samedi 10 décembre 2022

Chronologie d’Asala

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 556 |
Chronologie d'Asala

L’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie (ASALA), issue du groupe de dachnaks dissidents et de hintchakistes.

L’ASALA possède une branche politique, le Mouvement national arménien (MNA) d’Ara Toranian, issu lui aussi d’une dissidence de la FRA. Elle accuse les dachnaks d’être des nationalistes étriqués, de faux socialistes. En réalité, le « progressisme » de l’ASALA est au moins autant sujet à caution.

En 1979, l’ASALA, forte de sa popularité, multiplie les attentats contre des objectifs non turcs, notamment le triple attentat du , à Rome, contre le Conseil international des Églises, les bureaux d’Air France et ceux de la TWA ; les trois explosions font au total douze blessés. Ce n’est pas une nouveauté pour elle : son premier plasticage, en , visait déjà le Conseil international des Églises. Certains auteurs, favorables au nationalisme arménien, prétendent, avec un aplomb si typique, que l’ASALA ne frappe d’objectifs non turcs qu’à partir de  : un moyen de distinguer la « bonne » ASALA et la « mauvaise » ASALA. Cette distinction, outre qu’elle démontre une grande complaisance pour l’assassinat, ne repose sur rien.

Le nombre exact de victimes ne peut pas encore être donnés. Par exemple, il n’est pas possible d’établir avec précision les responsabilités de l’ASALA au sein du Comité de soutien aux prisonniers politiques arabes (CSPPA), groupe créé par la Syrie, et dont les attentats firent dix morts à Paris, en . Le CSPPA est probablement un regroupement de terroristes arabes et arméniens, agissant pour le compte de Damas. De même, l’attentat du à Paris (vingt blessés) est revendiqué par l’ASALA, et la base de données globale sur le terrorisme, constituée par l’université du Maryland, l’enregistre comme un attentat commis par cette organisation ; mais tous les auteurs condamnés sont des chiites du Djihad islamique. Cependant, ces deux explications ne sont pas vraiment contradictoires, l’ASALA se situant dans la mouvance du Djihad islamique, à partir de , précisément

Turquie News, vous propose la chronologie des actes terroriste du groupe armée arménien #Asala


1975
Lieu : Beyrouth, Liban
Dans les année 1978 conférence de presse, un porte-parole de l’ASALA a affirmé que l’attentat de janvier 1975 contre les bureaux de Beyrouth Conseil œcuménique des Églises était la première opération du groupe.
Lieu : Beyrouth, Liban
Turkish Airlines les bureaux ont été bombardés. Les deux Groupe Yanigian et l’ASALA revendique la responsabilité de l’attaque. Le groupe Yanigian exigeait la libération des prisonniers Arménien américain Kourken Yanigian qui a invité le consul général de Turquie Mehmet Baydar et consul turc Bahadır Demir à un déjeuner et tua ses deux invités le 27 janvier 1973 à Santa Barbara, Californie, États-Unis. Il a été condamné à la réclusion à perpétuité.
Lieu : Vienne, L’Autriche
L’ambassadeur Danis Tunaligil est assassiné par trois membres de l’ASALA du commando buldugien de l’ASALA revendique la responsabilité. Deux décès
Lieu : Paris, France
L’Ambassadeur de Turquie Ismail Erez et son chauffeur Talip Yener sont tués. Les deux groupe ASALA Yanikian et JCAG revendiquer la responsabilité. Ils font deux morts
Lieu : Beyrouth, Liban
L’ambassade de Turquie à Beyrouth a été attaquée avec des roquettes ; une personne a été tuée. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Beyrouth, Liban
Deux roquettes ont été tirées sur l’ambassade de Turquie à Beyrouth. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

