lundi 20 septembre 2021
Accueil | Nos rubriques | Chypre

Chypre s’oppose à l’agenda positif de l’UE pour la Turquie

jeudi 27 mai 2021 | par Hakan


Chypre s'oppose à l'agenda positif de l'UE pour la Turquie

Nicosie est mécontente que Bruxelles fasse suite à un agenda européen positif pour la Turquie, le président Nicos Anastasiades faisant valoir que les menaces turques ne justifient pas une telle approche.

Anastasiades a déclaré aux journalistes jeudi que les efforts en cours de la Turquie pour régler Varosha clôturée et sa proposition de deux États pour Chypre violaient de manière flagrante les résolutions de l’ONU et ne constituaient pas un comportement positif.

"Je considère qu’il est inconcevable de consentir à un programme positif qui inclurait la modernisation de l’union douanière et l’absence d’obligation de visa pour les citoyens turcs ou toutes autres choses que la Turquie poursuit."

Dans une interview accordée à Euronews plus tôt cette semaine, Anastasiades a déclaré qu’il était prêt à opposer son veto à l’UE dans la poursuite d’un programme positif avec la Turquie.

Anastasiades a déclaré que ce serait un « suicide politique » si le pays « acceptait un programme positif sans Chypre incluse ».

La Turquie ne reconnaît pas Chypre et n’a pas de relations diplomatiques avec l’État membre de l’UE.

Il a fait valoir que cette décision « contredit » la position de l’Union européenne sur la Turquie et le président Erdogan.

Et l’approche de l’UE envers la Turquie doit tenir compte de son attitude envers Chypre, où les Nations Unies cherchent à reprendre les négociations de réunification bloquées, a déclaré Anastasiades à Euronews mardi.

« Certainement, oui », a déclaré Anastasiades lorsqu’on lui a demandé s’il était prêt à opposer son veto à la décision de l’UE, prise lors d’une réunion du Conseil européen en décembre.

« Un programme positif est adopté lorsqu’il y a un comportement positif », a-t-il déclaré.

« Quand au contraire, un défi vient après l’autre, vous vous rendez compte que ce serait un suicide politique si, à ma connaissance, j’accepte un programme positif qui n’inclurait pas Chypre. Je n’ai pas le choix."

Le Conseil européen des dirigeants politiques des 27 États de l’Union européenne doit se réunir les 24 et 25 juin.

Il a convenu en décembre que l’agenda proposé par l’UE avec la Turquie dépendrait de sa volonté de promouvoir un véritable partenariat avec le bloc et ses États membres et de résoudre les différends par le dialogue et en vertu du droit international.

Lors du sommet de Genève organisé par l’ONU, la Turquie a déclaré que toute négociation devait être basée sur la reconnaissance du nord séparatiste comme un État égal et légitime.

« C’est quelque chose d’impensable pour la communauté internationale car cela contredit toutes les résolutions de l’ONU sans exception en ce qui concerne la question chypriote.

« Cela contredit également la position de l’Union européenne », a déclaré Anastasiades.

« Si M. Erdogan ou la Turquie insiste sur le fait que toute négociation visant à trouver une solution au problème chypriote ne doit commencer qu’à la condition qu’un État chypriote turc souverain soit reconnu, vous vous rendez compte que nous n’irons nulle part.

« Essentiellement, ce qu’ils recherchent, c’est soit l’annexion de la partie nord de l’île, soit la création d’un État fantoche qui serait une province de la Turquie et son indépendance serait déterminée par le degré de contrôle turc. »



Nombre de visite 190

Sélection d'article