Appel à la mobilisation contre les propos xénophobes du maire de Sarcelles, (...) - Turquie News
lundi 23 mai 2022

Appel à la mobilisation contre les propos xénophobes du maire de Sarcelles, François Pupponi.

Publié le | par Hakan |

Appel à la mobilisation contre les propos xénophobes du maire de Sarcelles, François Pupponi.

Madame, Monsieur,

Le maire de Sarcelles, François Pupponi qui a participé à la Commission d’enquête sur la surveillance des filières djihadistes à l’Assemblée Nationale [1] s’est illustré par un discours particulièrement xénophobe sur l’Islam et les Musulmans, amalgamant l’extrémisme qui se réclame de cette religion et ses pratiquants.

Ainsi, M. Pupponi, dans la veine du Front National, a usé des mêmes arguments que le parti d’extrême droite pour affirmer que non seulement les extrémistes devaient être contrôlés mais également tout pratiquant ordinaire, ce qui criminalise toute une partie de la population française :

• « On est capable de lutter plus ou moins efficacement contre les terroristes mais sur la montée en puissance de ce qui se passe dans un certain nombre de territoire, rien n’est mis en place. »

• « Moi j’ai proposé, par exemple, qu’il y ait des cellules de veille par quartier »,

• « On a été capable [de se mettre autour de la table] sur les problèmes de délinquance [...] pour essayer de trouver une efficacité et quelque part on y arrive quartier par quartier ».

• « Est-ce que la question n’est pas en fait, dans un espace laïc, la nécessité pour la France, pour la République d’organiser les relations et les règles de l’Islam de France ».

• « Avec un autre phénomène c’est qu’aujourd’hui les réseaux les plus introduits dans ces quartiers et les plus actifs sont les réseaux turcs, moi je rappelle toujours que lorsqu’il y a eu la manifestation à Sarcelles, il y avait deux drapeaux étrangers dans la rue, le drapeau palestinien et le drapeau turc. »

• « Et les mosquées turques qui s’infiltrent un peu partout avec des réseaux très organisés, très structurés qui ne demandent aucun financement, commencent à être quelque chose qui émerge énormément et qui nous inquiète. »

Ce discours, hallucinant et halluciné du maire de Sarcelles sur les « mosquées qui s’infiltrent un peu partout », « les réseaux turcs », « cellules de veille », d’amalgame entre « délinquance » et Islam marque bien l’esprit réactionnaire et xénophobe qui règne en ce moment en France et en Europe et qui se cristallise sur les Musulmans.
Puisque, faisant fi des principes laïcs de séparation de la religion et de l’Etat et des plus élémentaires principes de liberté, il s’agit de contrôler les croyants « quartier par quartier » pourquoi se limiter à l’Islam et ne pas le faire pour les autres religions ?
Parce que dans l’esprit de M. Pupponi comme celle de la droite réactionnaire et extrême, qui dit Islam donc Musulmans dit terrorisme.

Cette criminalisation a priori des Musulmans, que des discours comme ceux du maire de Sarcelles alimentent, ne restera évidemment pas sans effets sur la violence dont sont les cibles ces premiers.

En tant qu’Objectif 21 nous condamnons fermement l’intervention M. Pupponi à l’Assemblée Natioanle et appelons à la mobilisation contre ces dérives xénophobes et liberticides.

Nous rappelons, par ailleurs, les principes fondateurs de « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 » :

Art. 9. Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Art. 10. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.
Si les Musulmans sont des citoyens « à part » dans la société française que cela soit inscrit dans la loi, ainsi les discours et actes extrémistes dont ils sont victimes seront pleinement légalisés à défaut d’être légitimes en regard des « droits de l’homme ».

Ilker TEKIN
Vice-président.d’Objectif 21.


Nombre de visite 1682

À lire aussi

"VIVE LA RÉPUBLIQUE"

"VIVE LA RÉPUBLIQUE"

28 octobre 2021