1976
Lieu : Beyrouth, Liban
Premier secrétaire à l’ambassade de Turquie Oktay Cerit est assassiné dans un restaurant de la rue Hamra. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Athènes, Grèce
Attentat à la bombe contre la voiture de l’attaché de presse adjoint turc Metin Yalman à Athènes. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Athènes, Grèce
Trois petites bombes ont explosé sous des voitures appartenant à des diplomates turcs dans le Palai Faliro-Kalamaki région d’Athènes, blessant légèrement un diplomate turc, deux policiers et un passant. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

----

1977
Lieu : Madrid, Espagne
Attaque contre l’ambassadeur de Turquie Zeki Kuneralp. Sa femme Necla Kuneralp, ambassadeur de Turquie à la retraite Besir Balcioglu et le chauffeur espagnol Antonio Torres décède de l’attaque. L’ASALA et JCAG ont revendiqué leur responsabilité.
Lieu : Genève, la Suisse
Un engin explosif a été lancé dans les bureaus de la compagine Turkish Airlines à Genève. Personne n’a été blessé dans l’explosion qui a brisé les fenêtres de l’immeuble. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.

----

1979
Lieu : Francfort, Allemagne
Une bombe a explosé dans le bureau de la compagnie Turkish Airlines au centre de Francfort, blessant une femme dans un tramway passant devant le bâtiment. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Copenhague, Danemark
Une bombe a explosé près des bureaux de la compagnie Turkish Airlines. Deux civils danois ont été blessés.
Lieu : La Haye, Pays-Bas
Ahmet Benler, le fils de l’ambassadeur de Turquie Özdemir Benler a été assassiné par des membres de l’ASALA. JCAG et ASALA ont revendiqués leurs responsabilités.
Lieu : Milan, Italie
Les bureaux de la compagnie aérienne Turkish Airlines a été touché par une bombe à l’aéroport de Milan, l’attentat a été revendiquée par l’ASALA.
Lieu : Milan, Italie
Trois explosions à la bombe dans les bureaux de Turkish Airlines, la compagnie aérienne néerlandaise KLM, et la ligne allemande Lufthansa dans le centre de Paris. Deux policiers ont été blessés lors des attaques. Un porte-parole de l’ASALA a revendiqué la responsabilité dans un appel téléphonique à l’AFP, disant : « Que l’impérialisme et ses collaborateurs du monde entier sachent que leurs institutions sont la cible de nos héros et qu’elles seront détruites. Nous tuerons et détruirons parce que c’est la seule langue. compris par les impérialistes. "
Lieu : Madrid, Espagne
Deux bombes ont explosé devant les bureaux de Madrid British Airways, et Trans World Airlines. L’ASALA a revendiqué la responsabilité en disant : "C’étaient des compagnies aériennes des impérialistes mondiaux, et que l’attaque devait servir d’avertissement à Pape Jean Paul II d’annuler son voyage en Turquie. "
Lieu : Paris, France
L’attaché de tourisme turc, Yilmaz Çolpan est assassiné en marchant sur le Champs Élysées à Paris. Plusieurs groupes, dont l’ASALA, le JCAG et les "Commandos des militants arméniens contre le génocide" ont revendiqué la responsabilité.
Lieu : Rome, Italie
Une bombe a explosé devant la pension Dina. La maison est un centre de réfugiés et une partie d’Ansha à Rome, responsable du transfert de nombreux Arméniens vers le États-Unis et d’autres pays. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Rome, Italie
Trois bombes ont explosé devant Air France, et TWA bureaux dans trois parties différentes du centre-ville de Rome. Une dizaine de personnes ont été blessées. L’ASALA revendique la responsabilité en affirmant qu’il s’agissait "de représailles contre les mesures répressives des autorités françaises contre les Arméniens en France".
Lieu : Istanbul, Turquie
Des bombes ont explosé Aéroport Yesilkoy, Istanbul. Dommages à la propriété.

