vendredi 24 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Questions | Question Arménienne

Chronologie d’Asala

vendredi 10 avril 2020 | par Hakan


Chronologie d'Asala

L’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie (ASALA), issue du groupe de dachnaks dissidents et de hintchakistes.

L’ASALA possède une branche politique, le Mouvement national arménien (MNA) d’Ara Toranian, issu lui aussi d’une dissidence de la FRA. Elle accuse les dachnaks d’être des nationalistes étriqués, de faux socialistes. En réalité, le « progressisme » de l’ASALA est au moins autant sujet à caution.

En 1979, l’ASALA, forte de sa popularité, multiplie les attentats contre des objectifs non turcs, notamment le triple attentat du 23 décembre, à Rome, contre le Conseil international des Églises, les bureaux d’Air France et ceux de la TWA ; les trois explosions font au total douze blessés. Ce n’est pas une nouveauté pour elle : son premier plasticage, en janvier 1975, visait déjà le Conseil international des Églises. Certains auteurs, favorables au nationalisme arménien, prétendent, avec un aplomb si typique, que l’ASALA ne frappe d’objectifs non turcs qu’à partir de 1983 : un moyen de distinguer la « bonne » ASALA et la « mauvaise » ASALA. Cette distinction, outre qu’elle démontre une grande complaisance pour l’assassinat, ne repose sur rien.

Le nombre exact de victimes ne peut pas encore être donnés. Par exemple, il n’est pas possible d’établir avec précision les responsabilités de l’ASALA au sein du Comité de soutien aux prisonniers politiques arabes (CSPPA), groupe créé par la Syrie, et dont les attentats firent dix morts à Paris, en 1986. Le CSPPA est probablement un regroupement de terroristes arabes et arméniens, agissant pour le compte de Damas. De même, l’attentat du 7 décembre 1985 à Paris (vingt blessés) est revendiqué par l’ASALA, et la base de données globale sur le terrorisme, constituée par l’université du Maryland, l’enregistre comme un attentat commis par cette organisation ; mais tous les auteurs condamnés sont des chiites du Djihad islamique. Cependant, ces deux explications ne sont pas vraiment contradictoires, l’ASALA se situant dans la mouvance du Djihad islamique, à partir de 1985, précisément

Turquie News, vous propose la chronologie des actes terroriste du groupe armée arménien #Asala


1975

Janvier : attentat à la bombe, à Beyrouth, contre le siège du Conseil mondial des Eglises.

Septembre : par un tract adressé à l’AFP d’Athènes, l’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie annonce, le 17 septembre, sa naissance formelle : " Le temps est arrivé pour notre peuple de se redresser et d’exprimer sa volonté au moyen de la lutte révolutionnaire armée, seule solution pour réagir contre la menace turque réactionnaire. "

Octobre : L’Asala annonce son entrée en action par un communiqué émanant de Beyrouth. Assassinat, à Vienne, de l’ambassadeur de Turquie.
Assassinat, à Paris, de l’ambassadeur de Turquie et de son chauffeur. Ces deux attentats sont revendiqués par un appel téléphonique à l’AFP de Beyrouth. Celui de Vienne au nom du "Commando Boldikian : une militante tuée à Beyrouth le 21 septembre dernier". Celui de Paris par le "Commando Kurken Menikian, un militant détenu dans les prisons de l’impérialisme américain". En conclusion : "L’Armée secrète arménienne fait savoir qu’elle poursuivra ses ennemis impérialistes et leurs alliés turcs dans toutes les parties du monde. Attendez-vous prochainement à de nouvelles opérations."

Décembre : attentat —tir d’une roquette— à Beyrouth, contre l’ambassade de Turquie.


1976

Février : assassinat, à Beyrouth, du premier secrétaire de l’ambassade de Turquie "espion turc en contact avec les services de renseignement sionistes-impérialistes". Le lendemain, à Beyrouth, trois diplomates turcs sont blessés dans une fusillade.

Mai : attentats à la bombe, à Zürich, contre le consulat de Turquie et une banque turque.
----
1977

Mai : attentat à la bombe, à Paris, contre l’Office du tourisme turc.

