Le "Kolonya" - Turquie News
lundi 15 août 2022

Le "Kolonya"

Puis-je vous parler aujourd’hui de la Kolonya, cette petite cologne citronnée turque fort modeste et très populaire ?

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 742 |
Le "Kolonya"

Une composition à faire hurler tout nez (de parfumerie) qui se respecte de par son écriture simplissime, simpliste, même. Des records de ventes à faire pâlir bien des maisons de parfum : il s’en déverse des millions de litres chaque année au creux des seules mains turques !

La Kolonya est un héritage de l’Eau de Cologne, préparation parfumée aux agrumes, aux plantes aromatiques voire aux fleurs, tendance présente aussi en Turquie, même si elle est loin de détrôner l’incontournable « lemon kolonyasi », la Cologne au citron.

Et pourtant, cette recette si simple a su au fil des ans, détrôner la traditionnelle eau de roses (distillée depuis le IXe siècle !) utilisée à tous moments en Turquie.Très appréciée de la Cour Ottomane à la fin du XIXe siècle, l’Eau de Cologne « débarqua » dans la rue dès le début du XXe siècle par le biais de pharmaciens qui créèrent et vendirent dans leurs officines les premières « recettes » populaires (la Kolonya soulage aussi les migraines, en friction sur les tempes, les malaises et évanouissements).

Eyüp Sabri Tuncer a commencé à produire sa Kolonya en 1920 dans une petite boutique à Ankara. Fin commerçant, il offrait à ses visiteurs de petites bouteilles de Kolonya et une brochure d’information. Tuncer a été le premier en Turquie à promouvoir un produit par le biais de la publicité, et ce premier produit fut …Kolonya, dont il fit déposer le nom.

Qu’en est-il exactement de cette Kolonya ? De l’alcool, de l’eau, du parfum, on laisse macérer très peu de temps et on embouteille. En flacon de verre, très souvent aujourd’hui, hélas, en bouteille de plastique, et même au litre dans un petit jerrican vendu au supermarché pour un prix modique. Quoi de plus simple ?

En Turquie le flacon de Kolonya est omniprésent. C’est une eau de bienvenue : dès qu’un invité arrive, il est de coutume de lui proposer de se rafraîchir avec de l’eau de Cologne, qui de plus a des vertus antiseptiques. Pas un voyage en autocar ne pourrait se dérouler correctement sans le passage du bagagiste, qui arpente l’allée centrale pour verser le précieux liquide citronné au creux des mains tendues.Dans les salons de coiffure et chez les barbiers, la Kolonya est proposée à la fin du service. Ah, la friction à la Kolonya après un double rasage au coupe-chou !Tout bar, restaurant, lokanta (cantine de cuisine traditionnelle) a sur son comptoir un flacon, juste à côté d’un bocal de bonbons, et souvent de clous de girofle (digestifs et antiseptiques)…s’en verser dans le creux des mains est un geste automatique à la fin d’un repas.En visite chez des amis ou à l’hôpital, c’est le précieux flacon que l’on offrira en priorité…même si personne n’en manque jamais.

Modernité des temps oblige, on trouve désormais très souvent des lingettes imprégnées en lieu et place du flacon, dans les restaurants ou en avion. Il existe aussi une « cologne touristique »…souvenir que ramènenet les vacanciers.Mais il reste encore des villages où demeure la tradition de faire remplir son flacon chez le pharmacien, qui lui, transvase depuis d’énormes bonbonnes.

Au-delà de ses vertus pharmaceutiques et de ses multiples emplois dans la vie quotidienne et l’hospitalité, la Kolonya est aussi utilisée pour se parfumer d’une senteur légère et rafraîchissante. Quand même !

Très honnêtement, ce n’est pas le parfum du siècle, non. Il y a bien peu à en dire en langage parfumesque : ni pyramide, ni évolution, ni sillage. C’est davantage une odeur omniprésente en Turquie, un souffle de fraîcheur qui vient chatouiller les narines très fréquemment, en quelque lieu que l’on se trouve.C’est le parfum des voyages, celui des repas partagés, du temps passé à savourer le temps qui passe…des souvenirs de voyage qui se ravivent dès que coule la Kolonya au creux des mains.

Le parfum d’une autre vie, ailleurs…

Source La Meridienne (Blog)

À lire aussi