Accueil | Nos rubriques | Actualité

Appels d’offres de masse annulés le long du canal Istanbul

dimanche 12 décembre 2021 | par Hakan | Temps de lecture estimé : 1 mn
Appels d'offres de masse annulés le long du canal Istanbul

L’Administration turque du développement du logement (TOKİ) a annoncé l’annulation de trois des cinq appels d’offres pour des projets de logement dans le quartier Arnavutköy d’Istanbul.

TOKİ a cité le manque de propositions comme raison de l’annulation de l’un des appels d’offres, selon une requête sur la base de données EKAP pour les achats publics.

Un appel d’offres prévu le 23 novembre a été annulé le 29 novembre en raison d’un manque d’intérêt. Un autre appel d’offres prévu pour le 25 novembre a été annulé le 1er décembre, tandis que le troisième prévu pour le 29 décembre a été annulé avant sa date prévue, le 7 décembre, selon le journal Sözcü .

Les deux appels d’offres restants ont été exécutés les 6 et 7 octobre et bien qu’ils n’aient pas été annulés, ils sont toujours répertoriés comme « clos pour soumissions, en cours d’examen ».

Des élus municipaux de l’opposition remettaient déjà en cause la logique de l’annonce par le ministère de l’Environnement et de l’Urbanisme d’appels d’offres pour des parcelles encore classées en champs et non dézonées, a déclaré à Sözcü Nadir Ataman, membre des conseils municipaux de la métropole d’Istanbul et du district de Bakırköy.

« Tout le monde a compris maintenant que le gouvernement est sur le point de se retirer. Ils ne peuvent pas tenir les appels d’offres ni achever leurs plans », a déclaré Ataman.

Les cinq appels d’offres portaient sur un total de 3 100 appartements, et TOKİ avait annoncé auparavant que les projets concernaient des logements sociaux.

Le canal Istanbul a reçu de nombreuses critiques de la part de groupes d’opposition et d’organisations professionnelles, qui affirment que la voie navigable artificielle reliant la mer de Marmara à la mer Noire créerait une catastrophe environnementale et aggraverait les problèmes des 16 millions d’habitants de la mégapole d’Istanbul.

À lire aussi