Massacres de Khodjaly par l’Arménie : 20 ans de déni, ça suffit (...) - Turquie News
mercredi 17 août 2022

OUBLIER, C’EST TRAHIR

Massacres de Khodjaly par l’Arménie : 20 ans de déni, ça suffit !

Publié le | par Turquie News | Nombre de visite : 462 |
Massacres de Khodjaly par l'Arménie : 20 ans de déni, ça suffit !

20 ANS DE DENI, CELA SUFFIT !

Rassemblement pour la commémoration du 20ème anniversaire des massacres perpétrés par les Arméniens contre la population civile azérie à Khodjali (Karabagh)

samedi 25 février 2012
de 14h à 16h
à Strasbourg, Place Kléber


"Le Monde, le 14 mars, 1992 : " …Des correspondants étrangers à Agdam ont pu se convaincre que les femmes et les enfants fuyant Khodjali et mitraillés puis abattus à bout portant, les trois têtes scalpées ou les doigts coupés, ne sont pas un produit de la " propagande azérie ", mais la triste réalité d’un conflit… "

"Humanité, le 03 mars 1992 : " MASSACRE AU NAGORNY-KARABAKH : Au moins 50 cadavres d’habitants de Khodjali, ville azérie du Nagorny Karabakh prise mercredi dernier par les forces arméniennes, ont été montrés, lundi, à un groupe de journalistes, dont un correspondant de l’AFP. Les 31 cadavres éparpillés dans l’herbe rase sur 200 mètres, à mi-chemin entre Nakhitchevanik et Askeran, portaient des traces de mutilations et la plupart avaient la boîte crânienne éclatée, apparemment par des tirs à bout portant...."

Magazine "Valeur Actuelle" (Paris), 14 mars 1992 :
"Dans cette "région autonome", les forces armées arméniennes et les populations du proche orient possèdent les équipement militaires les plus modernes. L’ASALA possède des bases militaires et des dépots de munition en Syrie et au Liban. Les Arméniens ont massacré les Azerbaïdjanais du Haut-Karabakh en orchestrant des attaques sanglantes dans plus de 100 villages musulmans."

Magazine "L’Evenement" (Paris), 25 mars 1992 : Cruel !
"Les Arméniens ont attaqué le district de Khojaly. Le monde est témoin des cadavres défigurés. Il est question de milliers de morts."

Journal "Le Monde" (Paris), 14 mars 1992 :
"Les journalistes étrangers ont vu à Aghdam des femmes et des enfants scalpés, et d’autres cadavres dont on avait arraché les ongles. Il n’est plus question de "propagande azérie" mais tout simplement de faits."

20 ans après les faits, l’Arménie nie toujours et elle mène une vaste campagne de négationnisme. L’Etat arménien met en rang de bataille ses officines internationales dont certaines des plus puissantes se trouvent en France.

Le site à teneur raciste et turcophobe, armenews.com (édition en ligne des "Nouvelles d’Arménie Magazine", dirigé par l’activiste anti-turc Ara Toranian), relaye l’information : « Le Ministère de la Diaspora arménienne charge les organisations et associations ultra-nationalistes à la solde de l’Etat arménien de relayer un appel émanant du "Ministère des Affaires Etrangères de la République du Haut-Karabakh" ». La fantoche République en question n’étant que le régime auto-proclamé par les forces d’occupation arméniennes au Haut-Karabagh (territoire de l’Azerbaïdjan dont toute la véritable population azérie a été massacrée sur place et déportée en vue d’une purification éthnique. Ce régime, criminel et illégal, dispose de bureaux sur le sol français malgré l’illégalité totale de celui-ci vis-à-vis des juridictions internationales. Mais les élus et la justice française, soucieux de ménager le puissant lobby arménien, n’en feront rien. L’impunité continue.

Nouvelle épisode dans cette campagne de purification ethnique raciste : récemment, l’Etat arménien annonçait qu’il envisageait d’installer dans les régions azéries occupées des prisonniers en vue d’occuper le sol par des personnes de souche arménienne.

Ainsi, l’appel relayé par l’Etat arménien vise à "lutter et résister à la campagne internationale anti-arménienne organisée par l’Azerbaidjan."
Accompagné du lien vers un site raciste et négationniste qui n’a autre but que de falsifier l’histoire dans son intégralité. "www.xocali.net"

Nous avions déjà relevé la propagande haineuse et mensongère de sites ultra-nationalistes tels que le Collectif VAN qui relayent la propagande négationniste de l’Etat arménien sur le sol français. Qui se ressemble s’assemble...ou bien obéit aux ordres de son maître, le Collectif VAN a été fondé suite à un appel d’Ara Toranian, ancien porte-parole d’une organisation terroriste anti-turque, de fait raciste.

D’autres officines du même acabit sont chargées de relayer la même propagande négationniste dans d’autres pays. Ainsi en Suisse, un puissant lobbying en faveur de l’Etat arménien permet aujourd’hui, par la loi, de museler quiconque condamne les crimes commis par l’armée arménienne.

Haut-Karabagh

Le Haut-Karabagh est une région d’Azerbaïdjan occupée par l’armée arménienne depuis le début des années 1990. L’invasion arménienne s’est soldée par de violents massacres de civils azéris. Par la suite, l’Arménie a appliqué une politique de purification ethnique en déportant la totalité des survivants azéris de leurs terres.

Aujourd’hui, plus d’un million de réfugiés azerbaïdjanais vivent dans des conditions précaires en attendant de pouvoir éventuellement récupérer leur biens spoliés par l’Etat arménien.

Les terres et maison laissées à l’abandon ont été "offertes" par l’Etat arménien aux colons installés pour peupler les territoires occupés par l’Arménie.

A plusieurs reprise, les instances internationales ont condamné ce "génocide" et enjoint l’Arménie de libérer les territoires qu’elle occupe illégalement.

Les organisations nationalistes arméniennes nient les massacres et la déportation d’environ un million d’Azéris et profitent de leurs nombreuses officines implantées dans les pays d’Europe ou d’Amérique pour faire pression sur les instances nationales et internationales afin de bloquer la résolution du conflit.

A l’origine peuplé de 150 000 habitants entre Arménie et Azerbaïdjan, le Haut Karabakh ne comprend aujourd’hui plus que des colons arméniens. 30.000 d’Azerbaïdjanais ont été massacrés, deux millions d’entre eux ont été déportés du HK et des sept régions d’Azerbaïdjan attenantes, prises par les nationalistes arméniens.

À lire aussi