Octobre : mitraillage, à Athènes, de voitures diplomatiques turques.
----
1978

Août : attentat à la bombe, à Istanbul, sur le pont de Galata.

Octobre : attentat à la bombe à Istanbul sur un débarcadère.
Attentat à la bombe à Ankara, près des locaux des Nations-unies, devant une statue d’Ataturk et un bâtiment militaire.

Décembre : attentat à la bombe, à Genève, contre les locaux des Turkish Airlines (Thy).


1979

Mai : attentat à la bombe (2 bombes), à l’aéroport d’Istanbul, juste avant l’arrivée d’un officiel américain.

Juillet : trois attentats à la bombe, à Paris, contre l’Office du tourisme turc, Thy, et le service du travail de l’ambassade.

Août : attentat à la bombe, à Genève, contre le consulat général de Turquie. Attentat à la bombe, à Francfort, contre Thy.

Septembre : deux bombes sont désamorcées avant d’exploser, dans les lavabos de l’aéroport d’Ankara.

Octobre : attentat à la bombe, à Milan, contre Thy.
Attentat à la bombe, à Copenhague, contre Thy.
Attentat à la bombe, à Rome, contre Thy.

Novembre : attentats à la bombe, à Paris, contre les bureaux de Thy, K.l.m. et Lufthansa.
Attentats à la bombe, à Madrid contre les bureaux de British Airways, T.w.a., Pan Am et Alitalia.

Décembre : attentat à la bombe, à Londres, contre Thy.
Attentat à la bombe, à Rome, contre Air France, Iran Air, British Airways, Philippine Airlines, et l’Office du tourisme des Etats-Unis.
Attentat à la bombe dans l’aéroport d’Istanbul.
----
1980

Février : attentats à la bombe, à Rome, contre les bureaux de Swissair, Lufthansa et El Al.

Mars : attentats à la bombe, à Rome, contre Thy et l’Office de tourisme turc : 2 morts, 15 blessés.

Juillet : assassinat, à Athènes, d’un attaché d’ambassade turc et de sa fille.

Août : attaque à la roquette, à Marseille, contre le consulat de Turquie. Attaque contre le consulat de Turquie à Lyon. Un tireur blesse 5 personnes.

Septembre : tentative d’assassinat, à Paris, à son domicile, de l’attaché de presse de l’ambassade de Turquie, qui est grièvement blessé.

Octobre : une bombe (en fabrication) explose dans un hôtel de Genève, blessant deux Arméniens, Alec Yenikomchian (grièvement) et Suzy Macheredjian, citoyenne américaine, (légèrement). Ils retournent à Beyrouth après leur condamnation en février 1981.
Attentat à la bombe, à Londres, au Centre suisse de Leicester Square.
Attentat à la bombe, à Milan, contre Thy et une société d’édition italienne.
Attentat à la bombe, à Londres, contre Thy. Attentat à la bombe contre l’Office de tourisme suisse de Paris.
Attentat à la bombe, à Beyrouth, contre les locaux de Swissair.
Attentat à la bombe, à New York, contre la mission turque à l’Onu.
Série d’attentats, à Beyrouth, contre l’ambassade de Suisse, la résidence de
l’ambassadeur et la voiture de l’attaché de presse de l’ambassade.
Attentats à la bombe, à Los Angeles, contre le consulat de Turquie et une agence de voyages turque.
Attentat à la bombe, à Madrid, contre les locaux d’Alitalia. Attentat à la bombe, à Marseille, contre le consulat suisse.

Novembre : attentat à la bombe, à Rome, contre les bureaux de Swissair et de l’Office de tourisme suisse : 7 blessés.
Attentat à la bombe, à Strasbourg, contre les locaux du consulat de Turquie. Acte revendiqué conjointement par l’Asala et un groupe révolutionnaire kurde.
Attentat à la bombe, à Genève, contre le palais de justice. Deux attentats à la bombe, à Rome, contre Thy.
Attentat à la bombe, à Genève, contre le siège de l’Union des banques suisses.

