EURTRY:

Accueil > Nos rubriques > International > Les États-Unis demandent des assurances à la (...)

Les États-Unis demandent des assurances à la Turquie sur les S-400


Ecrit par Hakan, 2020-05-02 13:01:53


Un webinaire organisé par le Conseil atlantique de Washington, qui a réuni de hauts responsables turcs et américains, a créé une plate-forme très utile pour entendre les vues des deux parties sur les questions clés liées à leur programme bilatéral.

Ces fonctionnaires étaient l’envoyé spécial des États-Unis pour la Syrie, l’ambassadeur James Jeffrey, l’ambassadeur des États-Unis en Turquie, David Satterfield, et le porte-parole et conseiller en chef de la politique étrangère du président Recep Tayyip Erdoğan, İbrahim Kalın.

Bien que le sujet de la discussion ait été Idlib et les développements récents dans la Syrie déchirée par la guerre, les participants ont trouvé une opportunité d’exprimer leurs positions sur un certain nombre de questions bilatérales litigieuses, le S-400 étant au sommet.

Kalın a informé que l’activation des systèmes S-400 est retardée en raison du coronavirus, mais a souligné que le processus progressera comme prévu. Erdoğan avait maintes fois souligné que l’activation aurait lieu en avril 2020 malgré les menaces et l’opposition de Washington.

Une relative réconciliation entre la Turquie et les États-Unis est en effet observée depuis fin 2019 et début 2020, notamment dans le contexte de la Syrie. Un accord conclu entre la Turquie et les États-Unis en octobre 2019 est toujours en vigueur. Le soutien américain à la Turquie dans sa lutte contre le régime syrien à Idlib, où des dizaines de soldats turcs ont été tués, a encore changé le paradigme et conduit à une nouvelle convergence entre les deux alliés.

Le don de la Turquie de fournitures médicales aux États-Unis et une lettre envoyée par Erdoğan au président américain Donald Trump ont été considérés comme un signe d’Ankara en direction de Washington. Beaucoup à Ankara associent ce geste à l’ambition du gouvernement turc de conclure un accord de swap avec la Réserve fédérale américaine. Il a été rapporté qu’Erdoğan avait ouvertement soulevé ce problème avec Trump lors d’une récente conversation téléphonique.

L’Ambassadeur Satterfield a répondu indirectement à cette demande. Confirmant le dialogue en cours entre les deux capitales, Satterfield a déclaré : « Il existe certaines exigences fixées par le comité des marchés ouverts de la Fed concernant l’éligibilité potentielle. Il s’agit d’exigences et de conditions financières monétaires. Ils ne sont pas liés politiquement. »

Le message que Satterfield a transmis était que la Turquie ne devrait pas solliciter une faveur politique de Washington sur une question purement financière et technique.

L’envoyé américain a envoyé un autre message important. L’utilisation du système S-400 exposerait la Turquie à une possibilité très importante de sanctions du Congrès, a souligné Satterfield, soulignant : « Nous n’avons pas en notre possession les assurances du gouvernement turc qui nous permettraient d’atténuer ces préoccupations. »

À ce stade, la Turquie a seulement annoncé qu’elle avait retardé l’activation des S-400. De toute évidence, les États-Unis demandent plus que cela, et retarder l’activation ne le satisfera pas. Les déclarations de Washington expliquent de manière très explicite que l’exploitation des S-400 entraînera une crise profonde avec Ankara, ce que la fragile économie turque ne peut guère gérer.

La Turquie a maintenant gagné du temps en retardant l’activation, mais le conflit S-400 continue de jeter une ombre sur les relations aujourd’hui et, sinon résolu, demain.

Mot-clé :
Diplomatie S-400
Plan du site | RSS 2.0 | Copyright Turquie News 2006-2019 | Mentions légales PageRank