1980
Lieu : Rome, Italie
Une bombe à Rome a endommagé les bureaux de Swissair. Dans un appel anonyme au bureau de Rome du Presse associée, ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Rome, Italie
Deux bombes explosent au bureau de Turkish Airlines à Rome Piazza della Repubblica, tuant deux personnes et en blessant 12. La deuxième bombe a été calculée pour tuer ou blesser les curieux qui sont venus regarder après que la première bombe a explosé. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Lyon, France
Attaque du consulat turc à Lyon : Deux hommes armés ont tiré sur le consulat de Turquie à Lyon, tuant deux personnes et en blessant grièvement deux autres. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Athènes, Grèce
Attaque d’Athènes contre l’attaché administratif turc Galip Özmen et sa famille ont été attaqués alors qu’ils étaient assis dans leur voiture. Galip Özmen et sa fille Neslihan, âgée de 14 ans, sont tués. Sa femme, Sevil, et son fils de 16 ans, Kaan ont été blessés. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Paris, France
L’attaché de presse de l’ambassade de Turquie à Paris a été blessé à son entrée chez lui. La police a découvert gisant dans la rue, abattu deux fois, mais toujours conscient. Après l’hospitalisation, il a été prononcé dans un état satisfaisant. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Milan, Italie
La compagnie Turkish Airlines Le bureau de (THY) à Milan a été bombardé, causant des dégâts mais aucun blessé. L’ASALA a revendiqué la responsabilité en déclarant que "l’attaque faisait partie d’une campagne visant à arrêter le flux d’émigrants arméniens vers les États-Unis" lors d’un appel téléphonique à l’agence de presse italienne. ANSA.
Lieu : Madrid, Espagne
À Madrid, le bureau de Alitalia a été bombardé. Bien que les dommages physiques aient été minimes, 12 personnes ont été blessées. La bombe a explosé à un moment calculé pour blesser un grand nombre de personnes. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Londres, Royaume-Uni
Le bureau de la compagnie Turkish Airlines a été bombardé à Londres, causant des dégâts mais aucun blessé. L’appelant a déclaré que "la bombe était destinée à protester contre l’action sanglante du gouvernement turc contre les Kurdes et les Arméniens". Le bombardement pourrait également avoir été lié à des bombardements par JCAG en Hollywood, Paris, et un presque simultané à Londres. Scotland Yard a déclaré que ce serait une coïncidence extraordinaire si les deux attentats à la bombe de Londres n’étaient pas liés.
Lieu : Strasbourg, France
Le consulat de Turquie à Strasbourg, en France, a été bombardé, causant des dégâts matériels importants, mais aucun blessé. Lors d’un appel téléphonique à l’Agence France-Presse, un porte-parole a déclaré que l’explosion était une opération conjointe et a marqué le début d’une "collaboration fructueuse" entre l’ASALA et les terroristes du PKK.
Lieu : Rome, Italie
Deux attentats à la bombe, l’un à la fois Compagnies aériennes suisses bureau, et un à un Office du tourisme suisse, a blessé 5 personnes à Rome, en Italie. Les attentats à la bombe ont d’abord été revendiqués par le Troisième groupe d’octobre qui a dit qu’il protestait contre "le fascisme suisse et italien". Cependant, lors d’un appel à Agence France-Presse, L’ASALA et le PKK ont revendiqué la responsabilité en déclarant que "s’ils regrettaient d’avoir blessé des innocents, il y aurait davantage d’attaques contre des établissements privés et publics en Turquie en raison de l’opposition croissante au gouvernement et en Suisse parce qu’il enferme nos militants".
Lieu : Rome, Italie
Les bureaux de la Turkish Airlines ont été endommagés par l’explosion d’une puissante bombe. Lors d’un appel téléphonique au Presse associée peu de temps après l’explosion, l’ASALA a revendiqué la responsabilité.

