Le 23 avril, souveraineté nationale et journée de l’enfant - Turquie News
lundi 23 mai 2022

Le 23 avril, souveraineté nationale et journée de l’enfant

Publié le | par Hakan |

Le 23 avril, souveraineté nationale et journée de l'enfant

Grande Assemblée nationale de Turquie

Lors de l’occupation d’Istanbul le

Dans la circulaire, il est demandé qu’ "une assemblée qui sera dotée d’un pouvoir extraordinaire pour examiner et mettre en œuvre les mesures qui assureront l’indépendance de la nation et le salut de l’État soit convoquée pour une réunion à Ankara et ceux qui peuvent venir à Ankara des députés démantelés pour assister à cette assemblée" . Ceux qui pourraient venir à Ankara en échappant au Parlement ottoman, dissous par les députés déterminés par l’élection à tenir à cet effet, pourraient participer au premier Parlement.

Au cours d’un meeting tenu peu avant l’ouverture de "l’Assemblée", qui s’est réunie dans l’ambiance de la Lutte Nationale et assurera la victoire de la Guerre d’Indépendance sous la direction de Mustafa Kemal Pacha.

Mustafa Kemal demande aux personnes présentes au meeting de réfléchir sur le nom qu’on pourrait donner à la nouvelle assemblée. Voici ce qu’on lui à répondu : "Nous avons créé un parlement ici avec le nom de Congrès ou Assemblée Kebir. Mais la nation turque attend de nous, le nom qu’on donnera lors de l’ouverture de « La Grande Assemblée nationale turque »". Lorsque Mustafa Kemal Pacha fini son discourt, les gens présents dans la salle disent tous à l’unisson : « Nous l’avons trouvé ! ». Quand Mustafa Kemal demande ce qu’ils ont trouvé, les personnes présent répondit « Le nouveau parlement sera nommé : La Grande Assemblée Nationale Turque… ! »

Que s’est-il passé le

Le 23 avril, après le vendredi, des prières ont été accomplies et des sacrifices ont été sacrifiés dans la mosquée Hacıbayram par « un jour de printemps doux et chaud » ; Venu avec un grand groupe devant lequel « des drapeaux spirituels sont portés », le Parlement s’ouvre par une cérémonie à 13h45-14h00 dans le bâtiment construit comme le Club Union et Progrès.

L’Assemblée s’ouvre sur le discours du député Sinop Şerif Bey, en tant que membre le plus âgé. Dans son discours, Şerif Bey explique le but de l’Assemblée en disant : « J’ouvre la Grande Assemblée nationale en annonçant au monde entier que notre nation a assumé la responsabilité de son destin en toute indépendance interne et externe (pleine indépendance) et a commencé à se gouverner. »

« Le monde entier devrait savoir qu’il n’y a aucun pouvoir, aucune autorité à la tête de cet État et de cette nation. Il n’y a qu’une force. C’est la souveraineté nationale. Il n’y a qu’une seule autorité. C’est le cœur, la conscience et l’existence de la nation. »
Mustafa Kemal Atatürk

Le

Atatürk a décidé de célébrer le 23 avril comme jour férié le

En

La Turquie reste le premier et le seul pays au monde à présenter une fête à ses enfants et à partager cette fête avec le monde entier.

Dans la pensée du grand leader Atatürk, les enfants sont l’avenir de la nation. Comme expression de sa confiance inébranlable et de son grand amour pour eux, il a offert notre fête nationale, le 23 avril, aux enfants.

Le 23 avril est une occasion importante pour les nouvelles générations d’apprendre notre histoire et de lever les gardes de la nouvelle République, à qui nous confierons la continuation de l’État turc, avec cette conscience.

« Nous leur confions notre avenir ; «  Les enfants sont l’assurance de notre avenir, notre joie de vivre. Il est de notre devoir humain d’élever les enfants d’aujourd’hui comme les adultes de demain. "

Déclaration de Genève des droits de l’enfant

Après la Première Guerre mondiale, en particulier la destruction des femmes et des enfants, révèle l’idée de protéger les "droits de l’enfant" avec le droit international.

Conformément à l’idée d’établir une organisation pour la protection des droits innés des enfants avec les conventions internationales, qui ont commencé à émerger à la fin du XIXe siècle, les premières initiatives officielles ont eu lieu en

Suspendues par la Première Guerre mondiale qui éclate en

L’Organisation des Nations Unies de cette époque, la Société des Nations, a commencé à déterminer le niveau de vie que les nations doivent respecter pour établir une société pacifique et heureuse.

Le

Cet accord, signé par le président du Comité international de la Croix-Rouge et l’ancien président du gouvernement suisse, Monsieur Adver, est annoncé au monde par télégramme depuis la tour Eiffel de Paris.

La Déclaration de Genève de

Mustafa Kemal Atatürk est l’un des 5 premiers dirigeants mondiaux à signer ce texte. Tous les hommes/femmes des nations qui ont signé cette déclaration reconnaissent qu’ils sont tenus d’accorder une attention maximale aux enfants et sont responsables sans distinction de religion, de race ou de nationalité, et acceptent que ces cinq articles soient des devoirs moraux et nationaux de l’époque. Les clauses de ce premier contrat sont les suivantes :

  • L’enfant doit être élevé dans des conditions adaptées à son développement physique et mental naturel.
  • Si l’enfant a faim, il faut le nourrir : s’il est malade, il faut le soigner, s’il est en retard, il faut l’encourager, s’il s’est égaré, il faut le remettre dans le droit chemin, s’il est orphelin et négligé, il doit être abrité et protégé.
  • En cas de catastrophe, les enfants doivent être protégés et aidés avant tout.
  • L’enfant doit gagner sa vie et doit être protégé contre les tentatives et les comportements visant à gagner sa vie aux dépens des faibles.
  • L’enfant doit être élevé avec le sentiment qu’il devra utiliser ses meilleurs talents pour le bien de ses frères et sœurs.

Dans les premières années de notre république, des initiatives officielles et privées pour la protection des enfants sont mises en œuvre sur la base de ces dispositions légales et des efforts sont faits pour sensibiliser les parents à cette question.

Dans le même temps, conformément à ces articles, il vise à assurer la continuité des droits de l’enfant en inculquant la conscience que les enfants sont responsables envers leurs pairs. La déclaration d’Atatürk du 23 avril comme Journée des enfants , avec une initiative sans pareille dans le monde, donne une importance particulière à cette attention nationale qui se construit dans le monde entier.

« L’établissement d’un monde de paix et de fraternité, qui est l’objectif commun de toute l’humanité, sera l’œuvre de vous, nos enfants. Votre cœur aimant, votre tolérance et votre bonne volonté formeront la base de la paix.

Le grand dirigeant Mustafa Kemal Atatürk, qui a offert le 23 avril aux enfants, a déterminé les enfants comme l’avenir de l’État turc. Il accordait une grande importance à ses enfants, qui aimaient leur pays, respectaient son histoire et voulaient qu’il fasse avancer son État.

Nous voyons l’importance et la sensibilité qu’Atatürk a accordées aux enfants et aux droits des enfants. Nous sommes les trésors de cet héritage et nous montrons notre respect envers notre passé et Atatürk, qui nous a rendus si précieux et compatissants.

Joyeuse fête du 23 avril, journée nationale de la souveraineté et des enfants

À lire aussi