La Turquie frappée par la flambée des prix alors que l’inflation approche les (...) - Turquie News
mercredi 17 août 2022

La Turquie frappée par la flambée des prix alors que l’inflation approche les 80%

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 272 |
La Turquie frappée par la flambée des prix alors que l'inflation approche les 80%

La croissance des prix annuels est passée de 73,5 % en mai à 78,6 % en juin, mais le taux réel pourrait être le double du chiffre officiel.

Le taux d’inflation officiel de la Turquie a atteint près de 80 % le mois dernier – le plus élevé en 24 ans – alors que les politiques économiques non conventionnelles du président Recep Tayyip Erdoğan continuaient de faire grimper le coût de la vie .

La croissance des prix annuels est passée de 73,5% en mai à 78,6% en juin, selon l’agence turque des statistiques.

Cependant, les partis d’opposition et les économistes ont déclaré que les récentes hausses des prix du pétrole et du gaz signifiaient que le taux d’inflation réel était presque le double du chiffre officiel.

Le ministre du Trésor et des Finances, Nureddin Nebati, a tenté d’éviter les critiques sur la gestion de l’économie par le gouvernement, déclarant la semaine dernière que les prix à la consommation commenceraient à baisser d’ici la fin de l’année.

"Je vous promets à vous et au président que nous verrons une baisse de l’inflation à partir de décembre", a déclaré Nebati.

Ses commentaires sont intervenus après que le gouvernement a annoncé sa deuxième augmentation du salaire minimum en six mois, augmentant les salaires de 30%. L’augmentation a fait passer le salaire mensuel d’environ 40% de la main-d’œuvre de 254 $ (209 £) à 328 $.

Erdoğan a affirmé que le problème de la Turquie n’est pas l’inflation. « Nous n’avons pas de problème d’inflation. Nous avons un problème de coût de la vie », a-t-il déclaré le mois dernier.

Les économistes ont déclaré que les données officielles de la Turquie dissimulaient une tendance plus inquiétante à la hausse des prix qui n’avait montré aucun signe de ralentissement.

Un rapport mensuel publié par le groupe turc d’économistes indépendants ENAG a montré que les prix à la consommation avaient augmenté de 175 % en juin par rapport à l’année précédente. L’ENAG a déclaré que les prix avaient augmenté de 71,4% depuis le début de 2022.

La chambre de commerce d’Istanbul a déclaré que l’inflation dans la plus grande ville de Turquie avait atteint un taux annuel de 94 %.

"Plus personne ne croit plus aux données officielles turques", a déclaré Timothy Ash, économiste chez BlueBay Asset Management. "Il n’y a aucune attente de quelque chose comme une réponse politique crédible."

Le différend croissant sur la véracité des données officielles de la Turquie devrait être un problème politique difficile pour le gouvernement d’Erdoğan avant les élections générales de l’année prochaine, qui sont largement considérées comme les plus difficiles de ses deux décennies de règne.

Kemal Kılıçdaroğlu, le chef du principal parti d’opposition, a accusé l’agence nationale des statistiques de "mentir", l’exhortant dans un tweet à "cesser de commettre des crimes au profit du président Erdoğan".

Une enquête publiée vendredi par l’agence de sondage Metropol a montré que 69% des personnes interrogées croyaient au chiffre non officiel de l’ENAG et seulement 24% à celui rapporté par le gouvernement.

La Turquie a été durement touchée par les retombées de la crise de la dette européenne en 2012 et la menace d’une hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale américaine en 2013. Sa monnaie a chuté depuis. En 2013, la lire valait 36p, contre 4,9p lundi.

Pour arrêter le déclin, Erdoğan s’est lancé en 2018 dans ce qu’il a appelé un "nouveau modèle économique", qui consistait à mettre de côté la hausse de l’inflation et à réduire les taux d’intérêt pour stimuler la croissance économique.

Cela a été fait contre l’avis de son chef de banque centrale et a fait plonger la livre à un niveau record, faisant grimper les coûts dans un pays qui dépend des matériaux importés, en particulier de l’énergie.

L’inflation, qui s’élevait officiellement à 15 % début 2021, a désormais atteint son plus haut niveau depuis l’effondrement de la monnaie lors de la crise de la dette de 1998 qui a contribué à porter Erdoğan au pouvoir.

Trois patrons de banques centrales ont été licenciés par le président depuis 2018. La livre turque a chuté de 20 % cette année seulement.

À lire aussi