lundi 30 janvier 2023

L’Allemagne tente de rapprocher la Grèce et la Turquie

Publié le | par Hakan | Nombre de visite 136
L'Allemagne tente de rapprocher la Grèce et la Turquie

Au milieu de la situation tendue entre Athènes et Ankara, Berlin est intervenu pour tenter de désamorcer les relations entre les deux pays. Le différend sur la limitation de la zone économique exclusive de l’autre et l’exploration des gisements de gaz naturel s’est intensifié à un point tel que la militarisation grecque des îles de la mer Égée a provoqué des menaces de la part du président turc Recep Tayyip Erdogan. La Turquie accuse les Grecs de "ne pas vouloir la paix", et l’Allemagne est intervenue en organisant une réunion de haut niveau pour servir de médiateur entre les Ottomans et les Grecs.

Ibrahim Kalin, porte-parole de la présidence turque, Jens Ploetner, conseiller en politique étrangère et de sécurité à la chancellerie allemande, et Anna-Maria Boura, chef du bureau diplomatique du Premier ministre grec, ont tenu une réunion à Bruxelles pour rapprocher les deux parties et faciliter la communication. Cependant, aucune information n’a été publiée sur les questions abordées lors de la réunion, bien qu’il semble que les récentes menaces d’Erdogan concernant l’utilisation possible du missile balistique Tayfun aient suscité des inquiétudes parmi les Grecs.

Il y a plusieurs raisons à la colère de la Turquie. Les accords entre les deux pays stipulaient que les îles devaient rester démilitarisées, et le ministre turc des Affaires étrangères, Melvut Çavusoglu, estime que"La Grèce ne veut pas la paix, car elle viole les accords de paix". De plus, il a exigé qu’Athènes "prenne du recul", faute de quoi Ankara remettrait en cause la souveraineté grecque sur ce territoire. "Les îles militarisées par la Grèce ont été données avec les accords de Lausanne et de Paris, et elles ont été données à la Grèce à une condition : la Grèce ne peut pas militariser ces îles".

Ces déclarations de Cavusoglu font suite aux propos d’Erdogan en septembre, lorsqu’il avait répété à plusieurs reprises que "nous pouvons venir, tout à coup, une nuit", évoquant la possibilité de mener une opération militaire. Le traité de Lausanne de 1923, que la Turquie invoque pour dénoncer la militarisation grecque, stipule que les îles de Lesbos, Samos, Chios et Ikaria ne peuvent avoir ni fortifications ni bases navales. En outre, les îles du Dodécanèse dans le sud de la mer Égée doivent être "démilitarisées" en vertu du traité de Paris.

Et comme si cela ne suffisait pas, les dernières nouvelles d’Ankara ne font qu’éloigner les deux camps, le ministère turc de la Défense annonçant mardi que les forces aériennes turques avaient été harcelées par des avions de chasse grecs F-16. Les avions turcs faisaient partie des missions "NATO Nexus Ace Ege" de l’OTAN et, selon le ministère, ont répondu immédiatement aux chasseurs, qui ont décollé de cinq aéroports sur le territoire grec.

De plus, tous les alliés de l’OTAN ont été informés de l’opération, y compris la Grèce, ce qui a rendu le malaise turc d’autant plus grand que les Grecs étaient apparemment au courant des manœuvres ottomanes. De son côté, Athènes n’a pas commenté cet aspect, mais elle a commenté les accusations turques d’une présence militaire sur les îles. "Les déclarations faites par des responsables turcs sur la démilitarisation des îles de la mer Égée ont été à plusieurs reprises rejetées dans leur intégralité sur la base d’un certain nombre d’arguments, qui figurent également dans les lettres pertinentes que la Grèce a envoyées au secrétaire général de l’ONU", indique le communiqué émis début décembre par le ministère grec des Affaires étrangères.

L’intention allemande est ainsi d’instaurer un début de rapprochement entre deux pays qui, loin de voir en vue une solution à leur éloignement, continuent de s’éloigner à chaque action. Même les déclarations du chancelier allemand Olaf Scholz exhortant la Turquie à mettre fin à ses menaces n’ont pas réussi à empêcher l’équipe d’Erdogan de le faire. Les observateurs estiment qu’il est difficile de voir une amélioration dans ce contexte en raison des élections de l’année prochaine dans les deux pays.

De plus, James Tessmann, chef du bureau d’Istanbul de la Stiftung Mercator, estime que "l’Allemagne a perdu sa crédibilité en tant que médiateur après la dernière visite de la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock en Turquie et en Grèce". Cavusoglu l’a même accusée de partisanerie ». Ceci malgré le fait que la Turquie est l’un des pays hors UE avec lesquels l’Allemagne entretient les meilleures relations, d’où les efforts de Berlin pour remettre les relations turco-grecques sur les rails, même si pour l’instant une résolution ne semble pas facile, encore moins proche.

À lire aussi