dimanche 28 novembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Politique

La tension monte entre la Turquie et la Bulgarie suite aux accusations d’ingérence électorale

lundi 22 novembre 2021 | par Hakan



La tension monte entre la Turquie et la Bulgarie suite aux accusations d'ingérence électorale

Les relations de la Turquie avec la Bulgarie ont connu une semaine difficile dans les jours qui ont précédé le second tour de l’élection présidentielle bulgare dimanche, les responsables accusant Ankara d’avoir tenté d’interférer dans le vote.

Les troubles ont commencé le 14 novembre, le jour où le vote a commencé au premier tour de l’élection présidentielle, lorsque le ministre bulgare de l’Intérieur Boyko Rashkov a accusé la Turquie d’avoir tenté d’influencer le vote en faveur d’un candidat de souche turque sur le bulletin de vote, Mustafa Karadayi. du parti Mouvement pour les droits et les libertés (DPS).

« La Bulgarie attend des institutions turques qu’elles s’abstiennent catégoriquement d’actions de propagande et de messages politiques liés au processus électoral dans notre pays pendant le second tour des élections présidentielles », a déclaré Rashkov.

Rashkov semblait faire référence à la large couverture dans les médias turcs de la candidature de Karadayi et aux exhortations des politiciens turcs aux Turcs bulgares à participer au vote. Des centres de vote ont été ouverts dans des villes turques où environ 80 000 bulletins de vote ont été déposés dans 126 emplacements pour le DPS, selon Balkan Insight .

Quatre jours après les propos de Rashkov, l’ambassadeur de Turquie à Sofia Aylin Sekizkök a été convoqué au ministère bulgare des Affaires étrangères pour recevoir un avertissement concernant toute tentative d’influencer le vote présidentiel. Le même soir, la police bulgare a été déployée devant l’ambassade de Turquie à Sofia après qu’une foule se soit rassemblée pour protester contre toute ingérence.

La Turquie a répondu en convoquant l’ambassadeur de Bulgarie pour une rencontre avec le vice-ministre des Affaires étrangères Faruk Kaymakci, chargé des affaires européennes. Étatisé agence Anadolu a signalé que KaymakcI réprimandé l’ambassadeur pour les allégations et lui a remis une note diplomatique qui a déclaré que le gouvernement turc devrait le vote en Turquie à ne pas abuser de la politique intérieure bulgare.

Les allégations d’ingérence turque dans la politique bulgare ne sont pas nouvelles. En 2017, la Bulgarie a retiré son ambassadeur d’Ankara pour des accusations similaires selon lesquelles elle soutenait un autre parti pro-turc, ce que la Turquie a nié.

En juin 2021, Karadayi du DPS a été critiqué par le président bulgare Rumen Radev pour avoir déclaré au président du parlement turc Mustafa Sentop que « la Turquie est notre patrie ». Il a soutenu que la Turquie était un "bon voisin" mais a affirmé que les relations devaient être fondées sur "l’égalité, le respect et la non-ingérence dans les affaires intérieures".

Radev, qui a été élu pour la première fois en novembre 2016, est un rival féroce du Premier ministre pro-turc Boyko Borissov et de son parti de centre-droit GERB. Sous Borissov, la Bulgarie a exhorté l’Union européenne à réduire ses critiques à l’encontre de la Turquie, estimant qu’Ankara avait le pouvoir d’inonder l’UE de migrants en abrogeant un accord de 2016 pour réduire leurs flux.

Borrissov a démissionné de ses fonctions en avril 2021 à la suite d’élections parlementaires qui ont vu la formation d’un gouvernement intérimaire sous la direction de l’ancien général et ministre de la Défense Stefan Yanev. Après sa propre défaite au premier tour des élections, le DPS de Karadayi aurait poussé ses partisans à soutenir le GERB au deuxième tour contre Radev.

Lors d’un dernier débat public entre Radev et le candidat présidentiel du GERB Anastas Gerdjikov, Gerdjikov a qualifié l’invocation par le gouvernement intérimaire de l’ingérence turque de destructrice pour les relations avec la Turquie. Radev insiste sur la nécessité de mesures à l’échelle de l’UE pour traiter le sujet.

Les scrutins de sortie sont prévoient que Ranev va se faire réélire au second tour de l’élection présidentielle avec 65,7 pour cent des voix. Karadayi s’est retiré à l’issue du premier tour des élections avec seulement 11,57 % contre 49,42 % pour Radev.

À lire aussi