La Turquie et la France vont coopérer dans les pays tiers - Turquie News
lundi 15 août 2022

La Turquie et la France vont coopérer dans les pays tiers

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 298 |
La Turquie et la France vont coopérer dans les pays tiers

Signe de « la confiance retrouvée » entre Paris et Ankara, les deux capitales ont décidé « d’affronter les marchés extérieurs ensemble », a annoncé la ministre du Commerce extérieur, Nicole Bricq, au cours d’une conférence de presse, donnée, le 20 novembre à Bercy, au terme de la troisième réunion du comité mixte économique et commercial France-Turquie.

« Une nouvelle période s’ouvre », a confirmé, à cette occasion, Zafer Caglayan, le ministre du Commerce extérieur turc. Tant d’optimisme de la part des deux ministres peut surprendre. Nicole Bricq a même renchéri en estimant qu’au sujet de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne « des résultats tangibles pouvaient être rapidement atteints ».

En effet, la loi pénalisant la négation du génocide arménien par les Turcs en 1915, bien que rejetée par le Conseil constitutionnel, plane toujours comme une épée de Damoclès sur les relations entre Paris et Ankara. Surtout que François Hollande, à plusieurs reprises, a réitéré son engagement à pénaliser la négation du génocide arménien. Mais, explique-t-on côté français, son ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, semblant exclure l’adoption d’une nouvelle loi prochainement, les Turcs semblent pour le moment rassurés.

De façon concrète, « les deux pays ayant des économies complémentaires », selon Nicole Bricq, la coopération bilatérale sur des pays tiers pourrait s’exercer dans les Balkans, le Caucase, l’Asie centrale, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, notamment dans des pays difficiles, comme la Libye, l’Irak et l’Afghanistan, bien connus des entreprises turques.

Une concrétisation de ce nouveau partenariat est la conclusion à Paris d’un accord entre Coface et son homologue Eximbank, « qui va permettre aux hommes d’affaires d’opérer dans les pays tiers en obtenant une assurance plus facilement et plus large », estime Zafer Caglayan.

Pendant le comité mixte, Turcs et Français ont décidé aussi de concentrer leurs efforts dans quatre secteurs : transport (ferroviaire urbain, transport de proximité…) ; énergie (nucléaire, efficacité énergétique…), ville durable (déchets, traitement des eaux…) et agroalimentaire. Des groupes de travail ont été constitués. « En Turquie, dans les dix ans à venir, 130 milliards de dollars vont être investis dans l’énergie et 110 milliards dans le transport. Et nous prévoyons aussi la construction de 7 millions de nouveaux logements », a précisé Zafer Caglayan.

À lire aussi