----

1981
Lieu : États-Unis
Une petite bombe a explosé dans un magasin de Carpeteria et les propriétaires ont été menacés de plus de violence à moins que de l’argent ne soit versé à l’ASALA. En novembre 1987 Vicken Tcharkhutian, membre de l’ASALA, a admis avoir pris part à ce stratagème d’extorsion / bombardement.
Lieu : Paris, France
Une bombe a explosé dans la voiture de Ahmet Erdeyli, le conseiller financier de l’ambassade de Turquie à Paris. Il s’est échappé sans blessure. Une enquête des responsables français a montré que l’explosion avait été causée par une grenade à main placée sous l’aile avant de la voiture. L’ASALA a revendiqué la responsabilité de l’attaque.
Lieu : Los Angeles, États-Unis
La police de Los Angeles a démantelé une bombe découverte aux portes du consulat suisse. Un groupe arménien se faisant appeler "3 octobre" a revendiqué la responsabilité du bombardement d’un certain nombre de bâtiments gouvernementaux et commerciaux suisses dans toute l’Europe ces derniers mois. Le groupe a demandé la libération de Alec Yenikomshian, qui est lié à un attentat à la bombe dans un hôtel de Genève (avec Suzy Mahseredjian) qui s’est déclenchée lors de leur montage. Mahseredjian a été libérée par un tribunal suisse et autorisée à retourner aux États-Unis après avoir été accusée d’affiliation à l’ASALA. En novembre 1987, Vicken Tcharkhutian a admis devant un tribunal fédéral qu’il avait fabriqué les armes utilisées dans cette attaque. Tcharkhutian est un membre de l’ASALA.
Lieu : Paris, France
Deux hommes armés ouvrent le feu sur l’attaché travailliste turc Resat Morali, Spécialiste des affaires religieuses à l’ambassade de Turquie Tecelli Ari, et représentant à Paris d’Anadolu Bank Ilkay Karakoç. Morali et Ari sont tués. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Téhéran, L’Iran
Un groupe de membres de l’ASALA tente d’occuper l’ambassade de Turquie, tuant deux gardes dans le processus. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Genève, Suisse
Secrétaire à l’ambassade de Turquie Mehmet Savas Yergüz est assassiné par Mardiros Jamgotchian. L’arrestation de Mardiros conduit à la formation d’une nouvelle branche ASALA appelée "Organisation du 9 juin".
Lieu : Copenhague, Danemark
Un homme a été vu peu de temps avant l’explosion en train de placer deux sacs en plastique à l’extérieur du bâtiment. Un seul des sacs contenant des explosifs a explosé ; la deuxième bombe a explosé par des experts de l’armée. Deux personnes ont été blessées lors de l’attaque, dont une gravement. Les bureaux ont été gravement endommagés. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Paris, France
Attaque du consulat turc à Paris : Quatre membres de l’ASALA ont attaqué le consulat général de Turquie. Lors de leur entrée dans le bâtiment, le Consul, Kaya Inal, et un agent de sécurité, Cemal Özen, ont été grièvement blessés. Les hommes armés ont pris 56 otages. Özen est décédé plus tard des suites de ses blessures à l’hôpital. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Rome, Italie
Un homme armé tente d’assassiner un diplomate turc nommé Gökberk Ergenekon. Le diplomate riposte et blesse l’attaquant. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Madrid, Espagne
Une bombe explose à un Swissair bureau à Madrid, blessant trois personnes. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Beyrouth, Liban
Le Banque Libano Française et le Union des Assurances de Paris ont été bombardés à Beyrouth-Est. Bien que les dégâts aient été importants, personne n’a été blessé. Les attentats ont été revendiqués par l’Organisation d’Orly. (L’ASALA a répertorié plus tard cet incident dans sa chronologie des actions d’Orly en « Arménie »).

