lundi 30 janvier 2023

ANKARA-DAMAS - UNITÉ DU DESTIN, POINTS COMMUNS POUR UNE SOLUTION, ANTAGONISMES – 3

ANKARA-DAMAS - UNITÉ DU DESTIN, POINTS COMMUNS...

Publié le | par Engin | Nombre de visite 133
ANKARA-DAMAS - UNITÉ DU DESTIN, POINTS COMMUNS...

ANKARA-DAMAS - UNITÉ DU DESTIN, POINTS COMMUNS POUR UNE SOLUTION, ANTAGONISMES – 3

Dans mon premier article intitulé « Cette Ligue », j’ai rapporté qu’il y a une unité de destin entre Ankara et Damas dans la planification mondiale et que les centres impérialistes poursuivent des politiques ciblant à la fois la Turquie et la Syrie depuis 40 ans. Dans mon deuxième article, je donne un bref résumé de ce qui se passe en Syrie depuis 10 ans.
À ce stade, cherchons des réponses aux questions de savoir si un dialogue politique sera établi entre la Turquie et la Syrie, quels sont les obstacles à sa mise en place et quelles sont les opportunités qui se présenteront s’il est établi.
***
Des années plus tard, la porte d’un dialogue politique entre la Turquie et la Syrie s’est ouverte en août. S’exprimant dans un avion après sa rencontre avec le président russe Vladimir Poutine à Sotchi le 5 août, le président Recep Tayyip Erdogan a expliqué la proposition de la Russie de « parler à Damas » avec les mots suivants : « Il existe une approche telle que « Il serait beaucoup plus précis si vous préférez résoudre ces problèmes avec le régime autant que possible ». Nous disons qu’à l’heure actuelle, notre organisation de renseignement s’occupe déjà de ces problèmes avec les services de renseignement syriens, mais le but est d’obtenir des résultats. Si nos services de renseignement, tout en effectuant ce travail avec les services de renseignement syriens, continuent de jouer un rôle de fellique par les organisations terroristes là-bas, nous disons que vous devez nous soutenir à cet égard. Nous avons un consensus à ce sujet. »
Ensuite, le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a annoncé qu’il avait rencontré le ministre syrien des Affaires étrangères Faisal Miktad lors de la réunion des parties non alignées tenue à Belgrade le 11 octobre 2021. Après ces déclarations faites les unes après les autres, le dialogue politique avec la Syrie n’a pas disparu de notre ordre du jour.
Les déclarations fréquentes du président Erdogan qui ouvrent la porte au dialogue ont également accru les attentes de la réunion. À son retour du sommet du G20 en Indonésie, Erdogan a toutefois indiqué une date « post-électorale » pour le dialogue.
Il existe de nombreuses sous-rubriques allant du moment du contact politique à l’endroit où il aura lieu. Il est possible de le dire. En raison des failles dans la guerre civile, que nous avons brièvement mentionnées dans la section précédente, tous les problèmes ne se termineront pas par une réunion. Bien que le dialogue politique entre les deux pays ait eu lieu, il y a des sujets de profondes contradictions entre Ankara et Damas.
Sans entrer dans ces sujets, soulignons avec audace que ce dialogue doit s’établir entre les deux pays. La Syrie en a également besoin. Après la solution politique, la Turquie sera l’un des pays qui apportera le plus grand soutien à la Syrie et aux Syriens dans la reconstruction de la Syrie et la résolution de ses problèmes économiques. Pour cette raison, les problèmes existants n’empêchent pas les négociations. Au contraire, les négociations faciliteront la solution des problèmes.
Passons maintenant aux antagonismes des deux côtés.
***
Le premier est l’opinion négative du gouvernement syrien sur l’opposition. Le gouvernement de Damas qualifie les groupes d’opposition de « terroristes ». Ankara est dans une position différente ici. L’opposition soutenue par les forces armées, qui est basée dans les Frères musulmans et est particulièrement basée dans les régions du nord de la Syrie, continue d’exister sous les auspices de la Turquie. La Turquie craint que si elle lève sa protection, Damas intervienne trop durement contre l’opposition avec le soutien de la Russie, ce qui laissera place au chaos dans la région. En outre, un nouveau problème humanitaire serait un obstacle à une solution en Syrie. Cependant, certains groupes de l’opposition qui ont mené des actions le 12 février 2020 ont suscité des réactions aux paroles du président Erdoğan sur la question d’Idlib qui « agissent de manière disjointe des groupes d’opposition de la région et donnent au régime une excuse pour attaquer ». Récemment, ils ont également causé des problèmes à Afrin. Cette question est donc un peu compliquée.
***
Deuxièmement, Damas envoie des messages à Ankara pour « se retirer des régions où la Turquie opère ». L’approche de la Turquie est de « ne pas se retirer en Syrie tant que le problème n’est pas résolu politiquement et que les préoccupations en matière de sécurité ne sont pas satisfaites ». Ouvrons une parenthèse dans cette section et expliquons l’approche de la Turquie avec un exemple :
Le 10 décembre, un rapport sur le site Web saoudien Sharqul Awats a rapporté que la délégation russe arrivée en Turquie la semaine dernière avait soumis une offre à la Turquie. Selon le correspondant de Sharqul Awsat, Said Abdurrazık, citant des sources, la délégation russe dirigée par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Vershini a offert ce qui suit à la délégation turque dirigée par le vice-ministre des Affaires étrangères Sedat Onal : Le retrait des éléments et des armes des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Manbij et Ain al-Arab, que l’organisation terroriste appelle Kobani, et que seuls les éléments des forces de sécurité des FDS (Asayish) doivent rester, Il a proposé que ces éléments soient intégrés dans les forces de sécurité des forces du régime syrien. Ce que l’on entend par les FDS, c’est l’organisation de façade de l’organisation terroriste PYD-YPG, dont l’inventeur est Brett McGurk.
