𝐂𝐨𝐧𝐧𝐚𝐢𝐬𝐬𝐞𝐳 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐥’𝐡𝐢𝐬𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞 𝐝’𝐚𝐦𝐨𝐮𝐫 𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐁𝐮𝐝𝐚 𝐞𝐭 𝐥𝐞 𝐯𝐨𝐲𝐚𝐠𝐞𝐮𝐫 𝐭𝐮𝐫𝐜 (...) - Turquie News
lundi 26 septembre 2022

𝐂𝐨𝐧𝐧𝐚𝐢𝐬𝐬𝐞𝐳 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐥’𝐡𝐢𝐬𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞 𝐝’𝐚𝐦𝐨𝐮𝐫 𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐁𝐮𝐝𝐚 𝐞𝐭 𝐥𝐞 𝐯𝐨𝐲𝐚𝐠𝐞𝐮𝐫 𝐭𝐮𝐫𝐜 𝐄𝐯𝐥𝐢𝐲𝐚 𝐂̧𝐞𝐥𝐞𝐛𝐢 ?

Publié le | par Engin, Özcan Türk (Facebook) | Nombre de visite : 89 |
𝐂𝐨𝐧𝐧𝐚𝐢𝐬𝐬𝐞𝐳 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐥'𝐡𝐢𝐬𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞 𝐝'𝐚𝐦𝐨𝐮𝐫 𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐁𝐮𝐝𝐚 𝐞𝐭 𝐥𝐞 𝐯𝐨𝐲𝐚𝐠𝐞𝐮𝐫 𝐭𝐮𝐫𝐜 𝐄𝐯𝐥𝐢𝐲𝐚 𝐂̧𝐞𝐥𝐞𝐛𝐢 ?

𝐂𝐨𝐧𝐧𝐚𝐢𝐬𝐬𝐞𝐳 𝐯𝐨𝐮𝐬 𝐥’𝐡𝐢𝐬𝐭𝐨𝐢𝐫𝐞 𝐝’𝐚𝐦𝐨𝐮𝐫 𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐁𝐮𝐝𝐚 𝐞𝐭 𝐥𝐞 𝐯𝐨𝐲𝐚𝐠𝐞𝐮𝐫 𝐭𝐮𝐫𝐜 𝐄𝐯𝐥𝐢𝐲𝐚 𝐂̧𝐞𝐥𝐞𝐛𝐢 ?

Il avait trouvé le château de Buda plus glamour qu’Istanbul et avait été impressionné par la gastronomie locale.

Le voyageur turc Evliya Çelebi a séjourné en Hongrie entre 1664 et 1666 et a consigné tout ce qu’il a vu.

Mais qui était-il ?

Né Derviş Mehmed Zillî en 1611 à Constantinople, aujourd’hui Istanbul. Cette appellation, donnée par respect pour Evliya Çelebi, signifie scribe, homme de Dieu, dans d’autres traductions, scribe du Seigneur. Son père était orfèvre et maître de guilde à la cour turque, où il vivait avec sa famille.
Evliya a reçu une excellente éducation, a fréquenté l’école militaire, a étudié le chant et la musique instrumentale, et est devenu muezzin grâce à sa belle voix. C’était une vrai mondain qui pouvait même faire rire le sérieux sultan Murad IV.

Après la mort du sultan, il a décidé de parcourir le monde. Il a parcouru presque toute l’Europe, l’Asie, l’Afrique du Nord et a même exploré en détail la Hongrie, après avoir erré pendant quelques années à partir de 1664.

Çelebi a écrit des récits très détaillés sur les villes hongroises. Il a compté les maisons, cartographié les différents métiers, étudié en détail les systèmes de plomberie et écrit en détail sur la nourriture et les boissons locales. En outre, il n’a pas écrit ce récit de voyage sans commune mesure comme un documentaire, mais a également exprimé ses propres opinions dans ses écrits. Le voyageur turc a fait un travail minutieux.

En 1663, il a visité Szekszárd, entre autres endroits, et d’après sa description, il a été possible de déterminer que l’ancien château à palissade turc pourrait se trouver dans un verger à l’emplacement de l’ancien lit de la rivière Sió.

Les fouilles ont finalement confirmé les propos de Çelebi. Et lorsqu’il s’est rendu à Temesvár (Timisoara), il a constaté qu’il y a beaucoup de pain de mie, de pain plat beurré, de strudel au miel, de choux, de citrouille farcie...

