dimanche 29 janvier 2023

Les commissaires aux droits de l’homme russe et ukrainien se rencontreront en Turquie cette semaine

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 110
Les commissaires aux droits de l'homme russe et ukrainien se rencontreront en Turquie cette semaine

Les commissaires russe et ukrainien des droits de l’homme se réuniront cette semaine en Turquie, ont rapporté lundi les agences de presse des deux pays, pour des discussions susceptibles d’inclure la possibilité de nouveaux échanges de prisonniers de guerre.

Interfax a cité la commissaire russe, Tatiana Moskalkova, disant que la rencontre avec son homologue ukrainien Dmytro Lubinets aurait lieu lors d’un forum international en Turquie entre jeudi et samedi.

Elle a dit qu’il y avait déjà eu des discussions sur "l’ordre du jour approximatif de nos négociations", mais n’a donné aucun détail.

L’agence de presse ukrainienne Ukrinform a cité Lubinets disant que le principal problème était "le retour de nos héros et héroïnes", une référence aux échanges de prisonniers.

La Russie et l’Ukraine ont procédé à de nombreux échanges de prisonniers - le plus récemment dimanche - au cours de la guerre, qui en est maintenant à son 11e mois.

"Séparément, nous voulons soulever la question du retour des otages civils, que la Fédération de Russie a détenus en masse dans les territoires temporairement occupés de l’Ukraine et qu’elle ne permet pas de rentrer chez eux", a déclaré Lubinets.

L’Ukraine a condamné l’expulsion forcée de nombreux civils dans le sud et l’est du pays, que la Russie a déplacés de leurs foyers dans le cadre de ce qu’elle appelle des opérations d’évacuation. Certains ont été emmenés en Russie ou en Crimée annexée par la Russie.

Les pourparlers de paix entre les deux pays se sont effondrés dans les premiers mois de l’invasion russe et n’ont pas été renouvelés.

Le président Vladimir Poutine a déclaré que la Russie était ouverte aux négociations, mais l’Ukraine et son allié les États-Unis ont réagi avec scepticisme, suggérant qu’il cherchait à gagner du temps pour se regrouper après une série de défaites et de retraites.

Source : avec Reuters

À lire aussi