Continuons les nouvelles : les Russes ont annoncé il y a deux semaines que les membres des FDS qu’ils ont rencontrés (c’est-à-dire les chefs terroristes du PYD-YPG) ont accepté de se retirer à condition que la Turquie n’attaque pas ces deux endroits.
Ankara n’a pas accepté l’offre et a demandé du temps pour l’examiner. L’astuce de la nouvelle qui concerne notre article est la partie où le dialogue politique des deux pays vient à la table. La déclaration en tête-à-tête (sources) a déclaré que la délégation turque avait déclaré qu’il n’y avait aucun obstacle à déplacer le niveau des pourparlers avec Damas au-delà du niveau des services de renseignement, que la Turquie essayait de protéger l’intégrité territoriale de la Syrie, mais en même temps qu’elle voulait s’assurer que l’administration de Damas avait le pouvoir de prévenir les menaces provenant de l’intérieur du territoire syrien.
La dernière phrase est la manifestation de l’anxiété que nous avons véhiculée. En d’autres termes, même dans l’opération actuelle, la Turquie est sceptique quant à la capacité de Damas à empêcher des attaques contre la Turquie. La capacité militaire de Damas à combler le vide sécuritaire qui s’est accumulé dans le nord du pays depuis 2011 est également remise en question. Ankara soulève également des questions sur le dialogue périodique de Damas avec l’organisation terroriste PYD-YPG ressemblant à des FDS.
***
Troisièmement, entre la Turquie et le gouvernement syrien, la question des réfugiés pourrait se poser. Près de la moitié de la population syrienne a quitté le pays ou s’est rassemblée à Idlib lorsque la guerre civile a commencé. Le pays qui supporte le plus de fardeau est la Turquie. La Turquie envoie les propriétaires originaux de ces terres dans les régions qu’elle a nettoyées de l’organisation terroriste PYD-YPG. Après l’opération à l’ordre du jour, des efforts seront faits pour un retour sérieux des réfugiés dans la région.
Cependant, le point de vue de Damas sur la question des réfugiés est très différent. Tout d’abord, si tous ceux qui ont quitté le pays revenaient maintenant, Damas ferait faillite. Parce que l’économie est très troublée. Une partie importante des lieux générateurs de revenus tels que les ressources souterraines est occupée par l’organisation terroriste PYD-YPG. Le commerce a également été affecté par la guerre civile. Par exemple, il faudra des années pour qu’un important centre historique et commercial comme Alep retrouve ses jours d’antan. À cet égard, Damas pourrait être renversé dans un vent de retour qui pourrait se développer sans solution politique dans le pays et sans élimination des organisations terroristes.
Serhat Erkmen a également examiné cette question économique dans le contexte d’Idlib et des zones d’opérations de la Turquie, que nous avons citées dans le deuxième chapitre : « Damas a bénéficié de la création par la Turquie de zones de sécurité dans le nord de la Syrie. Que le gouvernement syrien dise « nous voulons que la Turquie quitte ces régions » autant qu’il le veut. Environ 5,5 millions de personnes vivent actuellement dans des zones contrôlées par Idlib et des groupes d’opposition soutenus par la Turquie. Le nombre total de militants de groupes armés dans ces régions est de plus de 100 000. Le gouvernement syrien, qui est aux prises avec une crise économique majeure et dont l’armée ne s’est toujours pas rétablie, n’est ni en mesure de prendre en charge 5,5 millions de personnes supplémentaires, ni de faire face à près de cent mille militants armés. Pour cette raison, non seulement Ankara mais aussi Damas ressentent la pression démographique découlant de la question syrienne. (Serhat Erkmen, « La réconciliation Ankara-Damas est-elle proche ? Est-ce possible ? », Idea Tour, 15 août 2022 – voir Idea Tour. https://fikirturu.com/jeo-strateji/ankara-sam-uzlasmasi-yakin-mi-mumkun-mu/ )
En d’autres termes, il y aura des opinions différentes sur la question des réfugiés.
***
N’y a-t-il pas lieu de faire des compromis ? Bien sûr qu’il y en a, et cela augmente. Même dans tous les contraires que nous avons mentionnés, les transformations peuvent même avoir lieu sur la base de l’intérêt commun. Par exemple, du point de vue de la sécurité, toutes les opérations de la Turquie ont porté un coup à ceux qui veulent diviser la Syrie. En d’autres termes, il a assuré l’intégrité territoriale du pays. Lorsque la présence d’organisations terroristes telles que le PYD et Daesh sera détruite dans tout le pays, les États-Unis et d’autres pays occidentaux devront se retirer. C’est en faveur des deux pays...
Deuxième ; Le retour des personnes qui ont quitté leur pays, combiné à la solution politique, apportera le pouvoir de production au pays. L’économie syrienne, qui tentera de se remettre de cette situation, en bénéficiera considérablement.
Cependant, pour ouvrir la voie à tout cela, il est nécessaire que les administrations des deux pays se réunissent.
Citons un détail important : la dernière attaque de la Turquie a également été suivie avec intérêt en Syrie. Cependant, ajoutons ceci : il convient de rappeler à Bachar al-Assad qu’il y a ceux qui essaient d’empêcher la discussion en plaçant toute la responsabilité de ce qui se passe en Syrie sur la Turquie. Bien que sains d’esprit et plaidant pour la négociation, ces segments, que nous avons véhiculés et qui ont également une présence au niveau de l’État, ont un point de vue hostile envers la Turquie. En d’autres termes, la lutte se poursuit non seulement entre Ankara et Damas, mais aussi dans le cadre des propres équilibres internes de Damas.

À lire aussi