mardi 6 décembre 2022

INTERVIEW – Olivier Guillaume et les nouvelles ambitions de la CCFT

Istanbul

Publié le | par Sophie C. | Nombre de visite : 382 |

Au printemps dernier, Olivier Guillaume, par ailleurs directeur général de la filiale turque du groupe Sanofi-Aventis, remplaçait M. Eşref Hamamcioğlu comme président de la très active Chambre de Commerce franco-turque (CCFT). Lepetitjournal.com d’Istanbul l’a rencontré en compagnie de Raphaël Esposito, son directeur général, pour en savoir plus sur les projets de la chambre.

Lepetitjournal.com d’Istanbul fête avec cette interview la première année de son partenariat avec la CCFT. Celui-ci évolue en instituant à partir de la semaine prochaine une rubrique dédiée : Les Rendez-vous de l’ECO. Tous les 15 jours et uniquement le jeudi, retrouvez alternativement une interview d’une entreprise française ou turque et un résumé de l’actualité économique.

En ligne avec les ambitions de la France affichées au plus haut niveau (atteindre 15 milliards d’euros de commerce bilétaral d’ici 2012), l’un des objectifs majeurs de la CCFT est de renforcer l’attractivité de la Turquie pour les entreprises françaises. Vaste tâche car comme le précise Olivier Guillaume, “l’on ne va pas naturellement vers la Turquie contrairement à l’Algérie”.

Au programme donc, la multiplication des rencontres avec le tissu économique français en étroite collaboration avec les chambres de commerce et d’industrie de France. Le mois prochain, 10 CCI dont celles de Paris et de Lyon, viendront en séminaire découverte à Istanbul. Celles de Lorraine et de Bourgogne sont venues en mission en Turquie avec des entreprises en juin et septembre. Autre illustration, la création d’une plateforme d’échanges et de synergie, “Cap Turquie”, pour accompagner l’implantation de PME françaises sur le marché turc. C’est dans ce cadre que la CCFT accueillera ce mois- ci une douzaine de PME françaises cherchant à prendre pied sur le marché turc.

Renforcer les échanges

Autre mission de la Chambre, l’animation de la communauté d’affaires franco-turque d’Istanbul. Comme le précise Raphaël Esposito, “c’est presque la plus importante car nous sommes une association de plus de 400 membres dont les 2/3 sont Turcs !” Il faut faire en sorte que les chefs d’ entreprises se rencontrent ajoute le nouveau président et échangent leurs carnets d’adresses. Nous programmons des déjeuners et des petits-déjeuners à thème (le prochain sur “les prix de transferts” le 12 octobre), des rencontres networking tous les trimestres et animons des clubs “Ressources humaines” et “Finances” (échanges de bonnes pratiques)".

"Nos membres peuvent désormais aussi recevoir dans leurs propres locaux d’autres membres pour présenter leur stratégie de développement. Les premières réunions se tiendront chez Gefco (9 novembre) puis chez Altavia (1er décembre)" annonce Olivier Guillaume. Prochain grand événement attendu par la communauté d’affaires : la soirée du beaujolais nouveau et des primeurs Kavaklidere le 25 novembre prochain au Palais de France à Istanbul. Une occasion aussi pour la CCFT d’accroître ses recettes car elle ne reçoit aucune subvention et doit totalement s’autofinancer.

Représenter les intérêts économiques et commerciaux de nos membres

La soirée du beaujolais nouveau 2009 : un record de participation ! (photo CCFT)

Une mission qui a pris une certaine importance dans le cadre d’un dialogue avec les autorités turques rendu difficile par l’adoption en première lecture en octobre 2006 d’une proposition de loi visant à rendre passible de prison la négation du “génocide arménien”. A cette occasion, la CCFT avait présenté en son nom et au nom de ses membres des excuses publiques pour le préjudice moral causé en Turquie, expliqué le fonctionnement des institutions françaises, créé un site internet dédié et ouvert en partenariat avec ITO (la Chambre de commerce d’Istanbul) un dialogue entre hommes d’affaires turcs et français lors d’un séminaire ayant réuni près de 200 personnes.

“Sur les marchés publics, on en souffre encore” précise Olivier Guillaume. “Ce n’est pas pour rien que Thalès a dû passer par son partenaire italien Alenia Space pour remporter récemment un important contrat dans le domaine des satellites d’observations ”. Voilà qui nuance un peu les propos très optimistes tenus par Jean Lemierre du Medef devant les journalistes turcs fin septembre (voir notre article paru le lundi 27 septembre en cliquant ici).
“Concernant la stratégie de la CCFT pour les 18 mois à venir (le mandat du président prendra fin en mars 2012) dans un contexte où les échanges avec la Turquie se développent en 2010 (+ 30 %), il est un peu trop tôt pour en parler” nous dit le nouveau Président. Les commissions de travail internes à la CCFT créées à cet effet y travaillent ardemment ! Mais ce qui est sûr est que l’accompagnement des entreprises restera au coeur de notre action. A suivre donc !

Source : Brigitte di Benedetto (www.lepetitjournal.com Istanbul) jeudi 7 octobre 2010



À lire aussi