lundi 30 janvier 2023

Les chaînes de supermarchés turques fixent les prix après un "avertissement" du gouvernement

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 194
Les chaînes de supermarchés turques fixent les prix après un "avertissement" du gouvernement

Six chaînes de supermarchés en Turquie ont annoncé avoir fixé les prix de milliers de produits en janvier. Ces mesures sont intervenues après que le président Erdoğan a accusé les chaînes de supermarchés de la hausse de l’inflation.

Les principales chaînes de supermarchés turques (Şok, Migros, CarrefourSA, A101, BİM, Happy Center) ont informé avoir fixé les prix de milliers de produits en janvier.

Les chaînes ont déclaré avoir fixé les prix des produits alimentaires de base, en particulier "pour lutter contre l’inflation" dans des annonces séparées.

La chaîne d’épicerie Şok a été la première à annoncer cette décision, affirmant qu’elle fixait les prix de 1 000 produits pour « contribuer à l’économie du pays et au budget des clients ».

Migros et CarrefourSA ont également annoncé avoir baissé les prix de 3 000 et 20 000 produits respectivement.

Le ministre turc des Finances et du Trésor, Nureddin Nebati, a déclaré le 5 janvier que « Chers amis qui fixent les prix. Je les félicite du fond du cœur. J’appelle également toutes nos entreprises à mettre en place des pratiques similaires.

Les critiques disent que cette pratique du prix fixe est principalement mise en œuvre dans les productions moins chères.

L’économiste turc Hayri Kozanoğlu a déclaré au quotidien Sözcü que cette pratique inciterait les consommateurs à acheter des produits de mauvaise qualité et inadéquats. "Les gens sont condamnés à une vie de mauvaise qualité", a-t-il ajouté.

Ces mesures sont intervenues après que le président Recep Tayyip Erdoğan et des responsables du Parti de la justice et du développement (AKP) ont accusé les chaînes d’être responsables de la hausse de l’inflation.

Nous pensons également que la relation des chaînes de marché qui augmentent constamment les prix avec FETÖ devrait être soigneusement étudiée", a déclaré Bahçeli le 22 novembre lors de la réunion du groupe parlementaire de son parti.

Ensuite, Erdoğan a déclaré le 30 novembre que "Nous allons resserrer les contrôles sur les chaînes de commercialisation, nous trouverons des moyens d’éliminer les différences de prix, nous les surveillerons".

Galip Aykaç, membre du conseil d’administration de la société de vente au détail pro-gouvernementale BİM, a répondu aux affirmations de Bahçeli et a déclaré le 1er décembre : « Nous avons quelque chose à dire aux dirigeants du parti qui nous menacent de FETÖ. Les gens de ce pays n’ont en aucun cas respecté vos mensonges.

Plus tard, Aykaç a dû démissionner de la présidence de l’Association des détaillants alimentaires.

Pendant cette période, certaines succursales du BİM ont été scellées par des mairies dirigées par l’AKP.

Le 26 décembre, le ministre turc du Commerce, Mehmet Muş, a déclaré dans un tweet qu’il avait rencontré les dirigeants des quatre chaînes qui ont le plus de succursales en Turquie et les avait « avertis » de ne pas augmenter les prix après la hausse du salaire minimum.

Pour décembre, l’Institut statistique turc (TÜİK), géré par le gouvernement, a fait état d’un taux d’inflation annuel de 64,27, tandis que le groupe d’inflation indépendant ENAG a estimé le chiffre à 137,55 %.

La majorité des citoyens turcs n’arrivent pas à joindre les deux bouts dans un contexte d’inflation galopante.

À lire aussi