samedi 25 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Actualité

Les villageois deviennent des héros méconnus des incendies de forêt en Turquie

samedi 7 août 2021 | par Hakan


Les villageois deviennent des héros méconnus des incendies de forêt en Turquie

Ils ont pris les râteaux, les pelles et les haches et sont partis dans les montagnes aider les pompiers exténués à trouver leur chemin dans ces zones difficiles où la bataille contre les violents incendies en Turquie fait rage.

Les habitants des collines ondoyantes et des forêts de pin qui bordent les côtes turques de la mer Méditerranée et de la mer Égée sont devenus les héros de l’ombre d’un pays en proie aux feux de forêts parmi les plus mortels et les plus destructeurs qu’il ait connus. "Vous voyez ce petit feu là-bas ? On va intervenir pour aller l’éteindre immédiatement", lance fièrement Mehmet Yesimoglu, commerçant de 50 ans d’un village de la région de Mugla (sud-ouest), montrant du doigt un inquiétant foyer de flammes rouge-orangées. "Si on n’agit pas, il va grossir et on aura ensuite besoin d’hélicoptères ou d’avions."

Les Turcs assistent avec horreur au ravage causé par les flammes sur les terres qui sont parmi les plus fertiles du pays. Tout part en fumée, ces champs et ces vallées faisaient vivre agriculteurs et éleveurs. Au moins huit personnes sont mortes et des dizaines de villages ont été évacués. De leurs biens, peu d’habitants savent ce qu’ils pourront retrouver après le passage des flammes. Les distributions d’eau et de nourriture ont afflué de tout le pays. Au point que les autorités locales ont dû demander aux Turcs d’arrêter les dons : il n’y avait tout simplement pas la place de tout stocker.

Plutôt que de baisser les bras, de nombreux villageois ont préféré rejoindre le front de l’incendie. Tanzer Bulut, un autre villageois de 30 ans, en marche vers un nuage de fumée qui bouche l’horizon. "On essaie avant tout d’être logique. Tu regardes où vont les flammes et tu essaies d’aller au-devant d’elles. On fait ce qu’on peut, même si on n’est pas des professionnels", explique-t-il.

Certains habitants guident les pompiers, leur montrant quelle direction prendre et les aidant à trouver leur chemin sur les routes sinueuses, souvent perdues au milieu des fumées le jour, et illuminées par le brasier la nuit. Un homme se tient debout au bord de la route, éclairant un chemin dégagé d’une lampe frontale fixée sur son casque, guidant d’un bâton les véhicules des pompiers. D’autres villageois aident les pompiers à dérouler les lourdes lances à incendie sur leurs épaules jusqu’aux flammes. "Pour faire passer un bulldozer, c’était escarpé mais j’ai pu leur montrer un chemin praticable vers le sommet sans problème", raconte Hayati Zorlu, 55 ans, maire d’un village de la région de Mugla, connue pour ses complexes touristiques qui bordent la mer Égée. "C’est parce que je connais le terrain et que je suis le seul ici. Il n’y a aucun autre responsable que le maire", ajoute-t-il.

Hakan Karabulut, chef d’une brigade incendie d’Istanbul dépêchée sur la zone, ne compte plus le nombre de situations dans lesquelles les habitants ont pu apporter leur aide.
"Un, ils sont nos guides. Deux, ils nous montrent où refaire le plein en eau. Trois, ils nous disent où les feux sont situés. Quatre, ils se chargent du soutien logistique, que ce soit en repas ou en boisson. Et cinq, ils nous aident à déployer les lances à incendie", explique-t-il.

Et il y a plus, souligne-t-il : "Il y a des jeunes ici qui sont des chasseurs et connaissent parfaitement le terrain. Quand j’en rencontre un et que j’ai confiance en sa maîtrise des lieux, je ne le lâche pas !"

Source : avec AFP



Nombre de visite 128

Sélection d'article