----

1982
Lieu : Beyrouth, Liban
L’ASALA a revendiqué l’attentat à la bombe contre une salle de cinéma dans la section arménienne de Beyrouth, qui a fait deux morts et plus de 16 blessés. L’ASALA a déclaré que le cinéma présentait fréquemment des films réalisés en Turquie ou parlés en turc.
Lieu : Ottawa, Ontario, Canada
Kani Gungor, conseiller commercial à l’ambassade de Turquie à Ottawa, a été grièvement blessé par des hommes armés dans le garage de stationnement de sa maison de ville. À Beyrouth, au Liban, l’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie a assumé la responsabilité dans un appel aux médias. Une lettre du groupe a également été envoyée aux médias à Los Angeles, en Californie. Il a renforcé la revendication au nom du groupe commando Zaven Abedian de l’ASALA. L’attaque a incité les autorités canadiennes à améliorer les mesures de sécurité dans les ambassades des États-Unis, de France et de Suisse. Les trois pays avaient des membres de l’ASALA en détention pour des attaques contre des cibles turques.
Lieu : Los Angeles, États-Unis
Les bureaux de Los Angeles de la Swiss Bank Corporation ont été bombardés. Les soupçons étaient Vicken Tcharkhutian et ses complices présumés, Hratch Kozibioukian et son épouse Stranouche de Van Nuys, et Varant Chirinian de Glendale. Tous sont accusés d’implication dans l’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie. Les enquêteurs fédéraux identifient le groupe comme une organisation marxiste-léniniste ayant son siège au Liban et responsable d’attentats à la bombe en Europe, au Canada et aux États-Unis. Tcharkhutian s’est enfui en France qui a refusé de l’extrader vers les États-Unis ; il s’est ensuite enfui en Libye. Ses complices seront jugés en décembre. (Voir l’incident du 30/05/82 également attribué à ce groupe.) Tcharkhutian a été arrêté à l’aéroport international de Los Angeles en octobre 1987. En novembre, il a admis devant un tribunal fédéral son implication dans une série d’attentats à la bombe aux États-Unis.
Lieu : Los Angeles, États-Unis
Trois membres de l’ASALA ont été arrêtés et accusés d’avoir placé un « engin explosif » devant le bâtiment de fret d’Air Canada à l’aéroport international de Los Angeles. La bombe a été désamorcée par des membres de la brigade anti-bombe du département de police de Los Angeles. Les arrestations, effectuées plus tard dans la journée, étaient l’aboutissement de quatre mois d’enquête conjointe par le FBI, le département de police de Los Angeles et le bureau du shérif du comté de Los Angeles sur une série d’attentats à la bombe locaux remontant à 1980. Les trois accusés sont Hratch Kozibioukian , sa femme Stanouche Kozibioukian et Varant Barkev Chirinian. La police pense que ce dernier attentat à la bombe était peut-être des représailles pour l’arrestation de membres de l’ASALA au Canada il y a deux semaines. Un quatrième membre, Vicken Tcharkhutian, a été découvert en France. La demande d’extradition des États-Unis a été refusée par un tribunal français au motif que le traité d’extradition franco-américain de 1909 ne couvre pas la fabrication de bombes. La France a cependant expulsé l’Arménien qui est parti pour Chypre, et de là pour la Libye. Tcharkhutian a été arrêté à l’aéroport international de Los Angeles en octobre 1987. En novembre, il a admis devant un tribunal fédéral son implication dans une série d’attentats à la bombe aux États-Unis.
Lieu : Paris, France
Une bombe a explosé devant un appartement au troisième étage de la rive gauche à Paris, anciennement occupé par Régis DeBray, un activiste de gauche français, écrivain et conseiller spécial du président François Mitterrand. Dans un appel téléphonique anonyme, une personne a affirmé que l’attentat était la responsabilité des Brigades révolutionnaires françaises, mais la police estime que c’était la responsabilité de l’ASALA, en représailles à l’échec du gouvernement français à libérer les quatre membres de l’ASALA détenus dans une prison française.
Lieu : Ankara, Turquie
Attaque de l’aéroport d’Ankara Esenboğa : Des membres de l’ASALA attaqués Aéroport d’Ankara Esenboğa. Neuf personnes ont été tuées et 78 blessées dans la bombe et mitraillette fusillade entre les assaillants et les forces de sécurité turques. Les morts comprenaient un passager américain et un passager ouest-allemand. L’Armée secrète arménienne pour la libération de l’Arménie (ASALA) a revendiqué la responsabilité de l’attaque et déclaré que l’attaque était contre « l’occupation fasciste turque de notre terre », et a mis en garde contre des attentats suicides aux États-Unis, au Canada, en Angleterre, en Suède, et la Suisse, à moins que 85 prisonniers détenus dans ces pays n’aient été libérés dans les sept jours. Un appelant à la presse a déclaré que l’opération avait été organisée par "Martyr Kharmian Hayrik Suicide Squad". Hayrik n’a pas été identifié davantage. Un membre de l’ASALA a été appréhendé et traduit en justice au 3e tribunal militaire du commandement de la loi martiale d’Ankara le 8 septembre. Levon Ekmekjian, un ressortissant français d’origine libanaise, a été blessé lors de l’attaque et a admis qu’il était complice du meurtre et qu’il avait été planifié depuis un certain temps. Lorsqu’il était à la barre, il a déclaré : « Je suis venu ici motivé par la croyance, cependant, après cet incident, comprenez à quel point cette croyance était ridicule et erronée ... » Ekmekjian a été condamné à mort, mais il était censé faire appel de la condamnation. Les allégations ultérieures de l’ASALA soutenaient qu’il y avait deux équipes d’assaut et que la première unité avait frappé le quartier général de la police militaire turque près de l’aéroport, puis avait repris le terminal des passagers. L’ASALA a affirmé qu’il y avait eu plus de 30 morts et 102 blessés dans les deux opérations.
Lieu : Burgas, Bulgarie
Attaché administratif au consulat général de Turquie Bora Suelkan est assassiné devant son domicile. L’assassin laisse un message « Nous avons abattu le diplomate turc : Unités de combat de la justice contre le génocide arménien ». Un appelant anonyme a affirmé que l’assassinat était l’œuvre d’une branche de l’ASALA.

