dimanche 29 janvier 2023

Les États-Unis lèvent un obstacle aux ventes de F-16 en Turquie

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 203
Les États-Unis lèvent un obstacle aux ventes de F-16 en Turquie

Les législateurs ont supprimé une disposition du projet de loi annuel sur les dépenses de défense conditionnant les ventes d’armes à la Turquie aux survols illégaux du territoire grec

Les législateurs américains ont supprimé une disposition d’un projet de loi annuel sur les dépenses de défense qui aurait imposé des limites à la vente d’avions de combat F-16 à la Turquie, dans le but de stimuler potentiellement les efforts d’Ankara pour moderniser son armée de l’air.

Le texte final de la loi sur l’autorisation de la défense nationale (NDAA) de 2023, finalisé mardi soir, ne comprend pas de disposition ajoutée en juillet conditionnant la vente d’avions de chasse F-16 et de kits de mise à niveau à la Turquie aux États-Unis vérifiant qu’ils ne seront pas utilisés pour survols territoriaux illégaux de la Grèce voisine.

La Turquie a fait une demande en octobre 2021 pour acheter 40 chasseurs F-16 fabriqués par Lockheed Martin et près de 80 kits de modernisation aux États-Unis pour ses avions de combat existants.

La Turquie a cependant fait face à une résistance à l’achat, de nombreux législateurs américains citant la position de la Turquie vis-à-vis de la Grèce dans une série de différends maritimes et territoriaux comme un sujet de préoccupation.

En septembre, le président turc Recep Tayyip Erdogan a proféré une menace voilée contre son voisin, incitant Athènes à avertir que la région pourrait éclater en une guerre de type ukrainien.

La rhétorique a refait surface mardi après que le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré que la Turquie "fera ce qui est nécessaire" si Athènes refuse de démilitariser les îles de la mer Égée, ce qui, selon Ankara, enfreint le droit international.

La Grèce soutient que la force militaire sur les îles est nécessaire pour les protéger d’une éventuelle attaque d’un nombre supérieur de troupes turques stationnées sur la côte turque.

"Pas une victoire pour la Turquie"

En clin d’œil aux préoccupations de certains législateurs, la version de compromis de la NDAA comprenait une note explicative qui disait : « Nous pensons que les alliés de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ne devraient pas effectuer de survols territoriaux non autorisés de l’espace aérien d’un autre allié de l’OTAN.

La NDAA ne garantit pas que la Turquie recevra l’approbation pour l’achat d’armes, qui devrait encore passer par le Sénat américain.

« Contrairement à certaines affirmations, la NDAA n’est pas une victoire pour la Turquie. Ce n’est qu’un des nombreux outils dont nous disposons au Sénat pour faire face aux ventes d’armes », a déclaré Robert Menendez, sénateur démocrate et président de la commission sénatoriale des relations étrangères, à la suite des modifications apportées à la NDAA.

Menendez, un critique notoire d’Ankara chargé de surveiller les ventes d’armes américaines, a déclaré qu’il n’avait pas changé son opposition à l’accord sur le F-16.

« Je vais le répéter. En tant que président de la SFRC, je n’approuverai PAS les F-16 pour la Turquie tant qu’Erdogan n’aura pas mis fin à ses abus dans la région », a-t-il déclaré.

La position de Menendez le met en désaccord avec l’administration Biden, qui s’est prononcée en faveur de nouvelles ventes militaires à la Turquie.

Dans une lettre au Congrès en juin, le ministère de la Défense a déclaré que les États-Unis "soutenaient pleinement" les efforts de la Turquie pour moderniser son armée de l’air, considérant cette décision comme "une contribution à la sécurité de l’Otan et donc à la sécurité américaine".

Biden a apporté son soutien le plus clair à la vente lors d’une conférence de l’OTAN à Madrid en juillet, déclarant : « Nous (les États-Unis) devrions vendre [la Turquie] les jets F-16 et moderniser ces jets également. Ce n’est pas dans notre intérêt de ne pas le faire.

La Chambre des représentants des États-Unis doit voter mercredi sur le projet de loi sur l’autorisation de la défense. Il doit ensuite passer au Sénat avant d’être promulgué par le président Biden.



À lire aussi