Dans son journal de voyage, Çelebi a également écrit qu’il avait vu de magnifiques églises en Hongrie. Il a également posé la question humaine. Alors pourquoi on les tue et pourquoi ils nous tuent ?"

Il a également tiré son chapeau au château de Buda, notamment à ses bains et à son système d’eau, qui l’ont émerveillé. "Ils peuvent guérir sept maladies graves", a-t-il déclaré. Il a écrit avec ravissement sur les fontaines ornementales du château de Buda, la fontaine du bâtiment qui est devenu plus tard le théâtre du château, "où un maître habile y a autrefois conduit les eaux du Danube".
Sa science étonne l’esprit !" Ses rapports révèlent qu’il a recensé 75 puits publics et 40 puits domestiques dans le château de Buda. Il a également été impressionné par les jardins pittoresques et les roseraies du château.

Grâce au programme national Hauszmann, le jardin turc a été récemment achevé dans la partie sud-ouest de la cour Tickýs.

Lorsque Çelebi était là, il y avait encore un quartier de style balkanique dans cette zone du château de Buda, mais il a été détruit lors de la deuxième bataille de Buda en 1686. Après le siège, un jardin d’agrément a été créé, mais il a été démantelé à la fin du XIXe siècle. Le jardin turc est de nouveau ouvert, avec une atmosphère orientale créée par des rosiers de cinq couleurs, des figuiers et une fontaine de style mauresque.

Mais revenons à Çelebi et à son expérience au château de Buda. Il a fait l’éloge des vins de Buda, qui, selon lui, étaient dorés, doux et acidulés. Il a parlé de ce que l’on appelait les "chandeliers" et les tavernes, où, le soir, les gens buvaient du bon vin de Buda, y compris de nombreux Turcs, même si leur religion l’interdisait. En ce qui concerne la nourriture consommée au château de Buda, il a noté que la meilleure nourriture du pays était le pain blanc, le mouton cuit avec du beurre frais, la perche frite, la soupe de carpe et le ragoût de carpe. Il a trouvé de nombreux potagers dans le château, où les habitants cultivaient des fruits, des oignons, des choux et des laitues.

Çelebi a passé cinquante ans à voyager, et une grande partie de sa vaste œuvre, environ un dixième, est hongroise. Il est mort à l’âge de soixante et un ans en 1682. Les manuscrits de ses voyages sont connus de beaucoup, mais avec le temps ils ont été perdus. En 1895, un journaliste nommé Ahmed Dsevdet, rédacteur en chef du journal turc Ikdam, a trouvé les carnets de voyage de Çelebi parmi les manuscrits de la bibliothèque du pacha Pertev. À l’annonce de cette découverte sensationnelle, le Dr Imre Karácson, docteur en théologie, enseignant et historien, a entrepris de traduire l’œuvre de Çelebi, notamment les chapitres consacrés à la Hongrie. Karácson a terminé la traduction et, en 1907, il s’est rendu à Constantinople pour rechercher d’autres documents écrits turco-hongrois dans les archives.
Cependant, son noble travail a été interrompu lorsque Imre Karácson est mort d’un empoisonnement du sang en 1911, à seulement 48 ans.

Evliya Çelebi n’était pas avare d’épithètes, il a même écrit une ode au château de Buda avec les lignes suivantes :

„𝑺𝒛𝒆𝒃𝒃 𝒗𝒂𝒈𝒚 𝑩𝒖𝒅𝒂 𝒗𝒂́𝒓, 𝒎𝒊𝒏𝒕 𝒎𝒂𝒈𝒂 𝑰𝒔𝒛𝒕𝒂́𝒎𝒃𝒖𝒍 / 𝑻𝒖̈𝒏𝒅𝒆́𝒓 𝒔𝒛𝒆́𝒑𝒔𝒆́𝒈𝒆𝒅 𝒎𝒐̈𝒈𝒐̈𝒕𝒕 𝒐𝒕𝒕 𝒌𝒖𝒍𝒍𝒐𝒈 𝒂𝒛, 𝒉𝒂́𝒕𝒖𝒍.”

Château de Buda, tu es plus beau qu’Istanbul elle même / qui traîne au fond derrière ta beauté féerique.

Nous pensons que toutes ses lignes sont encore d’actualité.

À lire aussi