Honneur à ces femmes d’intelligence - Turquie News
lundi 16 mai 2022

Honneur à ces femmes d’intelligence

Publié le | par Sophie C. |

Le 8 mars, à l’occasion de cette Journée internationale de la femme, nous aurons peut-être quelques raisons de nous réjouir.

Depuis deux mois, on l’a vu, tout est bouleversé. Et ce printemps des peuples arabes, initié par les sociétés civiles de Tunisie, d’Egypte, de Libye, du Yémen, d’Irak, de Jordanie, de Bahreïn, du Maroc, etc., qui réclament la démocratie ou sinon des réformes conséquentes, sera sans doute crucial pour l’avenir des femmes.

Toutes aspirent, comme les hommes, à plus de dignité, plus de justice et plus de liberté.

Inenvisageable il y a peu, ce souffle puissant, effervescent, semble riche en promesses pour elles. Bien sûr, cela ne sera pas si facile. D’abord parce que leur statut diffère selon les pays. Si, en Tunisie, pays très largement en avance sur les autres, les femmes sont émancipées depuis plus de cinquante ans, en Egypte, malgré leur rôle dans le mouvement et leur présence dans les manifs, il y aura beaucoup à faire pour que leur condition s’améliore. Quant à la Libye, dont la situation est pour le moment chaotique, le système tribal en vigueur freinera certainement les possibilités de leur évolution rapide. Donc pas de généralités possibles. Ensuite, les dangers de contre-révolutions menacent : le vide politique, la fragilité économique, l’impatience des peuples, etc. En Tunisie, il n’y a pour le moment qu’une seule ministre dans le gouvernement provisoire. En Egypte, les femmes sont étrangement absentes du nouveau comité constitutionnel.

Mais bon en France, ici aussi, nous avons l’habitude de ces « oublis » masculins.

Il va donc falloir du temps et de la patience pour que ces pays, inventant des voies qui leur seront propres, donnent aux femmes la place qui leur revient.

Certaines élites regardent du côté de la Turquie ; il y a des modèles inédits, aimantés par le désir de partager des valeurs communes...

En Turquie, les femmes ont obtenu le droit de vote en 1934 ainsi que le droit de candidature aux élections ; en France, le droit de vote leur a été accordé .... 10 ans après, le 21 avril 1944. Dix femmes sont d’ailleurs entrées au Parlement turc en 1935.

L’émancipation des femmes et leur entrée dans la vie politique et publique, l’égalité des sexes sont parmi les plus importants acquis de la toute jeune république laïque turque fondée le 29 octobre 1923 par Mustafa Kemal Atatürk.

Ces 10 dernières années, le nombre de jeunes filles ayant accès aux facultés et aux hautes écoles turques a doublé. Le pourcentage de celles qui vont au lycées est passé de 34,16 % à 52,16 % durant la même période.

Pour remercier ces femmes majoritairement françaises, voici un petit clin d’oeil visuel...


Nombre de visite 186

À lire aussi

L'UNIVERS D'ONAY AKBAS

L’UNIVERS D’ONAY AKBAS

3 septembre 2021