----

1983
Lieu : Istanbul, Turquie
Dans le Grand Bazard d’Istanbul, un membre de l’ASALA, s’est suicidé en faisant exploser la dernière bombe lors de l’attaque.
Lieu : Bruxelles, Belgique
Attaché administratif à l’ambassade de Turquie Dursun Aksoy est assassiné. ASALA, ARA et JCAG revendique la responsabilité.
Lieu : Paris, France
Une bombe a explosé dans une valise au comptoir d’enregistrement de Turkish Airlines dans le terminal sud d’Orly. 3 personnes ont été tuées immédiatement dans l’explosion et 5 autres sont décédées à l’hôpital. Parmi les victimes figuraient 4 Français, 2 Turcs, 1 Américain et 1 Suédois. Varoujan Garabedian (Varadjian Garbidjian), un syrien ressortissant d’origine arménienne, a été reconnu coupable d’avoir posé la bombe et condamné à la prison à vie. Il a été libéré en 2001.

----

1984
Lieu : Téhéran, Iran
Deux hommes armés conduisant une moto ouvrent le feu sur Isik Yönder comme il conduit sa femme, Sadiye Yönder (Employé de l’ambassade de Turquie), à ​​l’ambassade de Turquie. Isik Yönder est tué. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Lyon, France
Un petit bombe artisanale détonne à la gare de Lyon. Le défaut de la bombe est crédité de prévenir les blessures ou les décès. La responsabilité de l’explosion a été revendiquée par l’ASALA et le M-5.

----

1985
Lieu : Beyrouth, Liban
Une bombe explose dans un appartement au-dessus du bureau de Agence France-Presse. L’ASALA a revendiqué la responsabilité.
Lieu : Paris, France
Des bombes ont explosé dans deux magasins adjacents, 25 personnes blessées. Le Front de libération de la Palestine, le Jihad islamique et l’ASALA ont tous revendiqué la responsabilité.

