L’art de la calligraphie sous l’Empire Ottoman - Turquie News
lundi 28 novembre 2022

L’art de la calligraphie sous l’Empire Ottoman

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 338 |
L'art de la calligraphie sous l'Empire Ottoman

L’art de la calligraphie était suivi de près et soutenu par la classe dirigeante des États islamiques.

Après le Xe siècle, l’existence d’ateliers de calligraphie en est la plus grande preuve. Des villes telles que Herat, Shiraz, Samarcande, Tabriz, Kazvin, Ispahan et Meshed situées aux frontières de l’Iran et de l’Irak aujourd’hui, étaient les centres de l’art de la calligraphie et de nombreuses œuvres ont été produites dans toutes les branches de l’écriture dans les ateliers de calligraphie trouvés dans ces villes.

À l’époque de l’Empire ottoman, notamment avec la conquête d’Istanbul, de nombreux artistes des pays islamiques ont été invités au palais et ont commencé à produire des œuvres sous le patronage du palais.

L’art de la calligraphie qui est devenu une riche branche de l’art avec Yakut el-Mustasimi qui a conduit à améliorer Aklam-1 Sitte (sülüs, nesih, muhakkak, reyhani, tevkii, rika), a vécu son âge d’or avec des calligraphes tels que Sheikh Hamdullah, Ahmed Karahisari, Dervish Ali, Halid b. İsmail, Şekerzade Mehmed Efendi, Dervish Mehmed, Hafız Osman, Kazasker Mustafa İzzet et Sami Efendi à l’époque ottomane.

Panneau calligraphique d'Izzet, 1893, Bibliothèque Gazi Husrev Beg
Panneau calligraphique d’Izzet, 1893, Bibliothèque Gazi Husrev Beg
Photo © Islamic Arts Magazine

L’enseignement de la calligraphie s’est longtemps fait avec les méthodes traditionnelles du système de tutorat. Il a commencé dans les écoles primaires ottomanes et s’est poursuivi dans les ateliers du palais.

La base de l’enseignement de la calligraphie qui s’est développée en tant que discipline, repose sur la tradition du modèle et de la ratification. Le système modèle est la représentation des lettres par les élèves selon leurs tailles et leurs rapports. Dans cette application, qui s’apparente au système de "devoirs" appliqué dans les établissements d’enseignement aujourd’hui, l’échantillon écrit rédigé par le maître est remis à son élève et l’élève pratique le modèle de son maître.

L’échantillon d’écriture manuscrite préparé par le maître de calligraphie pour son élève s’appelle "donner le motif", et l’effort de l’élève pour l’écrire exactement s’appelle "prendre le motif".

La ratification qui signifie « autorisation, approbation, diplôme », est un document que l’étudiant a la compétence pour être calligraphe en pratiquant la méthode et les règles d’écriture de son maître.

Après un long et difficile processus d’éducation, le maître approuve la compétence de son élève à être un "calligraphe", après que les élèves aient réussi à imiter un verset d’un vieux maître et que le maître ait écrit une phrase de permission avec des expressions arabes et le signe.

Après ces processus, les étudiants ont appris les compétences d’un calligraphe et ont commencé à produire de nouvelles œuvres.

Lire aussi :
L’art de la calligraphie de style ottoman ajouté à la liste de l’UNESCO

À lire aussi