mercredi 30 novembre 2022

Excuses arméniennes : Un universitaire arménien forcé à se rétracter

Publié le | par TN-pige | Nombre de visite : 776 |
Excuses arméniennes : Un universitaire arménien forcé à se rétracter

Un universitaire arménien a abandonné une campagne d’excuses prévue envers les Turcs concernant les massacres menées par les Arméniens [NDLR : En Anatolie entre 1914 et 1922], après les violentes réactions de la diaspora, a rapporté lundi le quotidien Hurriyet.

Le Dr. Armen Gavakian de l’Université Macquarie de Sydney, inspiré par une initiative turque, a décidé le mois dernier de lancer une campagne d’excuses envers les Turcs pour des meurtres commis par l’organisation Asala dans les années 1980.

Gakavian s’est cependant rétracté en raison des menaces des organisations nationalistes actives au sein de la diaspora arménienne, écrit Hurriyet.

Le Prof. Baskin Oran, l’un des intellectuels initiateurs de la campagne d’excuses turque, a écrit au quotidien Agos qu’ils s’exposaient également à des réactions similaires à celles émises par ses concitoyens.

"Sa campagne ressemblait à la nôtre. Les attaques du Workshop for Armenian/Turkish Scholarship (WATS) ont immédiatement débuté... Ils lui ont demandé si les Turcs lui avaient fait écrire cela", écrit-il.

Environ 200 universitaires, écrivains et journalistes turcs ont créé un site Internet destiné à exprimer des excuses aux Arméniens pour avoir "ignoré la tragédie que les Arméniens ont subie en 1915". Les efforts des intellectuels turcs ont également déclenché des réactions en Turquie et ont induit des contre campagnes sur Internet et des expositions de photos et d’informations tirées des recherches menées sur ces événements.

La déclaration de Gavakian devait être ouverte aux signatures cette semaine. "Je m’excuse auprès des Turcs et des Ottomans pour les meurtres commis au nom du peuple arménien et je compatis à la douleur et aux sentiments des Ottomans et des Turcs", indique la déclaration selon les médias. Il a ensuite nié que la déclaration incluait une excuse.

L’Arménie, soutenue par la diaspora, prétend que 1.5 million d’Arméniens auraient été tués lors de massacres organisés en 1915. La Turquie rejette cette thèse et affirme que 300 000 Arméniens, ainsi qu’au moins autant de Turcs, ont péri lors de la guerre civile déclenchée par les Arméniens qui ont pris les armes, soutenus par la Russie, pour conquérir leur indépendance en Anatolie orientale. [NDLR : D’après les historiens spécialistes de l’Empire Ottoman affirment pour leur part qu’environ 800.000 Arméniens et 500.000 Turcs auraient péri dans les événements en question.]

La question reste non résolue, car l’Arménie traîne des pieds à accepter la proposition de la Turquie de former une commission indépendante qui enquêterait sur les revendications.

Les événements de 1914-1922

Des affrontements inter-ethniques et des déplacements forcés de populations en Anatolie orientale, entre 1914 et 1922, ont fait plusieurs centaines de milliers de morts parmis les Turcs et les Arméniens. L’Empire ottoman était alors engagé dans la Première Guerre Mondiale aux côtés de l’Allemagne et de l’Empire Austro-Hongrois. Dès 1914, des Arméniens ottomans ont massivement pris le parti des Russes, contre les Turcs, se livrant à des massacres de masse et à des pillages dans l’est de l’Anatolie. A la suite de ces événements, le gouvernement ottoman décida d’éloigner une partie de la population arménienne des zones de front et à risque. Ce transfert se solda par un lourd bilan humain.

La Turquie et de nombreux historiens rejettent catégoriquement la thèse controversée d’un "génocide" que le gouvernement ottoman aurait perpétré contre la population arménienne de l’Empire. Cette thèse, défendue par les nationalistes arméniens, est aujourd’hui instrumentalisée afin d’exercer des pressions politiques sur la Turquie, notamment pour entraver la perspective de son adhésion à l’Union Européenne.

Lire également :
 Moi aussi je demanderai pardon, Markar Eseyan (Arménie/Turquie)

À lire aussi

Pelosi en Arménie

Pelosi en Arménie

19 septembre 2022