Le premier navire céréalier ukrainien attendu à Istanbul "après (...) - Turquie News
lundi 15 août 2022

Le premier navire céréalier ukrainien attendu à Istanbul "après minuit"

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 77 |
Le premier navire céréalier ukrainien attendu à Istanbul "après minuit"

La première cargaison de céréales ukrainiennes exportées depuis l’invasion russe est attendue à Istanbul "après minuit" mardi, selon des responsables turcs.

Le "Razoni" battant pavillon de la Sierra Leone a quitté Odessa peu après 09H00 (03H00 GMT) lundi avec 26.000 tonnes de maïs à destination du port libanais de Tripoli, initialement arrivés mardi après-midi.Mais "en raison de l’état de la mer, le navire doit arriver après minuit", a déclaré aux journalistes l’amiral turc Özcan Altunbulak, chef du Centre conjoint de coordination (JCC), qui supervise les opérations d’exportation de céréales ukrainiennes.

"Il accostera à un endroit qui lui est réservé. Après les démarches nécessaires, une inspection sera effectuée (mercredi matin) par une délégation composée de représentants turcs, russes, ukrainiens et onusiens puis le ’Razoni’ continuera en route », a déclaré l’amiral turc.

Le navire a fait le tour des côtes roumaines dans la nuit, mais a éteint son système d’identification automatique vers 20h00 (Brasilia) afin qu’il ne puisse plus être suivi, selon le site Web Marine Traffic, qui suit les mouvements des navires. La Turquie n’a pas fourni d’explication pour cette manœuvre.

Le "Razoni" a d’abord progressé très lentement dans les eaux ukrainiennes en raison d’éventuelles mines, mais a ensuite pris de la vitesse, selon Marine Traffic.Le Centre conjoint de coordination a été créé dans le cadre de l’accord signé le 22 juillet pour reprendre les exportations de céréales.

La Russie et l’Ukraine sont de grandes puissances agricoles et leur blé, leur maïs et leur huile de tournesol alimentent notamment le marché mondial. On estime qu’entre 20 et 25 millions de tonnes de céréales ont été bloquées dans les ports ukrainiens depuis le début de l’invasion le 24 février, ce qui a fait flamber les prix.

Source : AFP

À lire aussi