Décembre : attentats à la bombe, à Madrid, contre les locaux de Swissair et de la T.w.a.
Attentats à la bombe, à Londres, contre Swissair et l’Office de tourisme suisse.
Attentat à la bombe, à Zürich, contre le radar de l’aéroport, qui est détruit.
Attentat à la bombe, à Beyrouth, contre le Crédit suisse.
----
1981

Janvier : un diplomate turc est blessé, à Paris, dans l’explosion de sa voiture(piégée).
Attentats à la bombe, à Milan, contreles locaux de Swissair et de l’Office de tourisme suisse.

Février : attentat à la bombe, à Paris, contre Air France et T.w.a.

Mars : assassinat, à Paris, de deux diplomates du consulat général de Turquie.

Avril : Attentat, à Copenhague, contre un diplomate du consulat général de Turquie, qui est blessé.

Mai : attentat à la bombe contre un centre culturel arménien à Paris. Revendiqué par l’ " Armée islamique révolutionnaire turque".

Juin : assassinat, à Genève, d’un secrétaire du consulat de Turquie. Arrestation de Mardiros Jamgotchian.
Attentat à la bombe, à Téhéran, contre les bureaux de Swissair.
Attentat à la bombe, à Los Angeles, contre la Swiss Bank Corporation.
Attentat à la bombe contre l’église arménienne d’Issy-les-Moulineaux. Revendiqué par l’ " Armée islamique révolutionnaire turque ".

Juillet : attentat à la bombe, à Bagdad, contre les bureaux de Swissair.
Attentat à la bombe contre le bâtiment de l’Assemblée fédérale suisse, à Berne.
Attentat à la bombe, à Zürich, dans l’aéroport : 5 blessés.
Attentat à la bombe, à Lausanne, dans un grand magasin : 23 blessés.
Attentat à la bombe (2 bombes), à Genève, dans la gare : 1 mort, 4 blessés graves.

Août : attentat à la bombe, à Copenhague, contre les bureaux de Swissair : 1 blessé.
Attentat à la bombe, à Paris, contre les bureaux de la compagnie aérienne grecque Olympic Airways. (Provocation ? Pression indirecte ?)
Attentat à la bombe, à Los Angeles, contre les bureaux de la Compagnie suisse d’instruments de précision.

Septembre : attentat à la bombe, à Copenhague, contre Thy.
Attentat à la bombe, à Téhéran, contre l’ambassade suisse.
"Opération Van" prise d’otages, à Paris, dans le consulat général de Turquie : 1 mort, 1 blessé grave.

Octobre : attentats à la bombe, à Genève, contre la poste centrale et le palais de justice.
Attentat à la bombe, à Madrid, contre les bureaux d’Alitalia.
Attentat à la bombe, à Londres, contre Thy.
A Rome, un diplomate turc est blessé par balles.
Attentat à la bombe, à Paris, contre un restaurant des Champs-Elysées, le Fouquet’s.
Attentat à la bombe, à Paris, contre un cinéma, le Berlitz.

Novembre : attentat a la bombe, à Madrid, contre les bureaux de Swissair : 3 blessés.
Attentat à la bombe, à Beyrouth, contre Air France, la résidence du consul de France, le centre culturel français, la banque libano-française, la Fransabank et l’Union des banques à Paris.
Attentats à la bombe, à Paris, dans un parking des quais de la Seine, un restaurant boulevard Saint-Michel, la consigne de la gare de l’Est : 2 blessés.
----
1982

Janvier : attentat à la bombe contre le siège d’un journal canadien d’Ottawa, le Globe & Mail.
Attentat à la bombe contre le bureau du consul honoraire de Turquie à Ottawa, un Canadien.
Attentat à la bombe contre une usine de Nyon (Suisse) ; dégâts importants.
Voiture piégée, à Genève, devant le palais de justice. Dégâts matériels.
Attentats à la bombe, à Paris, contre deux succursales bancaires.

Avril : l’attaché commercial de l’ambassade de Turquie à Ottawa est mortellement blessé, alors qu’il montait dans sa voiture.

