Les Kurdes syriens demandent la fin du recrutement d’enfants - Turquie News
mercredi 18 mai 2022

Les Kurdes syriens demandent la fin du recrutement d’enfants

Publié le | par Engin |

Les Kurdes syriens demandent la fin du recrutement d'enfants

Les Kurdes syriens demandent la fin du recrutement d’enfants

Avec VOA

Des Kurdes syriens manifestent devant un bâtiment de l’ONU, appelant les autorités à aider à libérer les jeunes filles qui, selon eux, ont été enlevées et recrutées pour les combats, dans la ville de Qamishli, au nord-est,

Des dizaines de parents et de militants kurdes ont manifesté dimanche devant les bureaux des Nations Unies à Qamishli, en Syrie, contre le recrutement d’enfants par des groupes militaires locaux.

La manifestation a eu lieu après que plusieurs adolescentes auraient été recrutées par des groupes affiliés aux Forces démocratiques syriennes (SDF), une organisation militaire dirigée par les Kurdes qui a été un allié clé des États-Unis dans la bataille contre l’État islamique.

En juin 2019, le SDF a signé un plan d’action conjoint avec l’ONU pour mettre fin et empêcher le recrutement et l’utilisation d’enfants de moins de 18 ans dans les zones sous son contrôle. Mais l’ONU a déclaré que depuis lors, au moins 160 cas ont été documentés.

Balqis Hussein, 40 ans, a déclaré que sa fille de 15 ans était portée disparue depuis neuf jours.

"Ma fille est mineure. Je ne veux pas qu’elle soit recrutée et qu’elle détienne des armes. Je veux juste qu’elle rentre chez elle", a déclaré Hussein à VOA.

Khaled Jabir, coprésident de l’unité de protection de l’enfance de l’administration autonome dirigée par les Kurdes dans le nord et l’est de la Syrie, a confirmé que son bureau avait récemment reçu plusieurs plaintes concernant le recrutement d’enfants.

« Au cours des derniers jours, nous avons reçu cinq plaintes de parents concernant la disparition de leurs enfants », a-t-il déclaré à VOA, notant que « notre bureau a déjà facilité la libération d’une des filles dimanche ».

Le recrutement d’enfants est un gros problème, selon Jabir, et les gouvernements locaux rejettent cette pratique. Selon Jabir, l’unité de protection de l’enfance a aidé 213 enfants recrutés à retourner dans leur famille depuis octobre 2020.

Un rapport publié par les Nations Unies en mai a indiqué que plus de 400 enfants ont été recrutés entre juillet 2018 et juin 2020 par les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde, et ses affiliés dans le nord-est de la Syrie.
Un rapport publié par les Nations Unies en mai a indiqué que plus de 400 enfants ont été recrutés entre juillet 2018 et juin 2020 par les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde, et ses affiliés dans le nord-est de la Syrie.

Enlèvements

La Jeunesse révolutionnaire, un groupe controversé affilié au Parti de l’union démocratique (PYD terroriste), le parti au pouvoir de facto dans le nord-est de la Syrie, a été accusé par plusieurs parents des filles disparues d’être à l’origine de leur recrutement.

"Je sais avec certitude que ma fille a été kidnappée par les Jeunesses révolutionnaires, car l’une des filles enlevées qui a été libérée dimanche nous a dit qu’elles étaient détenues par les Jeunesses révolutionnaires", a déclaré Hussein, ajoutant que le groupe avait été " responsable de tels enlèvements dans le passé.

« S’ils ont libéré son amie, pourquoi ne libèrent-ils pas ma fille et le reste des filles ? » demanda Hussein.

VOA a tenté de contacter la jeunesse révolutionnaire mais n’a pas encore reçu de réponse.

« J’ai contacté de nombreux hauts responsables du PYD et des SDF, y compris le bureau de Mazloum Abdi », a déclaré Hussein, faisant référence au commandant général des SDF. "Ils ont tous fait des promesses, mais nous n’avons encore rien vu."

Jabir, de l’unité de protection de l’enfance, a déclaré que des efforts pour obtenir la libération des quatre filles restantes étaient en cours.

Pression américaine

Le SDF a été placé sous un "microscope des droits de l’homme" par les États-Unis, selon Nicholas Heras, analyste principal au Newlines Institute for Strategy and Policy.

« Des pressions importantes sont exercées à Washington sur l’armée américaine pour s’assurer que les FDS respectent certaines normes fondamentales des droits humains, telles que l’interdiction de recruter des enfants soldats », a-t-il déclaré à VOA.

« Le but du plan d’action de l’ONU était de créer un moyen de mesurer et d’évaluer l’adhésion des FDS aux normes internationales des droits de l’homme, et non comme un état final en soi », a-t-il ajouté.

Heras a poursuivi : « Le Congrès américain peut jouer un rôle de premier plan en veillant à ce que les FDS adhèrent aux normes internationales contre le recrutement d’enfants soldats en liant l’aide à la sécurité américaine aux FDS sur la base de preuves claires que les FDS atteignent les objectifs de l’ONU.


Nombre de visite 220

À lire aussi