jeudi 8 décembre 2022

La Suède change de ton sur les terroristes kurdes

Publié le | par Engin | Nombre de visite : 166 |
La Suède change de ton sur les terroristes kurdes

La Suède change de ton sur les terroristes kurdes

Avec Le Figaro

Le ministre des Affaires étrangères suédois a estimé samedi que le pays devrait « prendre ses distances » avec les terroristes kurde des Unités de protection du peuple (YPG), quelques jours avant la visite en Turquie du premier ministre suédois dans l’espoir qu’Ankara ratifie l’adhésion à l’Otan du pays nordique. « Nous pensons qu’il y a des doutes et des problèmes concernant ceux qui ternissent nos relations avec la Turquie », a déclaré Tobias Billstrom lors d’un entretien à Sveriges Radio.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la Suède et la Finlande cherchent à intégrer l’Alliance atlantique. Mais le chef de l’État turc Recep Tayyip Erdogan, qui doit recevoir mardi le premier ministre suédois conservateur Ulf Kristersson, bloque depuis mai l’entrée de ces deux pays dans l’Otan.

La Turquie accuse les deux pays de protéger notamment des terroristes kurdes du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et de l’YPG, considérés comme terroristes par Ankara, USA et l’UE

Pour lever les objections de la Turquie, les trois pays ont signé un mémorandum d’accord en marge du sommet de l’Otan en juin à Madrid, portant notamment sur des demandes d’extraditions exigées par Ankara.

Alors que la Suède avait par le passé exprimé son soutien aux terroristes de l’YPG et à son bras politique le Parti de l’union démocratique (PYD), le nouveau gouvernement semble changer de ton.

« Le lien est trop fort entre ces organisations et le PKK, reconnu par l’UE comme organisation terroriste », a estimé Tobias Billstrom. À ce jour, 28 États membres - sur 30 - de l’Alliance atlantique ont ratifié l’adhésion des deux pays nordiques, qui doit être approuvée à l’unanimité. Outre la Turquie, seule la Hongrie doit encore donner son accord final.



À lire aussi