’affaire de l’historien, et dans peu de domaines de l’histoire la révision est aussi nécessaire que dans l’histoire des peuples ottomans. L’histoire qui résulte du processus de révision est troublante, car elle raconte l’histoire des Turcs en tant que victimes et ce n’est pas le rôle dans lequel ils sont habituellement jetés. Il ne présente pas l’image traditionnelle du Turc comme bourreau, jamais victime.


A propos de l’auteur :
Justin McCarthy, professeur d’histoire à l’Université de Louisville, est un historien et démographe qui a beaucoup écrit sur les peuples des Balkans et du Moyen-Orient. Parmi ses œuvres précédentes figurent : Le monde arabe, la Turquie et les Balkans (1982) ; Musulmans et minorités : la population de l’Anatolie ottomane et la fin de l’Empire (1983) ; et La population de la Palestine : Histoire de la population et statistiques de la période ottomane tardive et du mandat (1990).

À lire aussi