samedi 10 décembre 2022

La Turquie riposte au coup de langue de Mitsotakis sur la scène de l’ONU

Publié le | par Hakan | Nombre de visite : 469 |
La Turquie riposte au coup de langue de Mitsotakis sur la scène de l'ONU

Changeant de cap d’une diplomatie qui n’a pas fonctionné, les plaintes incendiaires du Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis aux Nations Unies concernant les provocations et les agressions turques ont suscité une parade immédiate.

Mitsotakis a accusé la Turquie de saper la paix et la stabilité dans la région de la Méditerranée orientale et de jouer un rôle « déstabilisateur », le président Recep Tayyip Erdogan avertissant même qu’il pourrait envahir « une nuit ».

Avant que Mitsotakis ne parle, son gouvernement de la Nouvelle Démocratie s’est plaint aux Nations Unies et à l’OTAN qui n’écoutaient pas de ce qu’il a qualifié de rhétorique « incendiaire » de la Turquie, rendue maintenant en nature par Mitsotakis.

"Malheureusement, cette déclaration (de Mitsotakis) était un autre exemple de déformation des faits et de récit hostile contre la Turquie", a déclaré la délégation turque à l’Assemblée générale des Nations Unies, a rapporté Al Jazeera.

"Le rôle de la Turquie dans sa région et au-delà est bien apprécié par la communauté internationale", a ajouté le communiqué de la délégation, ne notant même pas les critiques des États-Unis sur la belligérance de la Turquie.

Lors de son discours, Mitsotakis a déclaré que les dirigeants turcs "semblent avoir une fixation étrange sur mon pays", Erdogan devenant parfois presque déséquilibré et ne parlant plus au dirigeant grec.

"Ils menacent que la Turquie vienne la nuit si elle en décide ainsi. C’est le langage d’un agresseur. Depuis l’ONU, je voudrais m’adresser… directement au peuple turc : « La Grèce ne représente aucune menace pour votre pays. Nous ne sommes pas vos ennemis, nous sommes voisins. Avançons », a-t-il déclaré.

Ne notant pas les revendications de la Turquie sur les mers et les territoires grecs, la délégation turque a déclaré que la Turquie ne contestait pas la souveraineté de la Grèce, affirmant que les affirmations contraires étaient de la "fausse propagande", a ajouté le rapport.

"Cependant, la Turquie met la Grèce au défi d’engager un dialogue honnête et significatif conformément au droit international pour régler non pas un mais tous les différends égéens juridiquement liés", a-t-il déclaré.

Erdogan a également accusé la Grèce cette semaine de "crimes contre l’humanité", se référant à son traitement des réfugiés, et plus tôt ce mois-ci d’occuper des îles de la mer Égée qui ont un statut démilitarisé en vertu d’accords internationaux.

Il n’a pas mentionné que la Turquie autorise les trafiquants d’êtres humains - sans sanctions - à continuer d’envoyer des réfugiés et des migrants vers les îles grecques en violation d’un accord d’échange de 2016 essentiellement suspendu avec l’Union européenne.

À lire aussi