EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Le Pentagone "n’a pas l’intention de se (...)

Le Pentagone "n’a pas l’intention de se retirer’’ de la base aérienne nucléaire d’Incirlik en Turquie


Ecrit par Hakan, 2020-09-17 23:55:09


Le Pentagone « n’a pas l’intention de mettre fin à notre présence sur la base aérienne d’Incirlik » en Turquie, selon une déclaration faite le 16 septembre à l’agence de presse gouvernementale turque Anadolu Agency.

Outre sa présence dans l’US Air Force, Incirlik sert de base aux armes nucléaires américaines.

Le porte-parole de l’armée américaine, le lieutenant-colonel Thomas Campbell, s’est exprimé au nom du Pentagone après que le sénateur américain Ron Johnson a déclaré au Washington Examiner le 11 septembre que des responsables américains envisageaient de déplacer leurs forces vers la baie de Souda en Crète, où la marine américaine maintient une présence à un port de l’OTAN en eau profonde.

"Nous ne savons pas ce qui va arriver à Incirlik", a déclaré Johnson, un républicain du Wisconsin. « Nous espérons le meilleur, mais nous devons prévoir le pire. »

« Je ne pense pas que nous voulons opérer ce changement stratégique, mais je pense que, dans une position défensive, je pense que nous devons regarder la réalité de la situation sur laquelle se trouve le chemin Erdogan n’est pas bien », a-t-il ajouté.

Les politiques d’Erdogan étaient « dérangeantes », a déclaré Johnson, ajoutant qu’elles faisaient partie des raisons pour lesquelles les États-Unis « renforçaient » leur présence en Crète, « parce que notre présence, très honnêtement, en Turquie est certainement menacée. »

Relations compliquées

Les relations des États-Unis avec la Turquie sont compliquées dans la mesure où, bien que les membres du Congrès des deux côtés de la division se soient régulièrement opposés aux activités militaires d’Erdogan à l’étranger, en particulier en Syrie, le président américain Donald Trump a décrit le dirigeant turc comme quelqu’un avec qui il s’entend bien. Les pressions des sénateurs et des représentants de la Chambre pour que la Turquie, membre de l’OTAN, soit sanctionnée pour son achat de systèmes de défense antimissile avancés S-400 russes n’ont pas été encouragées par la Maison Blanche. Trump a également abandonné un allié américain, les terroristes du YPG qu’Ankara considère comme une organisation terroriste mais qui a joué un rôle déterminant pour aider les États-Unis à remporter leurs victoires sur l’État islamique en Syrie, faisant de lourdes pertes.

Bien que les sanctions contre la Turquie n’aient pas été imminentes, Washington a au moins expulsé Ankara du programme d’avions de combat interarmées F-35, ce qui signifie que les avions de combat F-35 commandés par l’administration Erdogan ne seront pas livrés, laissant l’armée de l’air turque du mal à trouver un remplacement adéquat.

Erdogan a menacé à la fin de l’année dernière de fermer Incirlik et la base de Kurecik, où les États-Unis ont également des forces militaires, si Washington imposait des sanctions.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a publié cette semaine quelques rares critiques de l’administration Trump à l’encontre d’Ankara, notant que seuls la Turquie et l’Iran s’opposent à l’accord négocié par les États-Unis pour que Bahreïn et les Émirats arabes unis acceptent d’établir des relations diplomatiques avec Israël.

Pompeo a également appelé à une résolution diplomatique et pacifique du différend entre la Turquie d’un côté et la Grèce et Chypre de l’autre sur les droits d’exploration du gaz et du pétrole dans diverses parties de la Méditerranée orientale.

Pendant ce temps, des rapports font état d’un changement de pouvoir au sein du gouvernement d’accord national (GNA) basé à Tripoli, que la Turquie soutient dans la guerre civile libyenne. Les analystes examinent ce que cela pourrait signifier pour l’influence et les perspectives de la Turquie en Libye.

Mot-clé :
Coopération Diplomatie
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank