mercredi 30 novembre 2022

Le journal Sabah a révélé une affaire de complot iranien en Turquie

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 221 |
Le journal Sabah a révélé une affaire de complot iranien en Turquie

La Turquie savait qu’une équipe d’agents iraniens était entrée dans le pays en juin pour assassiner des Israéliens, avant qu’ils ne soient arrêtés, a rapporté un journal local.

Le quotidien turc Sabah Daily a publié dimanche plus de détails sur le complot iranien trois semaines après que les agences de sécurité turques ont arrêté 8 ressortissants iraniens dans trois endroits différents à Istanbul.

Les agents, dit Sabah, auraient été envoyés par une unité des Gardiens de la révolution iraniens (CGRI), apparemment pour venger une mystérieuse série de meurtres et de morts parmi son personnel en Iran en mai et début juin. L’Iran a blâmé Israël pour les incidents, car il est devenu plus évident qu’il avait pénétré divers domaines des institutions gouvernementales.

On ne sait pas exactement quand et comment les agents iraniens sont entrés en Turquie et se sont rassemblés à Istanbul. Certains pourraient avoir été membres d’une « cellule endormie ». Mais Sabah rapporte que certains se sont installés dans le même hôtel où l’ancien consul général d’Israël à Istanbul, Yosef Levi Sfari et un groupe de touristes israéliens séjournaient.

Conscientes qu’une situation dangereuse se développait, les autorités turques ont discrètement déplacé les Israéliens dans un autre hôtel, a déclaré Sabah, mais les médias israéliens ont à l’époque parlé d’une étroite coordination entre la sécurité israélienne et turque.

En fait, c’est peut-être Israël qui a informé les services secrets turcs du complot iranien. Fin mai, Israël a averti ses citoyens de rester à l’écart d’Istanbul et l’avertissement a été répété au cours des deux premières semaines de juin. À la mi-juin, la nouvelle du complot iranien déjoué est apparue dans les médias israéliens, qui ont également affirmé qu’Ankara avait averti Téhéran de ne pas mener de telles opérations sur son sol, mais n’a jusqu’à présent pas publiquement accusé l’Iran de planifier des attaques terroristes.

Cependant, une visite prévue du ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian a été reportée à la mi-juin au milieu de spéculations répandues selon lesquelles l’annulation était liée à la controverse en cours sur le complot terroriste. Il s’est finalement rendu à Ankara fin juin, rencontrant un Recep Tayyip Erdogan au visage sombre, le président de la Turquie.

Le rapport de Sabah indique que la sécurité turque a trouvé trois armes de poing avec l’équipe iranienne arrêtée, équipées de silencieux, et a publié une photo des armes et des munitions, ce qui peut indiquer que la police turque a partagé des informations sur l’affaire avec le journal.

Dimanche, le Premier ministre israélien Yair Lapid s’est entretenu par téléphone avec Erdogan et l’aurait remercié pour son étroite coopération pour faire dérailler le complot iranien.

L’Iran a rejeté l’accusation d’avoir lancé un plan terroriste et a déclaré que les rapports étaient des fabrications israéliennes visant à nuire à ses liens avec la Turquie.

À lire aussi

Turquie et CPEC

Turquie et CPEC

29 novembre 2022