Turquie : chronique d’un voyage dans l’Est (1) - Turquie News
lundi 26 septembre 2022

Turquie : chronique d’un voyage dans l’Est (1)

Préjugés

Publié le | Nombre de visite : 439 |

Par Sebahat Erol

Mais qu’est-ce que tu vas faire dans l’Est ?

Quelle idée ! Mais qu’est-ce qu’elle va faire chez les Kurdes ?

Mais c’est dangereux !… Tu n’as pas peur de te faire enlever par les Kurdes ? …

Voilà quelques-unes des remarques et questions auxquelles j’ai eu droit lorsque j’ai annoncé à mon entourage turc que j’allais faire un circuit (organisé) d’une quinzaine de jours dans la Turquie de l’Est, dans des lieux que j’avais depuis longtemps envie de voir : Mont Ararat, lac de Van, Mont Nemrut, Diyarbakir, Mardin, Urfa…

Justement, je souhaitais vérifier sur place si ces préjugés étaient fondés. Je souhaitais me faire mon opinion personnelle. Bien que je me sente ouverte aux autres, tolérante, j’ai dû m’avouer avec honte qu’au fond, j’avais moi-même des craintes… Même si je protestais avec véhémence quand j’entendais les préjugés sur l’Est, je me demandais moi-même comment les Kurdes m’accueilleraient, s’il valait mieux que je leur dise que j’étais Turque ou Française ; j’ai même pensé que si je leur disais que j’étais Laze, et donc appartenant à une minorité ethnique, je serais mieux acceptée (ce qui est une erreur car, en discutant avec le guide, j’ai appris que les Kurdes en voulaient aux Lazes qui sont assez nationalistes et qui n’hésitent pas à dénoncer les éventuels partisans du PKK qui se réfugient en Mer Noire)…

Aux autres, bien sûr, je répliquais plutôt : Mais là-bas, c’est aussi la Turquie ! Si vous dites que c’est « chez les Kurdes », on n’a qu’à leur donner leur indépendance ! Et puis, alors qu’on visitait Ani, ancienne capitale du royaume arménien, j’ai pris un malin plaisir de dire à mes parents, qui m’appelaient régulièrement sans doute pour vérifier si j’étais toujours vivante, que je venais de voir des églises arméniennes et que j’étais tout près de l’Arménie ; on aurait pu passer en face à pied si la frontière avait été ouverte…

Autres préjugés : je partais avec un groupe de Français ; or, les Français – n’est-ce pas ? - sont globalement pro-Kurdes ; le guide turc francophone serait peut-être un Kurde qui déverserait sa haine contre les Turcs … ? J’allais me sentir mal... Et puis, les Français sont pro-Arméniens… J’allais avoir droit à la leçon sur le génocide arménien, d’autant plus qu’il y avait plusieurs professeurs d’Histoire dans le groupe…

Et sur place ?

Eh bien sur place, mes préjugés se sont vite envolés. En effet, je n’étais plus dans l’abstraction, je n’intellectualisais plus la situation, je la vivais. En face de moi, je n’avais plus des groupes ethniques mais des personnes avec lesquelles je discutais avec plaisir, sans arrière-pensée, sans réticence.

Les rares fois où je me suis sentie mal à l’aise, où je ne me suis pas sentie « chez moi », ce n’était pas dû au fait que j’étais dans une ville à majorité kurde ou arabe, c’était dû au conservatisme ambiant qui m’écrasait… A Bitlis par exemple (la ville la plus sale que j’aie vue ! mais que fait la municipalité ?!), nous nous étions arrêtés pour déjeuner ; je n’avais pas envie de faire un vrai repas, je voulais manger un simit en buvant un thé, j’ai donc quitté le groupe et arpenté seule les rues. Mais où étaient les femmes ? Rien que des hommes dans la rue, dans les boutiques, et surtout dans les cafés… Et qui me dévisageaient comme si j’étais une impure… J’ai acheté mon simit, mais où prendre un thé ? Je n’osais pas affronter tous ces hommes… J’ai été sauvée par l’appel à la prière : d’un coup, les cafés se sont vidés et j’ai pu m’installer pour prendre tranquillement mon thé !

Si toutes les villes turques ressemblaient à Bitlis, moi-même, je serais contre l’adhésion de la Turquie dans l’Union Européenne. Mais ce sera l’objet de mon prochain article…

Lire également :
 Turquie : chronique d’un voyage dans l’Est (1)
 Turquie : chronique d’un voyage dans l’Est (2)
 Turquie : chronique d’un voyage dans l’Est (3)
 Turquie : chronique d’un voyage dans l’Est (4)
 Turquie : chronique d’un voyage dans l’Est (5)

Source : turquie europeenne



À lire aussi