Mai : attentat à la bombe, à Los Angeles, contre une banque suisse.
Arrestation à Los Angeles de 3 militants de l’Asala, qui plaçaient une bombe devant les locaux d’Air Canada, à l’aéroport.

Juillet : vague d’attentats (signés Orly) à Paris :
Attentat à la bombe, à Paris, contre deux cafés du Quartier latin.
Attentat à la bombe, à Paris, contre un café du Quartier latin, le Pub-Saint-Germain.
Un commando de 3 hommes, dirigé par Levon Ekmedjian, attaque, à Ankara, l’aéroport d’Esenboga, prend 23 personnes en otages (9 morts, 82 blessés).Ultérieurement (septembre 1982) Ekmedjian sera condamné à mort et pendu (29.1.83).
Assassinat, à Ottawa, de l’attaché militaire turc.
----
1983

Janvier : attentat par jet de grenade, à Paris, contre Thy.

Février : attentat à la bombe, à Paris, contre les bureaux d’une agence de voyages travaillant avec la Turquie.

Mai : attentat à la bombe, à Bruxelles, contre Thy et l’Office de tourisme turc.

Juin : attaque à la grenade et à l’arme automatique, à Istanbul, dans le Bazar : 5 morts, 23 blessés.

Juillet : assassinat, à Bruxelles, d’un attaché de l’ambassade de Turquie.
Attentat à la bombe, à Paris, dans l’aéroport d’Orly : 8 morts, 56 blessés.
Attentat à la bombe, à Téhéran, contre les bureaux d’Air France et la mission commerciale française.
Le lendemain, nouvel attentat contre la mission commerciale française à Téhéran.

Août : deux attentats à la bombe, à trois jours d’intervalle, à Téhéran, contre l’ambassade de France.

Septembre : destruction par explosif, à Téhéran, d’un véhicule de l’ambassade de France.

Octobre : échec d’une attaque, à Beyrouth, contre l’ambassade de Turquie.
----
1984 :

Février : un homme d’affaires britannique est assassiné à Téhéran.
L’Asala prétend l’avoir confondu avec un diplomate français, son voisin.

Mars : un Arménien est tué, à Téhéran, alors qu’il fixait une bombe sous la voiture d’un diplomate turc.
Deux diplomates turcs blessés par balles à Téhéran ; des attentats contre deux autres diplomates turcs sont déjoués le même jour. La police iranienne procède par la suite à 7 arrestations dans les milieux proches de l’Asala.

Avril : assassinat, à Téhéran, d’un homme d’affaires turc.

Juin : un attaché commercial de l’ambassade turque à Vienne meurt dans l’explosion de sa voiture. La déflagration, violente, blesse six passants ; revendication de l’Asala.

Décembre : deux attentats par explosif, revendiqués par l’Asala, visent une banque franco-libanaise et un bureau d’Air France à Beyrouth, en riposte au verdict du procès de complices des auteurs de l’attentat d’Orly (juillet 1983).
----
1985

Mars : les trois principaux inculpés du procès de l’attentat d’Orly sont condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité ; l’Asala promet "un bain de sang" à la France.
Aram Basmadjian, l’un des 4 condamnés de "l’opération Van" (sept. 81), se pend dans sa cellule de la prison de Fleury-Mérogis. Nouvelles menaces de l’Asala.

Décembre : Monte Melkonian, chef d’une dissidence de l’Armée secrète arménienne, l’Asala-Mouvement révolutionnaire, est arrêté en compagnie de Benyamin Kechichian, l’un de ses proches. Dans l’une de leurs planques, on découvre des armes automatiques, des détonateurs, des faux papiers et des plans d’attentats (dont la photo de l’ambassadeur de Turquie en France) contre des intérêts turcs.
----
1986

Février : arrestation à Paris de David Davidian, lieutenant de Melkonian ; il est expulsé peu après.

Mai : à Beyrouth, communique menaçant de l’Asala suite a l’assassinat de trois de ses militants.

Août : les trois auteurs de "l’opération Van" (sept. 81) sont expulsés de France et rentrent à Beyrouth.