----

1986
Lieu : Beyrouth, Liban
Le membre de la FRA Zaven Tashjian, assassiné par l’ASALA à Beyrouth.

1987
Lieu : Beyrouth, Liban
Des hommes armés ont ouvert le feu tuant deux gardes de l’ambassade de France, blessant un autre alors qu’ils faisaient des achats à Beyrouth Est. Un porte-parole présumé de l’ASALA a revendiqué la responsabilité, d’autres ont nié. L’unité armée de Tanyus Shahin a revendiqué la responsabilité, exigeant la libération de George Ibrahim Abdallah.

----

1988

Avril : Minas Ohanessian, dit "Hagop Hagopian", "Moujahid", "Mirhan Mirhanian" etc. est assassiné alors qu’il sort, a l’aube du jeudi 28, d’un appartement qu’il occupe à Phaliron (banlieue sud d’Athènes). Ses tueurs ne seront jamais arrêtés.

Mai : communique signe "Direction du renseignement de l’Asala", présentant Ohanessian comme un "ancien membre du Comité central de l’Asala" ayant été expulse pour "erreurs de conduite"’. Il se serait rapproché ensuite de "traîtres"’ comme Bassam Abou Sharif, Abou Iyad etc. ce qui aurait causé sa perte. Il s’agit là des éléments pro-syriens de l’Asala.

Septembre : communiqué de l’Asala (les éléments anti-syriens) présentant ses condoléances à la famille de Hagop Hagopian et accusant "les traîtres du Dachnag" du meurtre.

Novembre : de Beyrouth, l’Asala menace de "venger dans le sangler, Arméniens innocents massacrés en Azerbaïdjan et au Nagorny Karabakh".
----

1989

Décembre : Monte Melkonian sort, libre, de la centrale de Poissy où il purgeait sa peine. Il se rend alors au Sud-Yemen ou il réside quelque temps.
----

1990

Juin : dans un communiqué publié à Nicosie, l"Asala (anti-syrienne) accuse la Syrie du meurtre de Hagop Hagopian, qui, selon elle, avait comme état-civil véritable "Haroutioun Takesian" (?). Le communiqué précise que "les Moukhabarat syriens se sont débarrassés d’Hagopian qui avait refusé d’assassiner Yasser Arafat, Saddam Hussein et Bassam Abou Sharif et de poser des bombes dans les rues de Beyrouth-est". La Syrie (d’après l’Asala) a signe en juillet 1987 un accord de sécurité avec la Turquie, a la suite duquel elle a entrepris de démanteler l’Armée secrète ; elle s’est servie pour cela de traîtres : "Abou Ali", en Syrie, "Farid Kuku" au Liban, "Anto" et "Sultan Minas" en Grèce, ces derniers étant les meurtriers de Hagopian.
----

1991

Janvier : Monte Melkonian réapparaît à Erevan, en Arménie soviétique, où il réside désormais. Vasken Sislian, l’un des acteurs de l’ "opération Van" est également établi à Erevan où il a reçu, selon la presse locale, un "accueil triomphal" lors de son arrivée le 24 avril 1990. Des anciens de l’Asala et de l’Asala-MR seraient actifs au sein des milices d’auto-défense arméniennes.

Juin : lors d’une conférence de presse, l’un des responsables de l’unité anti-terroriste du KGB, le major-général Valéry Vorotnikov, crédite l’Asala de "plus de deux cents attentats" sur le sol de l’exURSS ces dernières années.

Août : des combattants de l’Asala participent aux opérations armées du PKK en Anatolie orientale.

Décembre : tentative d’assassinat de l’ambassadeur de Turquie en Hongrie. Un homme isolé tire six balles de fort calibre sur sa voiture, non loin de sa résidence de Budapest. Le véhicule est blindé et l’attentat échoue. Il est revendiqué peu après, depuis Paris, par l’Asala, dont c’est le premier attentat depuis sept ans et huit mois.

À lire aussi

Pelosi en Arménie

Pelosi en Arménie

19 septembre 2022

CONTRE LA FRANCE

CONTRE LA FRANCE

21 juillet 2022