Les Turcs (ques) sont des facebook’ophiles… - Turquie News
mercredi 17 août 2022

Les Turcs (ques) sont des facebook’ophiles…

avec plus de 15 millions d’utilisateurs

Publié le | par Sophie C. | Nombre de visite : 145 |
Les Turcs (ques) sont des facebook'ophiles…

Près de 1% du trafic des sites d’information serait généré par Facebook. Les conclusions de l’étude menée au mois de mars par la société de mesure d’audience AT Internet auprès de 12 grands sites médias français confirment l’influence croissante du réseau social en France.

L’Hexagone serait d’ailleurs le quatrième marché de Facebook derrière les Etats- Unis, le Royaume-Uni et la Turquie, avec plus de 15 millions d’utilisateurs sur un total de plus de 400 millions.

Au premier rang des bénéficiaires de cet engouement : les sites d’information. Aujourd’hui, 0,7 %de l’ensemble de leur trafic serait généré par Facebook, via ces liens que les utilisateurs partagent avec leurs amis ou que les médias poussent eux-mêmes sur leur page officielle. « Cela peut paraître peu, explique Mathieu Llorens, directeur général d’AT Internet, mais Facebook fait déjà partie des trois premiers apporteurs d’audience pour les sitesmédias. » Il pèse surtout 8,3 %du trafic des sites affluents, c’est-à-dire tous les sites qui apportent du trafic extérieur aux sites d’information.

Une vraie tendance de fond au vu du nombre presque illimité de sites et de blogs pouvant présenter des liens vers lesmédias traditionnels. Le réseau social paraît même en mesure de rivaliser avec les autres moteurs de recherche, tels Yahoo ! et Bing. « L’étude met en évidence l’émergence de Facebook comme apporteur de trafic, même s’il relativise son poids par rapport à Google, estime Mathieu Llorens. On a pu les comparer, mais ils ne jouent pas dans la même catégorie, Google apparaissant davantage comme une autoroute pour accéder à un site. » Le moteur de recherche apporterait ainsi 41 % de l’audience des sites d’information français.Mais ce chiffre est en partie lié au développement
de pratiques qui ont tendance à gonfler son poids : de nombreux internautes tapent par exemple le nom du média dans le moteur, plutôt que de le taper directement dans la barre d’adresse.

....

NICOLAS RAULINE
Source les Echos 22/04/2010

 [1]

À lire aussi