Octobre : conférence de presse de l’Asala organisée dans les locaux d’un hebdomadaire révolutionnaire local, "Atasadi".
"Mirhan Mirhanian", membre du bureau politique de l’Asala, "Varhan Varhanian" (porte-parole) et le "Commandant Mourad" (fonctions non précisées) sont également présents. "Mirhanian" exige la libération de Varoujan Garbidjian et menace la France.

Décembre : Monte Melkonian est condamne a 6 ans de prison, dont 2 avec sursis.


1987

Septembre : arrestation aux Etats-Unis de Vicken Tcharkutian, l’un des organisateurs des attentats de l’Asala à Los Angeles en 1981-82.
----
1988

Avril : Minas Ohanessian, dit "Hagop Hagopian", "Moujahid", "Mirhan Mirhanian" etc. est assassiné alors qu’il sort, a l’aube du jeudi 28, d’un appartement qu’il occupe à Phaliron (banlieue sud d’Athènes). Ses tueurs ne seront jamais arrêtés.

Mai : communique signe "Direction du renseignement de l’Asala", présentant Ohanessian comme un "ancien membre du Comité central de l’Asala" ayant été expulse pour "erreurs de conduite"’. Il se serait rapproché ensuite de "traîtres"’ comme Bassam Abou Sharif, Abou Iyad etc. ce qui aurait causé sa perte. Il s’agit là des éléments pro-syriens de l’Asala.

Septembre : communiqué de l’Asala (les éléments anti-syriens) présentant ses condoléances à la famille de Hagop Hagopian et accusant "les traîtres du Dachnag" du meurtre.

Novembre : de Beyrouth, l’Asala menace de "venger dans le sangler, Arméniens innocents massacrés en Azerbaïdjan et au Nagorny Karabakh".
----
1989

Décembre : Monte Melkonian sort, libre, de la centrale de Poissy où il purgeait sa peine. Il se rend alors au Sud-Yemen ou il réside quelque temps.
----
1990

Juin : dans un communiqué publié à Nicosie, l"Asala (anti-syrienne) accuse la Syrie du meurtre de Hagop Hagopian, qui, selon elle, avait comme état-civil véritable "Haroutioun Takesian" (?). Le communiqué précise que "les Moukhabarat syriens se sont débarrassés d’Hagopian qui avait refusé d’assassiner Yasser Arafat, Saddam Hussein et Bassam Abou Sharif et de poser des bombes dans les rues de Beyrouth-est". La Syrie (d’après l’Asala) a signe en juillet 1987 un accord de sécurité avec la Turquie, a la suite duquel elle a entrepris de démanteler l’Armée secrète ; elle s’est servie pour cela de traîtres : "Abou Ali", en Syrie, "Farid Kuku" au Liban, "Anto" et "Sultan Minas" en Grèce, ces derniers étant les meurtriers de Hagopian.
----
1991 :

Janvier : Monte Melkonian réapparaît à Erevan, en Arménie soviétique, où il réside désormais. Vasken Sislian, l’un des acteurs de l’ "opération Van" est également établi à Erevan où il a reçu, selon la presse locale, un "accueil triomphal" lors de son arrivée le 24 avril 1990. Des anciens de l’Asala et de l’Asala-MR seraient actifs au sein des milices d’auto-défense arméniennes.

Juin : lors d’une conférence de presse, l’un des responsables de l’unité anti-terroriste du KGB, le major-général Valéry Vorotnikov, crédite l’Asala de "plus de deux cents attentats" sur le sol de l’exURSS ces dernières années.

Août : des combattants de l’Asala participent aux opérations armées du PKK en Anatolie orientale.

Décembre : tentative d’assassinat de l’ambassadeur de Turquie en Hongrie. Un homme isolé tire six balles de fort calibre sur sa voiture, non loin de sa résidence de Budapest. Le véhicule est blindé et l’attentat échoue. Il est revendiqué peu après, depuis Paris, par l’Asala, dont c’est le premier attentat depuis sept ans et huit mois.



Nombre de visite 463

Sélection d'article